Deus (Dujardin/Deschamps)

Deus (Dujardin/Deschamps)

Deus est un jeu créé par Sébastien Dujardin, illustré par Christine Deschamps, Misda, Ivan Parovel et Paul Laffond. Il est édité par Pearl Games et est disponible en boutiques spécialisées et en VPC depuis le 15 novembre 2014 pour 50€ environ.

Deus est jouable de 2 à 4 joueurs à partir de 12 ans et les parties durent en moyenne 60 minutes.

La boîte du jeu Deus
Le couvercle de la boîte du jeu Deus

Dans ce jeu de gestion d’une civilisation antique où vous construirez des bâtiments, attaquerez des villages barbares…etc., votre but est d’être le joueur avec le plus de points de victoire (PV) à la fin de la partie.

Contenu de la boîte :
-4 plateaux individuels pliables
-96 cartes bâtiment réparties comme suit :
16 bâtiments civils
16 bâtiments scientifiques
16 bâtiments maritimes
16 unités militaires
16 bâtiments de production
16 temples
-100 pions bâtiment en bois (25 par couleur)
-7 pions temple en bois
-7 tuiles continent imprimées recto/verso
-84 jetons de pièces d’or répartis ainsi :
63 pièces de 1
12 pièces de 5
9 pièces de 10
-59 jetons de points de victoire répartis ainsi :
24 jetons de 1
9 jetons de 3
9 jetons de 5
17 jetons de 10
-80 jetons ressource répartis ainsi :
20 bois (marron)
20 pierre (gris)
20 argile (rouge)
20 blé (jaune)
-1 carte premier joueur

L'ensemble du contenu de la boîte de Deus
L’ensemble du contenu de la boîte de Deus

Mise en place du jeu :
Il faut d’abord commencer par constituer le plateau de jeu en assemblant plusieurs tuiles selon le nombre de joueurs. 4 tuiles à 2 joueurs, 6 tuiles à 3 joueurs et 7 tuiles à 4 joueurs. La seule contrainte de construction du plateau de jeu est que deux villages barbares ne peuvent pas se toucher. Placez autant de points de victoire sur chaque village barbare, que de régions qui les entourent (ça va donc de 3 à 6 points de victoire).

Les 7 tuiles continent de la boîte
Les 7 tuiles continent utilisées pour former le plateau

Formez une réserve générale avec les temples (autant de temples que de tuiles pour former le plateau (donc 4 temples à 2 joueurs, 6 à 3 et 7 à 4)), les ressources (5 de chaque type par joueurs (donc 10 de chaque à 2 joueurs, 15 à 3 et 20 à 4)), les pièces d’or et les points de victoire.

Chaque joueur reçoit un des plateaux individuels pliables ainsi que les pions bâtiments de sa couleur (bleu, orange, noir ou vert) et pose 2 bâtiments de chaque type sur son plateau, les autres pions forment une réserve personnelle proche du plateau.

Les 4 plateaux individuels
Les 4 plateaux individuels

Tout le monde prend également 5 pièces d’or, 1 ressource de chaque type (1 jeton marron pour le bois, 1 jeton gris pour la pierre, 1 jeton rouge pour l’argile et 1 jeton jaune pour le blé) ainsi que 5 PV.

On mélange toutes les cartes bâtiments et on en distribue 5 à chacun des joueurs. Il ne reste alors plus qu’à désigner un premier joueur, à qui l’on donne la carte premier joueur. La partie est prête à débuter.

La carte symbolisant le premier joueur
La carte symbolisant le premier joueur

Déroulement du jeu :
Lors de son tour de jeu, un joueur doit faire l’une (et une seule) des deux actions possibles, à savoir : construire un bâtiment ou faire une offrande à un dieu.

Construire un bâtiment :
Il existe deux types de bâtiments que vous pouvez construire lorsque vous utilisez cette action, chacun d’eux possède quelques petites spécificités. Vous pouvez soit construire un bâtiment standard (cela regroupe les bâtiments, civils, militaires, de production, maritimes et scientifiques, en bref tous les pions de votre couleur) ou alors un temple.

Les différents types de bâtiments et les temples
Les différents types de bâtiments et les temples

Construire un bâtiment standard :
Pour construire un de ces bâtiments, vous devez d’abord vous assurer d’avoir un pion du type de bâtiment sur votre plateau. Si vous n’en possédez pas, vous ne pourrez pas construire ce type de bâtiment.

On place la carte de bâtiment que l’on souhaite construire au-dessus la colonne appropriée de notre plateau individuel, s’il y a déjà des cartes de ce type de bâtiment posées, on place la nouvelle au-dessus des autres, de façon à ce que tous les effets des cartes de la colonne soient visibles.

On paye le coût de la carte qui se trouve en haut à gauche, il est possible de remplacer chacune des ressources par 4 pièces d’or.

Les ressources : bois, blé, argile et fer
Les ressources : bois, blé, argile et pierre

Une fois que la carte est posée, le coût payé, prenez le pion adéquat de votre plateau et posez le sur une des régions du plateau, selon les modalités suivantes :

-Le premier bâtiment que vous posez doit se trouver dans une région du bord du plateau de jeu et doit être à une distance de 2 régions vides des autres joueurs, si c’est possible.
-Vos bâtiments suivants peuvent être construits dans une région adjacente à une région où vous avez déjà un bâtiment.
-Vous pouvez également placer un bâtiment dans une région que vous occupez, tant que vous n’avez pas déjà un pion bâtiment de ce type dans cette région (il ne peut pas y avoir 2 bâtiments de production dans la même région par exemple).
-Il est impossible de construire un bâtiment dans un village barbare, qu’il y ait ou non des points de victoire dessus.
-Les bâtiments maritimes ne peuvent être construits que sur des régions maritimes, il est impossible de construire un autre type de bâtiment sur une région maritime.
-Si vous le souhaitez, vous pouvez également dépenser 3 de vos points de victoire, pour placer un bâtiment sur la région vide de votre choix sur le plateau.

Une fois que vous avez placé le pion sur le plateau, profitez des effets des cartes bâtiments de votre colonne de ce type de bâtiment. Les cartes sont à activer de bas en haut.

Construire un temple :
Lorsque vous construisez un temple, placez la carte dans l’encoche prévue sur la droite de votre plateau individuel.

Chaque temple coûte une ressource de chaque type, que vous pouvez évidemment remplacer par 4 pièces d’or pour chaque ressource.

Les différentes valeurs des pièces d'or
Les différentes valeurs des pièces d’or

Une fois que vous avez bâti votre premier temple, il vous faudra une ligne complète de chaque type de cartes bâtiment placés au-dessus de votre plateau, pour construire votre second temple. Il vous faudra deux lignes complètes pour votre troisième temple…etc.

Une fois que vous avez payé le coût, placez un temple de la réserve, sur une des régions que vous occupez. Il n’est pas possible de construire deux temples sur la même région. Les temples sont comptabilisés comme des bâtiments normaux pour les effets des cartes.

Contrairement aux autres bâtiments, il est possible de continuer à construire des temples, même s’il n’y en a plus dans la réserve. Il n’y a simplement pas de pion posé sur le plateau.

Le livret des règles du jeu
Le livret des règles du jeu

Attaque d’un village barbare :
Cette attaque a lieu automatiquement et met en pause le tour de jeu, lorsque vous placez un pion bâtiment et que les 2 conditions suivantes sont réunies : toutes les régions adjacentes à ce village sont occupées et il y a au moins une unité militaire parmi ces régions.

Dans ce cas, le joueur qui a le plus d’unités militaires dans les régions adjacentes prend les PV posés sur le village, qui n’est alors plus considéré comme un village barbare. En cas d’égalité du nombre d’unités militaires entre plusieurs joueurs, le joueur ayant construit le plus de bâtiments dans les régions voisines du village l’emporte.

En cas de nouvelle égalité, les joueurs se partagent les PV arrondis à l’inférieur (par exemple s’ils sont 2 joueurs en lice et qu’il y a 3 PV sur le village, ils en gagneront un chacun).

Faire une offrande à un dieu :
Tout d’abord commencez par défausser autant de cartes de votre main que vous le souhaitez, en indiquant le nombre à voix haute. Vous êtes obligé de défausser au moins une carte pour pouvoir faire une offrande, en dehors de ça c’est le nombre que vous voulez.

Les différents types de cartes
Les différents types de cartes du jeu

Placez les cartes défaussées face visible en tas dans la défausse, si bien que les autres joueurs ne voient que le visuel de la carte placée au-dessus du paquet de cartes que vous venez de défausser.

On profite ensuite du pouvoir associé au dieu de la couleur de la carte qui se trouve au-dessus de la pile. Les effets du pouvoir sont rappelés sur les plateaux individuels par le biais de petites icônes.

Neptune (bleu/maritime) : gagnez 2 pièces d’or par carte défaussée et ajoutez un pion bâtiment maritime sur votre plateau individuel.

Cérès (vert/production) : gagnez 1 jeton ressource  de votre choix (y compris des ressources que vous ne produisez pas) par carte défaussée et ajoutez un pion bâtiment de production sur votre plateau individuel.

Minerve (jaune/science) : vous pourrez piochez une carte de plus par carte défaussée à la fin de votre tour et ajoutez un pion bâtiment scientifique sur votre plateau individuel.

Vesta (brun/civil) : vous gagnez 1 point de victoire si vous avez défaussé une carte, vous en gagnez 2 si vous avez défaussé plus d’une carte et ajoutez un pion bâtiment civil sur votre plateau individuel.

Mars (rouge/militaire) : gagnez 1 pion bâtiment de votre choix par carte défaussée, rien ne vous oblige à prendre des pions militaires.

Jupiter (mauve/temple) : il s’agit d’un joker qui vous permet de choisir le pouvoir d’un des autres dieux.

Une fois que vous avez bénéficié de l’effet du dieu, piochez des cartes jusqu’à en avoir 5 en main. A noter que vous ne pouvez pas avoir plus de 10 cartes en main, si c’est le cas ne piochez plus de cartes une fois arrivé à 10.

Fin de partie :
La fin de partie se déclenche lors de 2 cas de figure :
-Tous les villages barbares du plateau ont été attaqués
-Il n’y a plus de temples disponibles dans la réserve
Lorsque ça arrive, on termine le tour de jeu en cours (donc on joue jusqu’au joueur situé à droite du premier joueur) puis on effectue un ultime tour où chaque joueur effectue une action.

Les valeurs des points de victoire
Les valeurs des points de victoire

Une fois que c’est fait, on passe à la phase de comptage des points. Tous les joueurs ajoutent les points de victoire suivants :
-Les PV gagnés sous formes de jetons pendant la partie.
-Les PV rapportés par les temples
-Les PV liés aux majorités pour chacun des éléments suivants : pièces d’or, bois, pierre, blé et argile.
Le joueur qui a le plus de ces éléments gagne 2PV à chaque fois qu’il est majoritaire (quelqu’un qui possède le plus plus de pièces d’or et d’argile, gagnera donc 4PV par exemple). En cas d’égalité, chacun des joueurs gagne 2PV.

Une fin de partie de Deus à 2 joueurs
Une fin de partie de Deus à 2 joueurs

L’avis de Captain Johan sur Deus :
Deus m’a conquis dès la première partie que j’ai jouée, il faut dire que ce jeu à tout pour plaire pour peu que vous n’ayez rien contre les jeux de cartes à combos, la mythologie romaine et la gestion de civilisation.

Les règles du jeu sont assez simples à comprendre dans la mesure où l’on doit choisir quelle action effectuer à chaque tour et qu’il n’y a que deux possibilités. Cela rend le jeu plutôt abordable et fait que tout type de joueurs devrait pouvoir s’y retrouver.

Bien que les règles du jeu soient simples, le jeu se révèle très riche et il y a de nombreuses possibilités d’optimiser ses actions, puisque les effets de pose de bâtiments s’enchaînent à chaque fois que l’on en rajoute un d’un certain type.

Il peut donc être bon de se spécialiser dans certains types de bâtiments, sans pour autant négliger les autres, si l’on veut pouvoir construire des temples. Ces derniers peuvent en effet s’avérer redoutables en fin de partie.

Comme il n’y a pas loin d’une centaine de cartes bâtiments, vous avez le temps de jouer quelques parties avant de toutes les avoir vues et donc de parvenir à toutes les maîtriser. Deus fait partie de ce genre de jeux que j’affectionne car il n’y a pas vraiment de recette miracle pour gagner. Une fois on va gagner grâce aux temples, d’autres fois car on aura remporté la course aux PV des villages barbares…etc.

La durée des parties dépend généralement du nombre de joueurs et du temps de réflexion de chacun, il arrive parfois qu’on mette un peu de temps à se décider quand plusieurs options intéressantes s’offrent à nous. En moyenne les parties durent donc une heure, mais peuvent être plus ou moins longues selon la configuration et le type de joueurs présents.

Jusque là toutes les parties que j’ai jouées ont été plutôt bien disputées et ne se sont jouées qu’à quelques points d’écart. D’ailleurs elles ont toujours été suivies d’au moins une revanche car une fois qu’on a goûté au jeu, on a envie d’y rejouer et ce quelle que soit le nombre de joueurs autour de la table. Le jeu fonctionne bien dans toutes les configurations de 2 à 4 joueurs, puisque le plateau de jeu s’adapte à chaque fois.

D’ailleurs c’est chouette d’avoir un plateau modulable, si bien que la physionomie du plateau n’est jamais la même d’une partie à l’autre (avec 7 tuiles recto-verso, d’ici à avoir joué dans toutes les configs possibles vous en avez pour un bon moment) d’autant qu’il est également possible de partir avec des configurations alternatives plutôt qu’un bloc central.

Les illustrations du jeu sont également très soignées et permettent de se plonger sans peine dans l’époque de l’antiquité et de la mythologie romaine. On prend plaisir à étendre sa civilisation et à renforcer certaines régions en y construisant de nombreux bâtiments. Lorsqu’on joue, on ne voit pas le temps passer et ça nous est déjà arrivé de nous dire « c’est déjà fini » alors qu’on aurait bien aimé continuer à se développer.

Il y a bien évidemment une part de chance dans le jeu puisque nos actions dépendront de notre main de cartes. Néanmoins, le fait de pouvoir la renouveler à tout moment par le biais des offrandes au dieu, permet de contrebalancer un peu tout ça. Il existe d’ailleurs une variante (que je n’ai pas encore essayée) pour supprimer un peu cette part de hasard.

Le matos présent dans la boîte est d’excellente facture, les pions, les cartes, les plateaux et les tuiles, tout tient bien le choc. Même si, si l’on souhaite pinailler on peut regretter que la ressource bois soit de couleur marron alors que les cases des régions qui permettent d’en produire sont à dominante verte. C’est vrai que c’est un peu confusant au début, mais on chope quand même rapidement le coup de main.

L’autre petit reproche que je pourrais faire à Deus, c’est que contrairement à d’autres jeux à total de points de victoire (comme Abyss ou 7 Wonders par exemple), on ne trouve pas un petit bloc de scores dans la boîte. Cela pourrait permettre de garder une trace des parties jouées et faciliter le décompte, mais je le répète, c’est vraiment juste histoire de trouver quelque chose à reprocher au jeu.

En bref, Deus est un excellent jeu aux règles simples mais qui est d’une très grande richesse, offre de nombreuses possibilités et une excellente rejouabilité dans la mesure où les parties se suivent mais ne se ressemblent pas. Le tout est servi par un matos et des illustrations de qualité, alors pourquoi s’en priver franchement ? Un must-have !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *