King of New York (Garfield/Torres)

King of New York (Garfield/Torres)

King of New York (KoNY) est un jeu à base de dés, réalisé par Richard Garfield et illustré par Régis Torres. Il s’agit d’un jeu dans lequel les joueurs incarnent des monstres géants et s’affrontent à coups de dés et de cartes pour le contrôle de New York et de ses quartiers.

Le jeu est édité par Iello qui le distribue également en France. KoNY est disponible en boutiques spécialisées et VPC depuis le 24 octobre 2014 pour environ 36€.

King of New York est jouable de 2 à 6 joueurs à partir de 10 ans et les parties durent en moyenne 40 minutes (tout dépend du nombre de joueurs autour de la table et de leur rapidité de réflexion et d’action).

La boîte du jeu King of New York
La boîte du jeu King of New York

King of New York est un jeu de baston qui se joue à l’aide de dés, le but du jeu est soit d’être le dernier monstre survivant ou alors d’être le premier à atteindre 20 Points de Victoire (PV).

Contenu de la boîte :
-1 livret de règles
-1 plateau
-64 cartes
-2 cartes spéciales : statue de la liberté et superstar
-46 marqueurs répartis comme suit :
13 toiles
13 malédictions
15 carapaces
5 souvenirs
-8 dés répartis ainsi :
6 dés noirs
2 dés bonus verts
-6 fiches de monstre
-6 monstres en carton
-6 porte monstres
-50aine de cubes d’énergie verts
-45 tuiles bâtiments/unités

L'ensemble du matériel présent dans KoNY
L’ensemble du matériel présent dans KoNY

Mise en place du jeu :
Placez le plateau représentant les quartiers de New York au centre de la table, de façon à être accessible à tous les joueurs. Mélangez les cartes afin de former une pioche, dont les 3 premières sont révélées face visible à côté de la pile. Mettez également à côté et face visible les 2 cartes spéciales : Statue de la liberté et Superstar.

Chaque joueur choisit son monstre et prend la silhouette correspondante, ainsi que la fiche de monstre adéquate, dont les molettes doivent être placées sur 10 points de vie (coeur) et 0 points de victoire (étoile bleue).

Les 6 monstres de King of New York
Les 6 monstres de King of New York

On mélange ensuite ensemble toutes les tuiles bâtiments et l’on forme des piles de 3 (face bâtiment (bleue) visible). On dispose 3 piles de 3 dans chaque quartier, si bien que toutes les tuiles bâtiments sont utilisées. Bien évidemment on ne connaît pas les bâtiments qui se trouvent sous la première pile de chaque tas.

Placez les dés, les jetons et la réserve d’énergie sur la table, à proximité du plateau. Tous les joueurs lancent les dés et celui qui obtient le plus de pattes, sera le premier à jouer et choisira dans quel quartier il débutera (sauf Manhattan).

Puis dans le sens horaire, tous les autres placent leur monstre dans le quartier de leur choix, en sachant qu’il ne peut pas y avoir plus de deux monstres à la fois dans le même quartier et qu’il n’est toujours pas possible de débuter dans Manhattan.

Le livret des règles du jeu
Le livret des règles du jeu

Déroulement de la partie :
Le tour d’un joueur compte cinq phases qui sont obligatoires ou optionnelles : les lancers de dés (obligatoire et jusqu’à 3 lancers maximum), la résolution des dés (obligatoire), le déplacement (optionnel ou obligatoire selon les cas), l’achat de cartes (optionnel) et la fin de tour.

-Lancer de dés : Le joueur lance les 6 dés noirs, il conserve les résultats qui l’arrangent et relance les autres dés. Au bout de 3 lancers, il est forcé de garder tous les résultats obtenus, même si certains ne l’arrangent pas. Il est possible de relancer des dés qu’on avait conservés auparavant, tant qu’on n’excède pas les 3 lancers maximum.

-Résolution des dés : Une fois qu’on a effectué les 3 lancers de dés (ou qu’on était satisfait avant), les symboles obtenus deviennent les actions du tour. On joue ces actions dans l’ordre de notre choix, mais il faut jouer tous les symboles identiques, avant de passer à un autre type de symboles.

Les 8 dés de la boîte et les différents résultats
Les 8 dés de la boîte et les différents résultats

-Chaque symbole patte vous permettra de frapper le(s) monstre(s) présent(s) dans Manhattan si vous êtes dans un autre quartier ou si vous êtes dans Manhattan de taper tous les monstres qui n’y sont pas.

Chaque patte fait perdre 1 point de vie au(x) monstre(s) concerné(s), si un monstre n’a plus de points de vie, il est éliminé. Tant qu’il n’y a pas de monstre dans Manhattan, les pattes n’infligent aucun dégât.

-Chaque symbole coeur vous permettra de soigner une de vos blessures en ajoutant un point de vie. Vous ne pouvez néanmoins pas excéder 10 points de vie (sauf carte spéciale) et il est également impossible d’utiliser les coeurs pour se soigner si vous vous trouvez dans Manhattan.

-Chaque symbole éclair vous permettra de prendre une énergie (cube vert) dans la réserve. Vous conservez votre énergie jusqu’à ce qu’elle soit utilisée.

Les cubes d'énergie et les socles des silhouettes de monstres
Les cubes d’énergie et les socles des silhouettes

-Si vous obtenez 3 symboles étoile ou plus, vous récupérez la carte Superstar (ou la prenez à un autre joueur si quelqu’un l’avait avant) et la placez devant vous. Lorsque l’on possède la carte superstar, chaque étoile obtenue fait gagner 1 point de victoire.

-Si vous obtenez 1 symbole crâne, les unités (bâtiments rouges) présentes dans votre quartier vous inflige des blessures. Vous subissez une blessure par unité présente, quel que soit ce type d’unité.

Si vous obtenez 2 symboles crânes, tous les monstres présents dans votre quartier (vous inclus) se font attaquer par les unités présentes et subissent une blessure par unité.

Si vous obtenez 3 symboles crânes ou plus, tous les monstres du plateau qui se trouvent dans un quartier où des unités sont présentes, subissent une blessure par unité qui se trouve dans leur quartier.

Si vous obtenez  3 symboles crânes ou plus, vous récoltez également la carte Statue de la liberté et tant que vous la conservez, vous avez 3 points de victoire supplémentaires, lesquels vous sont ôtés lorsque vous perdez la carte (si quelqu’un d’autre fait 3 crânes).

-Chaque symbole destruction (bâtiment cassé) vous sert à détruire les bâtiments et/ou les unités présent(e)s dans votre quartier. La résistance des bâtiments et des unités, vous indique le nombre de symboles destruction qu’il vous faut obtenir pour le détruire.

Des exemples de bâtiments et d'unités
Des exemples de bâtiments et d’unités

Lorsque la résistance d’un bâtiment ou d’une unité est réduite à zéro, empochez le bonus indiqué (énergie, points de victoire ou soins) sur la tuile. Si vous avez détruit un bâtiment, retournez le sur sa face unité (rouge) que vous posez dans le quartier à côté de la pile bâtiment.

Le nouveau bâtiment de la pile ainsi révélé (s’il en restait dans la pile) peut être détruit dans la foulée, s’il vous reste suffisamment de symbole destruction non utilisés. En revanche, l’unité qui vient d’être révélée, ne peut pas être détruite immédiatement.

Vous êtes obligés de détruire un bâtiment ou une unité présent dans votre quartier, s’il vous reste suffisamment de symboles non utilisés.

Les différents jetons pour marquer les effets de certaines cartes
Les différents jetons pour marquer les effets de certaines cartes

-Déplacement : Si personne n’est dans Manhattan vous devez vous y rendre et placer votre monstre dans la partie sud (Lower Manhattan) sur l’emplacement 2-4 joueurs.

S’il y a déjà un monstre dans Manhattan, vous pouvez vous déplacer dans le quartier de votre choix (hors Manhattan), tant qu’il n’y a pas déjà 2 monstres dans ce quartier.

Si vous êtes dans Manhattan, vous êtes obligés d’avancer dans l’espace supérieur pour 2-4 joueurs de Manhattan. Si vous êtes arrivés dans Upper Manhattan, vous ne vous déplacez plus pendant cette phase.

A 5 ou 6 joueurs, le second monstre qui obtient des pattes, doit venir dans Manhattan sur l’emplacement 5-6 (il inflige des dégâts au premier monstre déjà présent dans Manhattan), il devra également se déplacer vers le haut de Manhattan aux tours suivants.

Le plateau de jeu de KoNY
Le plateau de jeu de KoNY

-Acheter des cartes : Un joueur peut acheter une ou plusieurs des cartes dévoilées, pour peu qu’il ait suffisamment d’énergie pour le faire. Chaque carte achetée est immédiatement remplacée par la première carte du paquet. A noter que vous pouvez également dépenser 2 cubes d’énergie, afin de défausser les 3 cartes révélées et ainsi les remplacer par 3 nouvelles cartes.

Des exemples de cartes et les 2 spéciales
Des exemples de cartes et les 2 spéciales

-Fin de tour : Lors de cette phase, activez les effets de cartes qui s’appliquent lors de la fin de votre tour. Puis c’est au joueur suivant dans le sens horaire, de jouer son tour, en commençant par les lancer les dés et ainsi de suite jusqu’à la fin de la partie.

Fin de la partie :
La partie prend fin soit lorsqu’un monstre a atteint 20 points de victoire, soit s’il ne reste plus qu’un seul monstre en vie.

A noter que si vous atteignez 20 points de victoire, mais que vous êtes mis KO pendant votre tour, par un effet de cartes, des unités…etc., vous ne remportez pas la partie. Il faut survivre à votre tour de jeu pour cela.

De même, si tous les monstres sont éliminés en même temps, personne ne remporte la partie.

L’avis de Captain Johan sur King of New York :
J’avoue que j’avais déjà un faible pour son prédécesseur King of Tokyo (KoT) et j’ai donc acheté cette « suite » sans me poser trop de questions. Je ne regrette pas du tout mon achat, car King of New York, c’est tout simplement King of Tokyo mais en mieux.

Du coup si vous ne savez pas lequel des deux jeux prendre, je ne saurai que trop vous conseiller de choisir KoNY, qui est un peu plus riche et offre plus de possibilités que KoT. Si vous avez aimé et que vous possédez déjà le premier, ce nouvel opus devrait vous ravir.

En effet, grâce à l’apparition des différents quartiers, des bâtiments/unités et des deux cartes spéciales, vous avez de nombreuses possibilités supplémentaires pour triompher. Les nouveaux monstres présents dans cette boîte, ont tous des similarités avec ceux de King of Tokyo, si bien que de ce côté là également, vous ne devriez pas être trop dépaysés.

Bien évidemment, si vous possédez les deux jeux, il est tout à fait possible de les mixer ensemble, afin de faire s’affronter The King et Kong par exemple. Niveau cartes, je pense également qu’on peut les mélanger sans problèmes (le dos est différent, mais c’est pas dérangeant), même si vous n’êtes pas prêt de toutes les voir puisqu’il y en a quand même 64 différentes dans la boîte, ce qui offre une bonne rejouabilité et permet de varier les parties.

De ce côté là, les parties sont variées et se ressemblent rarement puisque chaque joueur pourra développer ses propres stratégies et que les bâtiments et cartes présents, diffèrent souvent d’une partie à l’autre.

Le jeu n’est pas trop compliqué, ce qui permet de s’y amuser à tous les âges et de se friter dans la joie et la bonne humeur, à grand coups de dés et de cartes. Bien évidemment, le hasard est toujours de la partie et les plus gros poissards, pourront toujours déplorer leur manque de chance en obtenant que des jets pourris.

Mais le fait d’avoir droit à des relances de dés et de ne conserver que ceux qui nous intéressent, permet de contrer un peu ce hasard. Tout comme la présence des cartes qui peuvent permettre d’améliorer nos options disponibles, afin de faire plus de dégâts par exemple ou se régénérer un peu de vie…etc.

Les nouvelles faces des dés sont également très sympa, c’est plutôt cool d’avoir pensé à ajouter la destruction de bâtiments et l’intervention de l’armée, cela rend le jeu plus immersif. On se croirait sans problème dans un de ces films avec des monstres géants qui ravagent tout sur leur passage et où l’armée leur tourne autour en essayant de les détruire (souvent en vain d’ailleurs ^^).

Au niveau du matos, on retrouve avec plaisir la qualité présente dans King of Tokyo, les divers éléments tiennent bien le coup et ne s’abîment pas en dépit des nombreuses utilisations. Vous aurez du dépunchage à faire lors de l’ouverture, mais rien d’insurmontable et ça se fait plutôt bien.

En bref King of New York est un excellent jeu qui devrait ravir les fans de baston entre monstres et les amateurs de destruction de villes. Les règles ne sont pas très compliquées et rendent le jeu abordable et fun à tout âge.

En bref bis, on retrouve tous les bons ingrédients de King of Tokyo qui ont été améliorés afin d’enrichir le jeu. Du coup le seul petit bémol, c’est qu’il risque de vous faire laisser KoT de côté à son profit 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *