King of Tokyo + extensions Power Up ! et Halloween (Garfield/Raynal)

King of Tokyo + extensions Power Up ! et Halloween (Garfield/Raynal)

King of Tokyo (KoT) est un jeu à base de dés, réalisé par Richard Garfield et illustré par Benjamin Raynal. Il s’agit d’un jeu dans lequel les joueurs incarnent des monstres géants et s’affrontent à coups de dés et de cartes pour le contrôle de Tokyo.

Le jeu est édité par Iello qui le distribue également en France. KoT est disponible en boutiques spécialisées et VPC depuis 2011 pour environ 30€ (les extensions coûtent environ 15€ chacune et nécessitent le jeu de base pour être jouables).

King of Tokyo est jouable de 2 à 6 joueurs à partir de 8 ans et les parties durent en moyenne 30 minutes (tout dépend du nombre de joueurs autour de la table et de leur rapidité de réflexion et d’action).
KoT
King of Tokyo est un jeu de baston qui se joue à l’aide de dés, le but du jeu est soit d’être le dernier monstre survivant ou alors d’être le premier à atteindre 20 Points de Victoire (PV).

Contenu de la boîte de base :
-1 livret de règles
-66 cartes actions et pouvoirs
-8 dés (6 noirs et 2 verts)
-28 jetons composés de :
3 jetons fumée
1 jeton mimétisme
12 jetons affaibli
12 jetons poison
-6 fiches de monstre :
Alienoid
Cyber Bunny
The King
Gigazaur
Kraken
Meka Dragon
-6 figurines en carton
-6 socles de figurine en plastique
-Une cinquantaine de cubes d’énergie

Déroulement du jeu :
Tout d’abord, les joueurs choisissent le monstre qu’ils souhaitent incarner pour la partie (le hasard peut aider à déterminer qui prend qui, en cas de soucis), ils prennent la fiche du monstre en question et montent sa figurine.

Sur la fiche de votre monstre, il faut placer les molettes sur 10 points de vie et 0 points de victoire. Le plateau symbolisant la ville de Tokyo (composée de deux lieux : Tokyo City et Tokyo Bay) est placé au centre de la table.
DSC02216En début de partie, personne ne contrôle Tokyo, si vous jouez à 4 joueurs ou moins Tokyo Bay ne sera pas utilisé. Ce dernier lieu n’est utilisé qu’à 5 ou 6 joueurs, mais  si lors de la partie, le nombre de monstres en lice passe à 4 ou moins, on arrêtera d’utiliser Tokyo Bay.

Après les avoir mélangées, on constitue une pioche face cachée avec les cartes et on dévoile face visible les 3 premières cartes du paquet, que l’on pose près du plateau. On forme une réserve avec les cubes d’énergie et l’on prend les 6 dés noirs qui serviront à jouer pendant la partie (les dés verts ne sont utilisés que dans certains cas particuliers).

Le jeu se déroule dans le sens horaire et afin de déterminer qui commencera, les joueurs lancent les 6 dés noirs à tour de rôle. Celui qui obtient le plus de symboles « grosse baffes » (nous on appelle ça des pattounes lol) jouera en premier.

Tour de jeu :
1) Lancer les dés :
A son tour, un monstre a droit à un maximum de 3 lancers. Il commence par lancer les 6 dés noirs, il conserve alors les résultats qu’il veut et peut relancer les dés qui ne l’intéressent pas à nouveau (tant que ça ne dépasse pas 3 lancers pour ce tour).

Il est bien évidemment possible de relancer des dés qu’on avait conservés précédemment, si jamais on change d’avis et qu’on veut tenter autre chose.

2) Résoudre les dés :
Les dés possèdent 6 faces différentes une face 1, une face 2, une face 3, une face énergie (éclair), une face grosse baffe (la griffe de monstre) et une face soin (un coeur) et selon les résultats que vous aurez gardés, différentes actions vont se produire.

-Points de victoire :
Si vous obtenez un triple 1, 2 ou 3, vous obtenez ce nombre de points de victoire. Par exemple après vos relances, vous avez obtenu les faces suivantes : 2, 2, 1, coeur, patte et 2. Vous allez gagner 2 points de victoire puisque vous avez obtenu un triple 2.

Il est donc possible de rafler 6 points de victoire aux maximum, si vos 6 dés ont le symbole 3 à l’issue de vos lancers (c’est supra rare, autant vous le dire tout de suite).
DSC02217-Énergie :
Chaque symbole énergie, vous permettra de prendre un cube d’énergie de la réserve. Ces derniers vous permettront d’acheter des cartes pouvoirs ou actions et servent de monnaie dans le jeu.

-Soin :
Si vous n’êtes pas actuellement dans Tokyo, chaque résultat soin, vous permettra de regagner un point de vie perdu (attention : de base il n’est pas possible d’avoir plus de 10 points de vie, donc si vous avez un coeur et que vous avez déjà 10 points de vie, vous ne pourrez pas vous soigner pour passer à 11).

En revanche si vous êtes dans Tokyo, les résultats soin ne vous permettront pas de vous soigner et seront inutiles.

-Grosses baffes :
Enfin les symboles « grosses baffes » vous permettent d’infliger des dégâts aux monstres qui ne sont pas au même endroit que vous. Si personne ne se trouve dans Tokyo, le fait d’obtenir une ou plusieurs grosses baffes n’infligera de dégâts à personne, en revanche votre monstre sera placé dans Tokyo City.

Ensuite deux cas de figure sont possibles. Si vous êtes  dans Tokyo, tous vos adversaires qui ne sont pas dans la ville, perdront un point de vie pour chaque symbole grosse baffe que vous aurez gardé.

Si vous êtes en dehors de Tokyo, chaque grosse baffe conservée, infligera des dégâts au(x) monstre(s) présent(s) dans Tokyo.

Un monstre qui se retrouve à 0 point de vie après une attaque à coup de grosses baffes est éliminé et quitte la partie.

3)Acheter des cartes :
Après la résolution des dés, un joueur peut acheter une ou plusieurs cartes parmi celles qui sont dévoilées, tant qu’il a suffisamment d’énergie pour se les procurer.
DSC02215Si les 3 cartes qui sont face visible ne vous plaisent pas, vous pouvez les jeter et en mettre 3 nouvelles à la place, en dépensant 2 énergies.

Tant que vous avez suffisamment de jetons d’énergie, vous pouvez très bien par exemple, acheter une carte, défausser celles qui sont présentes et en racheter d’autres ensuite.

4)Fin du tour :
On active les effets qui prennent place à ce moment du jeu, puis vous passez les dés à votre voisin de gauche.

Être le roi de Tokyo :
Le premier joueur à obtenir des grosses baffes entre dans Tokyo (Tokyo City) sans toucher personne. Lorsqu’on entre dans Tokyo, on gagne 1 point de victoire. Si l’on débute à nouveau son tour en étant dans Tokyo, on gagne 2 points de victoire. En revanche on ne peut pas se soigner grâce aux dés coeurs, lorsqu’on est dans Tokyo.

Si vous êtes dans Tokyo et qu’on vous attaque, une fois vos dégâts encaissés, vous pouvez fuir de Tokyo. Pour se faire vous retirez votre pion de Tokyo et vous mettez celui du monstre qui vous a attaqué à la place (ce dernier gagne donc 1 point de victoire puisqu’il entre dans Tokyo).

Le jeu se poursuit ainsi jusqu’à ce qu’il ne reste plus qu’un monstre vivant ou qu’un monstre atteigne 20 points de victoire.

L’avis de Captain Johan sur la boîte de base :
KoT est l’un de mes nombreux jeux chouchous parce qu’il est très plaisant à jouer, que les mécaniques et les règles sont très faciles à comprendre et que généralement les parties ne sont pas excessivement longues (même si ça nous est déjà arrivé de nous livrer des duels acharnés).

Les monstres dispos sont tous très sympas et offrent pour certains des clins d’oeil plutôt cool à des oeuvres célèbres. Les illustrations collent toutes très bien à l’atmosphère de ce jeu très fun et pas du tout prise de tête. Même si bien évidemment, selon le caractère des joueurs présents autour de la table, il peut y avoir quelques tensions de temps en temps lol.

Comme il s’agit principalement d’un jeu de dés, le facteur chance est évidemment bien présent dans KoT, il est néanmoins un peu atténué par le fait d’avoir droit à des relances de dés et la possibilité de pouvoir acheter des cartes actions.

Si bien qu’avec un peu de stratégie et si on n’a pas une poisse totale aux dés, on a toutes les chances de pouvoir terminer en King of Tokyo. Il faut d’ailleurs bien réfléchir en cours de partie, pour voir s’il vaut mieux tenter une victoire totale en annihilant tous vos adversaires ou plutôt tenter une course aux points de victoire (c’est pas une vraie victoire ça lol).

Dans le même ordre d’idées, une fois que l’on sera entré dans Tokyo, il faudra bien peser le pour et le contre, pour voir si ça vaut le coup d’y rester, au risque de s’en prendre plein la couenne ou s’il vaut mieux fuir pour se soigner un peu.

Tout la matos présent dans la boîte est de très bonne qualité, le thermoformage de la boîte est bien étudié et permet de tout ranger sans accrocs, les cartes tiennent toujours même après avoir été sleevées. Les petits cubes d’énergie et les dés sont très agréables lors de leur utilisation et tiennent bien le choc, même après de nombreuses parties.

J’apprécie également le fait que les monstres aient les mêmes caractéristiques, si bien qu’il n’y en a pas qui sont vachement plus puissants que d’autres. Cela leur permet d’être tous joués, même si forcément, après un certain nombre de parties, on a toutes et tous nos monstres favoris qu’on utilise plus souvent.

DSC02219Contenu de la boîte d’extension Power Up ! :
-1 livret de règles
-1 fiche de monstre :
Pandakaï
-1 figurine en carton
-1 socle de figurine en plastique
-56 cartes évolution (8 pour chaque monstre)
-7 jetons composés de :
3 jetons soucoupe volante
3 jetons alien
1 jeton cible
pandakaiminiDéroulement du jeu :
Le jeu se déroule comme dans le jeu de base, je ne vous les réexpliquerai donc pas et vais seulement vous parler des nouveautés de cette extension : les cartes évolution.

Chaque monstre du jeu de base et Pandakaï, possèdent dorénavant un deck de 8 cartes évolution qui leur est propre. Si un joueur a 3 coeur lors de sa résolution des dés, il peut prendre la première carte évolution de son deck (sans la montrer aux autres joueurs), en plus de se soigner.

Les évolutions peuvent être jouées à tout moment, y compris lors du tour d’un autre joueur, il existe deux types d’évolution. Les évolutions temporaires se défaussent après utilisation et les évolutions permanentes que l’on pose face visible devant nous et qui restent toujours actives.

L’avis de Captain Johan sur l’extension Power Up ! :
Cette première extension est vraiment très sympa, tout d’abord parce que le nouveau monstre Pandakaï est vachement classe !!

Ensuite les cartes évolution, sont un ajout très intéressant, puisqu’ils permettent d’augmenter les possibilités et les stratégies de jeu.
DSC02222Avant lorsqu’on avait 10 points de vie, les coeurs n’avaient aucun intérêt, maintenant on peut tenter d’en avoir 3, histoire de débloquer une évolution.

Ces dernières vont nous permettre de pourrir encore plus la vie de nos adversaires ou nous booster avec des effets sympas. Par contre, comme elles sont différentes pour chaque monstre, certaines évolutions auront plus de succès que d’autres auprès des joueurs.

DSC02218Contenu de la boîte du pack collector Halloween :
-1 livret de règles
-2 fiches de monstres :
Pumpkin Jack
Boogie Woogie
-2 figurines en carton
-2 socles de figurine en plastique
-1 set de 6 dés Halloween (couleur orange)
-12 cartes Costume
-1 carte promo exclusive pour King of New York (KoNY)
halloweenminiDéroulement du jeu :

Là encore, les règles sont identiques à celles de King of Tokyo, raison pour laquelle je ne reviendrai pas dessus. La nouveauté de ce pack collector, outre les deux nouveaux monstres et la thématique Halloween, ce sont les cartes costume.

Ces dernières sont ajoutées et mélangées aux autres cartes de KoT, commes ces dernières, les costumes peuvent être achetés lors de la phase d’achat s’ils sont visibles et que vous avez l’énergie suffisante.

On peut avoir autant de costumes que l’on souhaite, il n’y a pas de restrictions. En revanche, les costumes que vous possédez peuvent être volés par les autres joueurs. Si un jouer obtient 3 grosses baffes, il peut voler les costumes des adversaires qu’il a touchés en leur payant le prix du costume en énergie.

Il est donc possible de voler autant de costumes qu’on veut, du moment qu’on a suffisamment d’énergie pour le faire. En revanche, se faire voler un costume, n’annule pas les dégâts occasionnés.

L’avis de Captain Johan sur le pack collector Halloween :
Là encore, je ne regrette pas du tout de m’être procuré cette nouvelle extension pour KoT. Les deux nouveaux persos sont super classes et me font un peu penser à L’Étrange Noël de Mr. Jack.

Les costumes sont un ajout sympa qui permet de renouveler les parties,  grâce aux nouvelles possibilités qu’ils offrent. Les différents costumes sont d’ailleurs plutôt emblématiques et collent à nouveau bien à l’univers du jeu et la thématique Halloween de cette extension.

Les dés spéciaux Halloween oranges sont un petit plus très cool, puisqu’ils permettent de varier les dés utilisés et éviter de toujours les faire passer en fin de tour. Bon par contre, ils ne font pas obtenir plus de grosses baffes que les dés normaux malheureusement lol.

Avis général de Captain Johan :

Comme pour Smash Up je suis vraiment très fan de l’univers de King of Tokyo, car je trouve le jeu facile d’accès et très fun. Qui plus est on peut y jouer jusqu’à 6 et sans forcément avoir des joueurs âgés autour de la table. C’est donc un jeu idéal en famille ou entre amis.

Les extensions, bien que pas forcément indispensables, ajoutent juste ce qu’il faut de nouveautés pour les rendre intéressantes et permettre de varier les plaisirs.

En bref, King of Tokyo est un jeu comme je les aime, avec du beau matos, chouettement illustré, des règles faciles à maîtriser et du fun à chaque partie (de la mauvaise foi et de l’énervement aussi parfois ^^’). En général quand il est de sortie, c’est rarement pour une seule partie et les monstres sortent tous régulièrement.

J’attends avec impatience King of New York, un nouveau jeu qui se déroule dans le même univers que KoT et qui est prévu pour cette fin d’année !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *