Steam Park (Silva/Sorrentino/Buonfino/Cardouat)

Steam Park est un jeu créé par Lorenzo Silva, Lorenzo Tucci Sorrentino, Aureliano Buonfino et illustré par Marie Cardouat. Il est édité par Iello et est disponible en boutiques spécialisées et en VPC depuis le 08 novembre 2013 pour 40€ environ.

Steam Park est jouable de 2 à 4 joueurs à partir de 10 ans et les parties durent en moyenne 60 minutes.

La boîte du jeu Steam Park
La boîte du jeu Steam Park

Le but du jeu est de posséder le parc le plus rentable à l’issue des 6 tours de jeu que dure la partie. Mais gare aux saletés qui traînent dans votre parc puisqu’elles vous occasionneront une amende (plus ou moins conséquente) en fin de partie.

Contenu de la boîte :
-1 livret de règles
-18 attractions (3 tailles différentes par couleur)
-20 stands (4 par type de stand)
-1 pion compte tour
-1 plateau tour de jeu
-1 plateau saleté
-4 tuiles ordre du tour
-4 tuiles terrain de départ
-20 tuiles extension de départ
-42 meeples visiteurs (7 par couleur)
-24 dés (6 par joueur)
-4 tirelires cochon
-1 sac à meeples
-34 cartes bonus
-4 cartes aide de jeu
-48 marqueurs saleté
-84 billets répartis ainsi :
30 billets de 1 Danari
20 billets de 5 Danari
30 billets de 10 Danari
4 billets de 50 Danari

L'ensemble du matériel contenu dans la boîte
L’ensemble du matériel contenu dans la boîte

Mise en place du jeu :
Chaque joueur reçoit une tirelire cochon, 6 dés, une tuile terrain de départ et une carte aide de jeu. On mélange les cartes bonus afin  de former une pioche face cachée, on distribue 6 cartes bonus à tous les joueurs et chacun en conserve 3 et défausse les autres. Les cartes ainsi défaussées sont remélangées dans la pioche de cartes bonus.

Les tuiles de départ (au centre) entourées des extensions
Les tuiles de départ entourées des extensions

On place les attractions et les stands à portée de main des joueurs, on classe les billets par valeur, on forme une réserve de saletés en y plaçant tous les pions saleté, idem pour les visiteurs en les classant par couleur. On place ensuite 1 meeple visiteur de chaque couleur dans le sac en toile noir, le compteur de tours de jeu et celui des saletés sont placés de façon à être visibles pour tous les joueurs.

Le compteur de tours et celui de saleté
Le compteur de tours et celui de saleté

Au centre de la table et à égale distance de tous les joueurs, on dépose les tuiles ordre du tour en colonne (par ordre croissant). A 3 joueurs, on retire la tuile troisième joueur et à 2 joueurs on retire les tuiles deuxième et troisième joueur. Ainsi, il y a toujours une tuile premier joueur et dernier joueur (ZZZ) qui sont présentes.

Les 4 tuiles ordre de tour
Les 4 tuiles ordre de tour

Déroulement de la partie :
Une partie de Steam Park se déroule en 6 tours de jeu qui sont composés de 4 phases distinctes : la phase de lancer de dés, la phase de saleté, la phase d’action et la phase de revenu.

-Phase de lancer de dés :
Tous les joueurs prennent leurs 6 dés en mains et l’un des joueurs lance un compte à rebours, à la fin duquel tout le monde lance ses dés en même temps.

Les différentes faces des dés et les tirelires cochon
Les différentes faces des dés et les tirelires cochon

Après chaque lancer de dés on peut placer un ou plusieurs dé(s) sur notre plateau cochon, afin de le conserver. Les autres dés sont relancés jusqu’à obtenir des résultats qui nous conviennent. Attention : un dé placé sur un plateau cochon ne peut plus être relancé durant la phase de lancer de ce tour de jeu.

Le joueur qui a placé ses 6 dés en premier sur son plateau cochon, se dépêche de se saisir de la tuile premier joueur, le joueur suivant prend la tuile deuxième joueur et ainsi de suite.

Lorsque toutes les tuiles sauf la dernière ont été récupérées, le dernier joueur a le droit de relancer les dés qu’il lui reste trois fois au maximum. Il doit placer tous les dés qu’il lui restait à l’issue de ces trois lancers sur son plateau cochon et ce, même si les résultats obtenus ne lui conviennent pas.

Une fois que tout le monde a récupéré sa tuile ordre du tour et placé tous ses dés sur son cochon, vous pouvez passer à la phase de saleté.

-Phase de saleté :
Pour chaque symbole tâche présent sur un de vos dés (les dés concernés sont les suivants : construction d’attraction, construction de stand et utilisation d’une carte action) prenez un jeton saleté et placez le près de votre parc.

Les jetons saleté ont une valeur de 1 ou 3
Les jetons saleté ont une valeur de 1 ou 3

Ce stock de jetons représente la poubelle de votre parc et vous occasionnera une amende en fin de partie, selon la quantité de saleté présente.

Puis prenez également une saleté par visiteur présent dans votre parc. Pour finir, appliquez le bonus ou malus présent sur votre tuile ordre du tour. Le dernier joueur par exemple aura toujours un malus de 2 saletés supplémentaire, tandis que le premier joueur pourra défausser 4 saletés.

Une fois que tout le monde a pris sa saleté pour ce tour, les joueurs vont pouvoir passer à la phase suivante, qui se joue à tour de rôle selon l’ordre du tour.

-Phase d’action :
Selon l’ordre du tour, chaque joueur dépense tous les dés de son plateau cochon afin de réaliser les actions correspondantes. Pour effectuer une action, il suffit de retirer le ou les dés nécessaires puis de jouer l’action correspondante.

Il n’est bien évidemment plus possible de réutiliser un dé qui vient d’être joué, 6 actions s’offrent à vous lors de cette phase : construire des attractions, construire des stands, attirer des visiteurs, nettoyer la saleté, jouer des cartes bonus et agrandir votre parc.

Chaque joueur est bien évidemment libre de réaliser ses actions dans l’ordre qu’il souhaite, tant qu’il a les dés nécessaires pour les faire.

-Construire des attractions :
Chaque dé avec une face représentant une clé à molette et un marteau (pas de faucille, ni de saucisse ici), vous permettra de construire une attraction. Pour pouvoir construire une attraction avec 3 emplacements visiteurs, il vous faudra donc avoir 3 dés construction d’attraction sur votre cochon.

Les différentes attractions du jeu
Les différentes attractions du jeu

Il n’est pas possible de construire plusieurs attractions de même taille lors de votre tour. Par exemple, si vous avez 3 dés attraction sur votre tirelire, vous pourrez soit construire une grosse attraction à 3 visiteurs ou alors une attraction à 2 visiteurs et une à 1 visiteur. Il n’est donc pas possible de construire 3 attractions à 1 visiteur.

Au niveau de la pose des attractions, il y a certaines règles à respecter, en sachant qu’une fois posé, un bâtiment ne bougera plus jusqu’à la fin de la partie (il faut donc bien optimiser ses poses d’attractions).

Une attraction ne peut pas toucher (même par un angle) un stand déjà posé ou une attraction de couleur différente. En revanche, pour les attractions de même couleur, c’est l’inverse, puisqu’il faut obligatoirement qu’elles se touchent et ce par une et une seule case.

Une fois connectées ensemble, deux attractions de même couleur sont considérées comme une seule attraction et cela jusqu’à la fin de la partie.

-Construire des stands :
Vous pouvez construire 1 ou plusieurs stands en dépensant des dés qui possèdent la face représentant un chapiteau. Cependant il n’est pas possible de construire plusieurs fois le même stand lors d’un tour.

Les différents stands du jeu
Les différents stands du jeu

Par exemple, si vous possédez 3 dés de construction de stands, vous ne pourrez pas construire trois toilettes lors de votre tour de jeu. Vous pourrez en revanche construire une toilette, un casino et un point d’information.

Chaque stand que vous possédez produit un effet, à noter qu’il est possible de faciliter le jeu en n’utilisant pas les effets des stands (mais c’est plutôt dommage de s’en passer). Voici la liste des stands et leurs effets :

Poste de sécurité (tente de police) : Pour chaque poste que vous possédez, vous pouvez remettre dans le sac 1 visiteur que vous venez de piocher afin d’en piocher un nouveau.

Point d’information (cabane avec des panneaux indicateurs) : Pour chacun de ces stands présent dans votre parc vous pouvez placer 1 visiteur que vous venez de piocher, sur un emplacement libre d’une de vos attractions.

Cela fonctionne même si le visiteur n’est pas de la même couleur, ce visiteur est alors remis dans le sac à la fin de la phase de revenus.

Casino (tente avec un dé sur le toit) : pour chaque casino possédé, vous pouvez changer le résultat d’un dé présent sur votre cochon.

Toilette (cabane avec un balai posé contre) : Pour chaque toilette que vous possédez,  vous pouvez considérer que les dés de nettoyage comptent double (donc 4 saletés enlevées grâce à un dé au lieu de 2 normalement).

Kiosque publicitaire (cabane métallique avec des tuyaux qui en sortent) : Pour chaque kiosque publicitaire que vous possédez, chaque dé visiteur compte double. vous pouvez donc tenter de piocher 2 visiteurs avec un seul dé.

Lorsque vous construisez un stand, il ne peuvent pas toucher (même par un angle) une attraction ou un stand de type différent. En revanche des stands du même type doivent être connectés ensemble.

-Attirer des visiteurs :
Pour chaque dé visiteur (la face avec un meeple dessus) dépensé, prenez un visiteur de votre choix dans la réserve et ajoutez le à l’intérieur du sac en toile.

Les visiteurs et le sac de pioche
Les visiteurs et le sac de pioche

Remuez le contenu du sac et piochez un visiteur sans regarder. S’il s’agit d’un visiteur de la couleur d’une de vos attractions avec des emplacements vides, placez le sur cette attraction (il n’en bougera plus du restant de la partie).

Si le visiteur est d’une couleur que vous ne possédez pas dans votre parc, remettez-le dans la réserve (sauf si vous avez un point d’information) et non pas dans le sac !!

Ainsi il y a toujours 6 visiteurs dans le sac après que vous ayez effectué une ou plusieurs actions visant à attirer des visiteurs.

-Nettoyer la saleté :
Pour chaque dé avec une face représentant deux balais, vous pouvez défausser jusqu’à deux marqueurs saleté présents dans votre poubelle (4 pour un dé si vous possédez un stand toilettes). Les marqueurs ainsi défaussés sont remis dans la réserve de saleté.

Le livret de règles du jeu
Le livret de règles du jeu

-Jouer des cartes bonus :
Pour chaque dé avec une face représentant un tas de charbon et une pelle, vous pouvez jouer 1 carte bonus depuis votre main et ainsi gagner la somme d’argent correspondante. Il est interdit de jouer deux cartes bonus identiques lors d’un même tour (mais vous pouvez en joueur plusieurs qui sont différentes).

Des exemples de cartes bonus
Des exemples de cartes bonus

-Agrandir votre parc :
En dépensant n’importe lequel de vos dés qui possède un symbole (donc tous sauf ceux qui ont une face vierge et qui ne servent à rien), vous pouvez acheter une extension et la connecter à votre parc d’attractions.

Vous ne pouvez pas construire plus de deux extensions pour votre parc par tour de jeu. Une extension doit être connectée au reste de votre parc par au moins deux cases.

Le recto/verso des cartes d'aide de jeu
Le recto/verso des cartes d’aide de jeu

-Phase de revenus :
Chaque visiteur présent dans votre parc vous rapporte 3 Danari. Si vous avez moins de 3 cartes bonus en main, piochez 2 cartes, choisissez-en une et défaussez l’autre. Répétez cette opération jusqu’à ce que vous ayez à nouveau 3 cartes en main.

Puis on avance le pion d’une case sur le compteur de tours et tous les joueurs replacent leur tuile ordre de tour au centre de la table en colonne. Un nouveau tour commence ensuite avec une nouvelle phase de lancer de dés et ainsi de suite.

Les précieux Danari ((ils feront l'affaire même avec un n au lieu d'un t)
Les précieux Danaris (ils feront l’affaire même avec un n au lieu d’un t)

Fin de la partie :
La partie s’achève à l’issue du sixième tour, une fois que la phase de revenus est terminée.

Chaque joueur compte alors le nombre de marqueurs saletés qui restent dans la poubelle de son parc et s’acquitte de l’amende correspondante, en se référant au plateau saleté.

En sachant que si jamais vous avez plus de 30 points de saleté dans votre poubelle, vous perdez automatiquement tout votre argent.

Une fois que l’amende est payée, annoncez votre total de Danari, le joueur qui en possède le plus remporte la partie. En cas d’égalité, c’est le joueur qui a le plus de visiteurs dans son parc qui l’emporte. S’il y a de nouveau égalité, c’est le joueur qui touche en premier le logo Cranio Créations sur le couvercle de la boîte de jeu qui l’emporte.

L’avis de Captain Johan sur Steam Park :
Steam Park est un jeu que j’avais essayé avec ma femme lors du festival Ludimania, et que nous avions bien apprécié. On a eu la chance de le recevoir pour Noël et on a donc pu y jouer dans toutes les configurations possibles (à 2,3 et 4 joueurs).

Quel que soit le nombre de joueurs, le jeu fonctionne très bien et ça n’entraîne pas beaucoup de changements, hormis le fait que plus il y a de joueurs et plus vous aurez plus de concurrence au niveau du choix des attractions.

On peut penser au premier abord que le jeu fait la part belle au hasard et la chance puisqu’il y a des lancers de dés et des pioches de cartes bonus, mais il n’en est rien puisqu’il est toujours possible de contrer le hasard en relançant les dés ou le fait qu’on pioche les cartes par deux ce qui permet d’équilibrer, en ne conservant que la plus intéressante.

La majeure partie des tours de jeu s’articule autour de la phase de lancers de dés qui permettra de déterminer ce que l’on pourra faire lors de la phase d’action.

C’est une phase assez délicate, puisqu’il faut soit privilégier la rapidité, afin de décrocher le bonus de propreté (4 saletés en moins pour le premier joueur), mais au risque de perdre des actions intéressantes à jouer ou soit se concentrer sur les dés dont on a vraiment besoin, mais en courant le risque de choper le malus de saleté si on est le dernier joueur.

Du coup il y a toujours une petite pression quand on voit les tuiles de l’ordre du tour qui sont ramassées les unes après les autres, alors qu’on n’a pas encore les dés qu’on voudrait.

De même si on n’a pas eu les dés qu’on voulait et qu’on est le seul joueur qui relance, on court le risque de se retrouver avec des dés nazes, puisqu’on a n’a plus le droit qu’à 3 relances (mais c’est rarement arrivé dans toutes les parties que j’ai jouées, en général tout le monde finit de lancer à peu près simultanément et c’est la bataille pour les tuiles ^^).

J’aime assez le fait que comme dans d’autres jeux, il y a de nombreux moyens différents pour gagner une partie et qu’il n’y a pas vraiment une seule recette miracle. On peut essayer de privilégier un seul type d’attractions, faire la course aux visiteurs ou se concentrer sur les cartes bonus et n’utiliser qu’elles.

Il y a quand même un élément à ne pas perdre de vue, c’est le degré de saleté de notre parc, puisqu’on peut y laisser beaucoup de plumes en fin de partie si on n’y a pas prêté suffisamment attention.

Il faut donc de temps en temps tenter un ou deux tours de jeu pour faire le ménage, soit en prenant les dés comme ils viennent pour être le plus rapide possible, soit en essayant de scorer un max de faces ménage sur nos dés (jusqu’à 12 saletés enlevées d’un coup, si on a 6 dés ménage, voire plus si on possède des toilettes).

Les tours se déroulent plutôt rapidement, pour peu que tout le monde ait réfléchi à ses actions à venir lors de la phase de lancers de dés. Il arrive parfois qu’on doive quand même revoir nos plans, lorsqu’on se fait souffler un stand ou une attraction par un joueur placé avant nous, mais il y a toujours moyen de trouver quelque chose d’autre à faire (comme par exemple étendre son parc si notre dé est devenu inutile).

Les illustrations de Marie Cardouat sont vraiment très chouettes et confèrent une ambiance super sympa à Steam Park, avec un univers futuriste, mécanique et coloré. Du côté du matos tout est de très bonne facture et tient bien le coup, à noter que vous aurez pas mal de montage à faire lors de la première utilisation du jeu, puisqu’il faut construire les attractions et qu’il y a beaucoup d’éléments à dépuncher (mais bon ça fait partie du plaisir d’un jeu neuf ^^).

Le montage n’est pas trop compliqué et dans l’ensemble les différents éléments des attractions s’insèrent bien les uns avec les autres. Une fois monté, tous les éléments trouvent facilement une place dans la boîte du jeu qui a été très bien pensée de ce côté là (il ne vaut mieux pas ranger les attractions à plat, mais debout).

Durant les parties, on ne se fait pas vraiment de coups vaches entre joueurs puisque chacun s’occupe de son parc et qu’il n’est pas possible de voler des visiteurs à ses concurrents ou d’autres joyeusetés du genre. Ce point rebutera d’ailleurs peut être les joueurs qui aiment se pourrir ou celles et ceux qui aiment devoir surveiller tout ce qui se passe partout.

Les seules fois où l’on se fait des crasses, ce n’est généralement pas (complètement) fait exprès, puisqu’il s’agit des moments où l’on construit une attraction que quelqu’un voulait construire.

Mais généralement on ne s’en tient pas vraiment rancune par la suite, il y a suffisamment d’attractions différentes pour que tout le monde puisse s’y retrouver. En général à la fin d’une partie, tous les joueurs ont construit plus ou moins le même nombre d’attractions et les parties se jouent assez rapidement.

En bref Steam Park est un jeu que j’affectionne énormément avec son univers futuriste et coloré, la présence du hasard que l’on parvient à contrebalancer et ses mécaniques sympathiques.

Au vu des avis que j’ai pu croiser, je dirai que c’est un jeu qui ne laisse pas indifférent et que soit on adhère au principe et on se fait bien plaisir en jouant, soit on reste hermétique et on passe à côté. A vous de voir donc si ce jeu est fait pour vous ou non.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *