Compte-rendu de la séance n°11 du 08 février 2017 : Meepleloose

Compte-rendu de la séance n°11 du 08 février 2017 : Meepleloose

Mercredi soir 08 février, dès 19h00 a eu lieu la onzième séance de la saison 3 des Avenjoueurs dans la salle des Frémis Roussottes, au premier étage de l’Espace Culturel Paul Orssaud, situé au 3 rue Jean Jaurès à Genlis.

Au total nous avons été 10 joueurs présents puisque Dominique, Mickaël, Pascal, Benoît, Jérôme, Alain, Gaëtan, Sébastien (ça faisait très plaisir de le revoir depuis le temps ^^) étaient de retour.

Nous avons également eu le plaisir d’accueillir pour la première fois Céline, en espérant que ce ne sera pas la dernière puisqu’elle était vraiment très sympa ^^

Bien évidemment comme d’habitude, le compte-rendu vaudra ce qu’il vaudra puisque je n’ai pas suivi toutes les parties…etc. enfin bref, vous connaissez la chanson;

Certains jeux que possède l’association étaient bien sûr présents ce soir là, assortis de jeux variés provenant de nos ludothèques persos. Vous pouvez d’ailleurs consulter la liste des jeux que je peux mettre à disposition par ici.

De nouveau, je n’avais installé aucun jeu sur les tables, afin de laisser les joueurs libres de choisir ce à quoi ils avaient envie de jouer. Nos habituelles aides de jeux (pour celles qui sont faites) étaient de la partie, afin de faciliter les explications de règles, mais aussi de permettre aux gens souhaitant se lancer rapidement en solo de pouvoir le faire.

Ma sélection du soir
Les jeux de Jérôme
Le proto de Clash of Rage, un jeu qui sera édité par Benoît, via Kickstarter en mai
Les jeux de Pascal (les deux du bas)
Ceux de Mickaël

Comme jouer des heures, ça donne faim et soif, j’avais à nouveau prévu quelques rafraîchissements et de quoi grignoter entre deux parties, merci également à toutes celles et tous ceux qui ont apporté plein de bonnes victuailles.

La tarte torsadée au pesto rouge de Céline (délicieuse)
Le gâteau qu’elle avait fait (je n’ai même pas pensé à le goûter, c’est honteux -_-‘)
Les gâteaux de Pascal et les Schweppes de Dominique (si je ne dis pas de bêtises)
Les cookies de Claire (au top comme toujours) alors qu’elle n’était pas là, elle pense à nous quand même, ça assure 😉
La pizza ramenée par Benoît

Ce sont Jérôme, Alain et benoît qui sont arrivés les premiers avec deux, trois minutes d’écart vers 18h40 et nous avions donc décidé de nous lancer dans une partie de Kanagawa tous les 4. Alain n’y ayant jamais joué, nous lui avons donc expliqué les règles (ça m’a permis de revoir un ou deux points de règles d’ailleurs).

Sauf que Céline (qui venait pour la première fois) est arrivée peu avant que la partie ne débute et je les ai donc lâchement abandonnés. Nous avions été rejoints par Mickaël et Dominique et nous nous sommes donc lancés dans une partie de Quadropolis (mode standard puisqu’ils découvraient tous les 3 le jeu) dont Céline avait entendu du bien et qu’elle voulait essayer.

Dans ce jeu on choisit à tour de rôle différentes tuiles de bâtiments que l’on va placer dans notre ville. Ces dernières permettent de marquer des points en fin de partie, selon le type de bâtiment et les conditions nécessaires à son fonctionnement.

Bien évidemment on ne peut pas prendre n’importe quelle tuile, ni la placer où on le souhaite, si bien qu’il n’est pas rare que volontairement (ou non) on embête nos petits camarades en leur chipant la tuile qu’ils voulaient ou en leur bloquant l’accès à la tuile de leurs rêves.

Les 4 urbanistes

Les stratégies au cours de la partie sont généralement variées et changent en cours de route, car il n’est pas dit qu’on arrivera toujours à avoir ce que l’on désire. Néanmoins les scores sont souvent assez équilibrés et cette partie n’a pas fait exception puisqu’il n’y a que 8 points entre le premier et le dernier.

C’est Dominique qui jouait en bleu qui a remporté le plus grand score avec sa ville spécialisée dans les bâtiments administratifs. Il finit avec un total de 38 points, soit 5 de mieux que moi avec mon 33 final pour les jaunes (j’ai presque failli faire gagner les jaunes Claire ^^‘).

Il s’en est fallu de peu pour que je termine troisième puisque Céline qui était en vert a terminé avec 32 points dans sa ville très commerçante. C’est Micka qui ferme la marche avec un 30 tout pile (c’est franchement rare de le voir finir dernier !!) et pourtant je lui avais laissé les rouges 😉

Sur la table voisine, nos 3 apprentis peintres d’estampe se sont affrontés pour se montrer dignes des enseignements de leur maître. Ici l’écart a été un peu plus conséquent entre le premier et le dernier puisqu’il y a 17 points qui les séparent. Chapeau bas à Alain en tout cas qui jouait au jeu pour la première fois et qui a quand même réussi à s’imposer avec un score de 39 points pour son estampe d’hiver.

Les peintres et Pascal en mode spectateur

Benoît n’était pas très loin derrière puisqu’il termine à seulement 5 points avec un score de 34, son estampe de départ était celle de l’été. C’est donc Jérôme avec une estampe printanière qui ferme la marche sur un score final de 22 points, tout n’a pas dû bien tourner pour lui au cours de la partie malheureusement.

Comme leur partie s’était achevée avant la fin de la nôtre, ils ont été rejoints par Pascal et Gaëtan et ils se sont lancés tous les 5 dans une partie du jeu Les Inventeurs, que nous avions pu tester sous forme de prototype à l’époque. Là encore, il y a eu un écart assez conséquent puisqu’il y a 18 points d’écart entre le premier et le dernier.

Peut être que ce n’était finalement que la chance insolente du débutant pour Alain lors de la partie de Kanagawa, à moins que ce soit le vert qui ne lui porte pas bonheur, puisqu’il a cette fois-ci terminé bon dernier avec 11 points. Pascal qui avait les inventeurs jaune a fini quatrième avec 19 points. C’est Jérôme et la team bleue qui finit troisième avec 22 points.

Les 5 inventeurs

Il n’était vraiment pas loin de la seconde place puisque Gaëtan n’a inscrit qu’un point de plus que lui, soit 23, avec les rouges. Bien qu’il ne jouait pas sa couleur préférée (les rouges justement), Benoît a tout de même raflé la victoire avec un fort sympathique 29 points.

De notre côté, comme on ne change pas une équipe qui gagne, Micka, Céline, Dominique et moi nous nous sommes de nouveau affrontés mais cette fois-ci sur le jeu Kingdomino. Comme toujours, j’avais expliqué les règles pour les variantes de points en début de partie (15 points bonus potentiels si l’on parvient à faire un royaume complet avec son château au centre), si bien que tout le monde était au courant, néanmoins quand on ne connaît pas le jeu ça peut être un peu plus compliqué à faire.

Cela explique donc les disparités de points au niveau des bonus, raison pour laquelle je vais vous livrer les deux classements de la partie (sans et avec) pour que vous voyez la différence que ça fait. Sans les bonus, c’est Céline qui s’est imposée avec un très joli 51 points pour son royaume vert.

Les rois et la reine ^^

Elle était talonnée de très près par Dominique et ses bleus puisqu’il avait inscrit 49 points. C’est un peu moins flambant pour Mickaël et le royaume rose puisqu’il a marqué 38 points. Je n’ai pas du tout fait honneur aux jaunes puisque je finis bon dernier avec 35 points, alors que c’est moi qui ai le plus de parties à mon actif ^^’

Si on compte les bonus, c’est différent puisque Dominique et moi avons marqué 15 points de plus grâce à eux, tandis que Mickaël et Céline n’ont pas remporté le moindre point bonus. Résultat des courses Dominique prend la tête avec 64 points, je ne parviens tout de même pas à doubler Céline puisqu’elle finit deuxième avec son 51 sans bonus, tandis que je n’arrive qu’à 50 avec mes 15 points en plus (quand je vous dis que mon score de base était naze -_-‘). C’est néanmoins suffisant pour que je refile la dernière place à Micka avec son 38 (Smith & Wesson ou tonnes au choix).

Je vous laisse donc choisir le classement qui vous sied le mieux entre celui avec et sans bonus, selon vos accointances avec les différents protagonistes impliqués dans cette partie. Quoi qu’il en soit, les deux parties (Kingdomino et Les Inventeurs) se sont terminées à peu près en même temps, si bien qu’on a pu réorganiser les tables.

Comme Benoît avait emmené le proto de Clash of Rage, un des futurs jeux qu’il éditera (kickstarter prévu courant mai, ne ratez pas ça 😉 ) et que j’avais fortement envie d’essayer depuis un moment, je suis donc allé le rejoindre en compagnie de Mickaël et Gaëtan afin qu’on essaye tout ça et je vais donc vous en parler un peu plus en détail.

Bon bien évidemment, le jeu était sous forme prototypale donc on avait des tokens en carton au lieu des futures figurines, mais c’était déjà très sympa à ce niveau là (ça va tellement péter la classe avec les figouz). Dans le même ordre d’idées, il y aura sans doute quelques points de règles qui changeront (ou pas) puisqu’on testait la présence de mines à la place de certaines forges et d’autres petits trucs du genre.

Début de partie

Quoi qu’il en soit, au niveau des règles c’est vraiment simple à comprendre, il y en a en effet pour une dizaine de minutes d’explication, le temps de déblayer les différentes mécaniques, iconographie et autre (après c’est Benoît qui expliquait, ça joue peut être aussi vu qu’il est plutôt fortiche pour ça).

La partie a été pliée en 3 tours de jeu (visiblement la moyenne est de 3 tours et demi-4 tours) en sachant qu’un tour de jeu, c’est chaque joueur qui effectue 2 actions (mais en alternance, c’est-à-dire que joueur A fait sa première action, joueur B fait pareil et une fois que tout le monde a fait sa première action, on rechausse pour une deuxième action).

La partie se termine dès qu’un joueur au moment d’effectuer sa deuxième action possède 4 points de victoire.

-On gagne 1 point de victoire lorsqu’on contrôle une ville, c’est-à-dire qu’on a des troupes qui s’y trouvent (dans la partie à 4 joueurs, il y a 4 villes).

-On gagne 1 point par équipement légendaire qu’on a crafté et pour les crafter il faut avoir des cristaux (gagnés en savatant des elfes et/ou lorsqu’on contrôle une ville au début d’un nouveau tour de jeu) et contrôler une ou plusieurs forges (plus on a de forges et plus le coût à payer en cristaux diminue).

-On gagne 1 point de victoire si on parvient à remplir la mission épique de la partie (de mémoire, il fallait friter un autre joueur ayant au moins 6 unités dans son armée et un équipement légendaire, en n’utilisant que deux types de nos troupes (sur les 3 dispos)).

La fiche de ma faction avec ses 3 troupes. J’avais 9 tabasseurs dispo en tout, 6 Monteurs de Krag et 4 Exécuteurs. Le tabasseur lançait 3 dés lors des combats, il se déplaçait de 3 zones maximum et avait un point de vie.

Au niveau des actions à notre disposition c’est assez simple :

-Soit on achète du stuff pour nos unités ou on achète un héros (plus éventuellement craft d’objets légendaires) sachant qu’on peut acheter autant de cartes qu’on veut, tant qu’on a les sous nécessaires. Dès qu’on achète un équipement on peut redispatcher ceux qu’on avait déjà à notre guise, sachant qu’il y a des équipements défensifs ou des armes offensives.

-Soit on déplace une de nos armées (nos groupes d’unités) présentes sur le plateau en fonction du déplacement des différentes unités qui la compose (chaque unité ayant ses propres caractéristiques de mouvement, de nombre de dés lancés et éventuellement des bonus de défense ou autre).

Les cartes équipement que l’on peut acheter (le plastron est le seul équipement défensif, les autres sont des armes offensives)

Rien de vraiment bien sorcier en somme. On lance un combat si on termine notre déplacement sur une zone où se trouvent des adversaires, c’est à dire soit les joueurs physiques ou les elfes qui sont gérés automatiquement. On stuffe ces derniers à chaque début de tour en gardant les meilleurs équipements, si bien qu’ils sont plus puissants au fur et à mesure de la partie (d’après Benoît, nous on a eu du bol et ils ont été plutôt pourris). En cas de combat contre eux, c’est notre voisin de gauche qui lance les dés.

Au niveau des combats on lance des dés 6 qui ont 4 faces « touché » et deux faces vierges qui correspondent à un raté. On lance un nombre de dés équivalent à la valeur de combat la plus élevée parmi nos unités présentes dans cette armée.

Si par exemple j’ai au moins une troupe de chaque type et qu’elles ont pour valeur d’attaque 3 dés, 4 dés et 5 dés, ça veut dire que je vais lancer 5 dés et ce même si j’ai 3 fois cette créature dans mon armée qui combat. Si je me prends une branlée et que mes unités qui lançaient 4 ou 5 dés se font tuer, alors je ne lancerai plus que 3 dés ensuite.

Les héros disponibles à l’achat

 

En fonction du nombre de réussites obtenues, on inflige autant de dégâts aux troupes adverses et on en choisit la répartition, en sachant qu’il faut buter l’unité d’un coup sinon le reliquat est perdu. En gros si j’inflige 2 dégâts mais qu’en face il n’y a que des unités à 3 points de vie, ben c’est dans le c*l la balayette pour moi, je ne détruirai aucune unité adverse.

Bien évidemment, il y a des bonus et malus à ajouter ou retrancher à ces réussites, par exemple, chaque icône bouclier présente chez un défenseur annule une réussite, chaque crâne présent chez un attaquant ajoute une réussite automatique…etc.

Un combat se déroule jusqu’à ce qu’une des armées en présence soit décimée ou que l’attaquant décide de se retirer avant de lancer ses dés (mais bon ce n’est pas le genre de la maison, moi je combats jusqu’à la mort lol). Sachant que si on ne fait pas perdre de troupes à l’adversaire, on gagne un jeton rage qui se traduit par une réussite automatique à notre prochain lancer de dés (les rages sont cumulatives) afin que deux armées défensives puissent quand même se tuer sans qu’on y passe des heures (et ça c’est chouettax).

Au début de chaque nouveau tour de jeu, on joue secrètement une carte d’initiative qui va déterminer l’ordre du tour à venir en fonction de la valeur d’initiative (on joue le tour en partant du plus petit, jusqu’au plus grand) mais également nos ressources en or pour le tour, ainsi que les renforts que l’on va apporter à notre armée.

Les cartes initiatives de mon deck (on en a 3 en main en début de partie et on repioche une à chaque fin de tour). Par exemple la n°1 permet de faire entrer en jeu 4 Monteurs de Krag et fait gagner 10 pièces d’or.

On peut placer ces derniers soit dans notre bastion (notre tuile de départ qui est inamovible et inattaquable pendant toute la partie, mais qu’on place selon notre bon vouloir en début de jeu (impossible que deux bastions soient côte à côte) ou alors dans un bâtiment qu’on contrôle : mine, forge (qui permet de toucher 2 pièces d’or en plus en début de tour) ou ville.

Bien évidemment on peut panacher nos renforts et en placer un ou deux dans notre bastion, d’autres dans une ville…etc. afin de consolider nos positions et/ou préparer de futurs déplacements et attaques dévastatrices. Autant dire que la phase de choix de la carte d’initiative et de placement de nos unités est très stratégique et importante.

Au niveau du plateau de jeu on avait 4 tuiles comportant 7 zones hexagonales avec sur chaque tuile une ville, une forge et une mine. Ces grandes tuiles sont placées au hasard et sachant qu’elles n’ont pas exactement les mêmes configurations et qu’elles ont des recto et verso différents, ça promet des parties différentes à chaque fois, et il est donc plutôt important de bien se placer en début de partie.

C’est parti pour la baston entre les bleus de Benoît et les jaunes de Gaëtan

 

Voilà à peu près au niveau des grandes lignes du jeu et des règles, en espérant que ça vous aidera à voir de quoi il retourne. On va donc passer à la partie proprement dite, il faut déjà savoir que chaque clan a ses particularités propres, par exemple les morts vivants ils se traînent un peu au niveau des déplacements, mais ils sont nombreux et reviennent pas mal en jeu.

De mon côté j’avais la tribu Bohorg qui dans l’idée sont un genre de gobelins, c’est-à-dire qu’ils sont nombreux, qu’ils sont rapides (donc se déplacent beaucoup) et ont des valeurs d’initiative assez basses en général, mais ils sont pas bien costauds pour les combats.

Mes loosers en fin de partie

Pour les deux autres factions : le Clan Godleif et la Baronnie Steamfield, j’ai moins fait gaffe à leurs stats et autre, mais ils avaient l’air assez bien répartis entre le nombre, la puissance et le déplacement, même si les Steamfield sont visiblement un peu plus chauds à jouer (mais le hasard à bien fait les choses puisque c’est Benoît qui les a eus).

J’avoue que comme c’était ma première partie, je n’avais pas forcément trop d’idées sur les meilleures stratégies à adopter, mais l’idée de crafter de l’équipement légendaire me plaisait bien.

La Baronnie Steamfeld de Benoît en fin de partie (au moment de sa grosse loose donc)

 

Malheureusement je n’y suis pas parvenu, puisque généralement je me faisais laminer mes troupes par Gaëtan lorsqu’il lançait les dés pour les elfes (ce qui ne l’a pas empêché de chouiner toute la partie parce Micka lui faisait pareil lol). Il faut dire que je n’ai pas acheté beaucoup d’équipement pour mes troupes au cours de la partie et que je n’avais pas choisi forcément les plus adéquats, ceci expliquant cela. J’ai donc fini bon dernier sans marquer le moindre point, tout comme Benoît.

Le clan des vainqueurs

Il faut dire que ce dernier a subi les assauts revanchards de l’armée des morts vivants de Gaëtan, puisque Benoît l’avait attaqué au tour précédent pour essayer de lui prendre une forge. Résultat des courses, Micka qui contrôlait le Clan Godleif a pu sans souci prendre le contrôle de 2 autres villes (il en avait déjà une), ses 3 points ajoutés à son craft légendaire lui ont offert les 4 points nécessaires à la victoire.

En bref, il nous a pilé le temps d’un tour, sans qu’on ne voit trop rien venir. J’ai d’ailleurs adoré Benoît qui ne m’a pas du tout mis la pression en disant que j’étais le seul rempart pour empêcher sa victoire (alors qu’il venait juste de se faire battre avant lol). J’ai été fidèle à moi-même et n’ait donc pas été flambant au niveau de mes jets de dés, si bien que le dernier rempart n’a pas fait long feu ^^

Les morts vivants de Gaëtan à l’issue de la partie

 

Quoi qu’il en soit, bien que je me sois pris une grosse volée, j’ai eu une méga envie d’y rejouer et j’ai adoré. Je ferai clairement un all-in pendant la campagne kickstarter puisque le jeu est plutôt bien rapide pour un jeu de ce type, qu’il est facile au niveau des règles, mais demande néanmoins de la réflexion et de la stratégie en cours de jeu.

Bien évidemment, cette partie a duré un petit moment si bien que nos camarades ont eu le temps de faire plusieurs parties, Céline, Jérôme, Dominique, Pascal et Alain ont été rejoints par Sébastien (que ça faisait supra plaisir de revoir depuis le temps) et ils se sont lancés dans une partie de Mysterium à 6.

C’est Jérôme qui a été le fantôme pour la partie, comme je n’ai pas ce jeu, je n’ai jamais lu les règles et ne le connaît donc que via celles que Claire m’avaient apprises lorsqu’on y avait joué aux Avenjoueurs. Sauf que visiblement il y a plusieurs niveaux de difficulté (là je crois qu’ils ont joué en mode normal, sans pouvoir le certifier à 100%) et qu’en fait, le joueur qui incarne le fantôme n’a pas le droit de parler de toute la partie oO

Les mediums et le fantôme

Jérôme a donc tapé sur la table pour répondre à ses camarades, un coup pour oui et deux coups pour non (ou l’inverse, là encore je ne garantis rien ^^’), donc franchement je lui tire mon chapeau car ayant déjà été fantôme une fois, bien que je n’ai pas donné d’indices ou autre oralement, j’aurai trouvé ça rude de ne pas pouvoir parler du tout.

Bien évidemment, comme j’étais occupé à me clasher avec Micka, Benoît et Gaëtan je n’ai pas forcément trop suivi leur enquête paranormale dans le manoir. Je sais néanmoins que Pascal a été un excellent investigateur (mais nul doute que Jérôme n’y est pas étranger non plus, ses visions devaient être très claires) puisqu’il a trouvé ses 3 indices du premier coup.

Du côté du fantôme ça donne ça ^^

On peut également toutes et tous les féliciter puisqu’ils ne se sont pas faits avoir et ont tous réussi à trouver leurs 3 indices dans le temps imparti. Cerise sur le gâteau, ils ont réussi à voter correctement et à trouver la solution du crime, bon par contre je ne peux pas vous dire qui l’a fait, ni où, ni comment, mais c’était sûrement crapuleux…

Pour la suite, ils ont joué à Code Names, le jeu où on fait de l’espionnage à base de mots (la version avec des images au lieu des mots devrait bientôt débarquer, une version Disney et une Marvel sont également en préparation visiblement) en équipes.

Du côté des bleus on avait Dominique, Alain et Pascal, face à Sébastien, Céline et Jérôme qui étaient les rouges. Pour leur première partie, ce sont Jérôme (rouge) et Pascal (bleu) qui étaient les maîtres espions chargés de faire deviner l’identité des agents secrets de leur équipe à leurs coéquipiers.

Les premiers maîtres espions

A ce petit jeu là, c’est Jérôme qui a été le plus habile puisque la team rouge a remporté la victoire, laissant Dominique Alain et Pascal le bec dans l’eau. La seconde partie a été la plus courte de toute l’histoire (ou pas loin en tout cas), en effet c’était Alain qui faisait deviner pour la team bleue et Sébastien pour la team rouge.

La partie la plus rapide du monde ^^

Alain a fait super fort puisque ses partenaires ont trouvé l’assassin dès sa première proposition d’indice (bon ils avaient quand même bien placé un espion avant), leur faisant ainsi perdre la partie direct. Il faut dire qu’il avait mal lu la carte repère, d’où cette défaite fulgurante. Ils ont donc rejoué dans la même configuration une troisième partie où Alain et Sébastien faisaient de nouveau deviner à leurs collègues et cette fois-ci ce sont les bleus qui ont gagné.

Comme quoi, le fait de lire la carte correctement, ben mine de rien, ça aide à gagner ^^ Leur quatrième et ultime partie a donc été jouée avec Céline à la tête de la team rouge et Dominique à la tête de la team bleue, par contre je n’ai pas le résultat et je ne pourrai donc pas vous dire quelle équipe a gagné.

Le dernier duo d’ennemis ^^

Mais au vu de la photo suivante, c’était très serré puisque chaque équipe n’avait plus qu’un espion à placer… Alors peut être qu’une des deux team a dévoilé l’assassin sur la fin (ça serait supra mocho ça), nous ne le saurons jamais, tout comme le score final qui peut soit être de 3 victoires à 1 pour la team rouge de Seb, Céline et Jérôme ou alors un match nul de 2 victoires partout si ce sont Dominique, Alain et Pascal qui ont remporté la dernière.

Quoi qu’il en soit, Clash of Rage et Code Names, ce sont terminés à peu près en même temps, seuls Dominique et Mickaël sont rentrés se coucher pendant que les 7 mercenaires ludiques (ou salopards ou samouraïs selon vos préférences) ont décidé de s’affronter sur un jeu pas trop long, histoire de finir en douceur.

Comme on était 7, forcément le choix était un peu plus limité puisque ce ne sont pas les jeux que nous avons le plus, on a néanmoins opté pour un 6 qui prend et il nous a fallu trois manches pour atteindre les 66 têtes nécessaires à la défaite de quelqu’un.

Habile stratégie pour connaître les cartes de Benoît 😉

Il faut d’ailleurs féliciter chaleureusement Pascal puisqu’il a réussi l’exploit de termine avec un 66 tout pile !!! Il a d’ailleurs réalisé sa meilleure manche lors de la troisième puisqu’il n’a inscrit que 6 points. Une broutille comparé à son 37 de la seconde manche et son 23 de la première.

Bon j’ai déjà tué le suspens quant au « gagnant » de la partie, mais on va voir ce qui s’est passé au fil des manches. C’est Gaëtan qui a été le plus performant en n’inscrivant qu’un seul point, je le talonnais de près avec mes 3 points, tout comme Benoît qui en a marqué 9. Jérôme et Sébastien ont franchi la barre des 10 avec respectivement 17 et 18.

Ce sont Pascal et Céline qui ont le moins brillé au cours de la première manche vu qu’ils ont passé le cap des 20, Pascal avec son 23 et Céline avec un beau gros 29, autant dire qu’elle a démarré fort ^^

Elle s’est bien rattrapée au cours de la manche n°2 puisqu’elle signe le plus petit score avec Benoît, dans la mesure où ils n’ont marqué que 6 points chacun, les emmenant ainsi à 35 et 15 points. Jérôme n’était pas loin d’eux puisqu’il a inscrit seulement 7 points lui octroyant un total de 24. Je suis le suivant avec 9 points, me portant ainsi à 12.

Les challengers du 6 qui prend

Sébastien a fait un peu mieux qu’à la précédente puisqu’il ne marque que 15 points, soit un total de 33 pour lui. Contre performance pour Gaëtan qui marque 19 points d’un coup, finissant avec 20. Si bien qu’à l’issue de la seconde manche, j’étais premier avec 12 points, devançant d’une chouïette Benoît et son 15 ainsi que Gaëtan et son 20.

Jérôme en quatrième place restait dans la course avec 24 points, c’était un peu plus chaud pour Sébastien et Céline avec respectivement 33 et 35 points. A moins d’un miracle, ça commençait à vraiment bien puer pour Pascal, puisqu’il totalisait 60 points.

C’est Benoît qui a remporté la véritable victoire puisqu’il n’a marqué que 2 points au cours de la troisième manche, finissant sur un joli score de 17 points. Il a une confortable avance sur Jérôme qui en ayant marqué 7 points finit avec un total de 31. Céline n’était pas loin derrière, il faut dire que d’inscrire seulement 2 points pendant la dernière manche, ça aide.

Vis ma vie de joueur pendant l’ultime partie ^^

Elle termine donc troisième avec 37. Sébastien échoue au pied du podium puisqu’il a totalisé 41 points, suite aux 8 qu’il a marqués. C’est serré avec Gaëtan également puisque ce dernier finit avec un 44. Saluons néanmoins ma mirifique performance, puisque j’ai réussi à perdre 5 places au cours de la dernière manche, puisque j’ai dégringolé à la 6ème place alors que j’étais en tête avant.

Non content d’avoir chuté à mort, j’ai également signé le score le plus pourrave de la partie puisque j’ai pris 39 points dans les carreaux au cours de la manche (battant ainsi le record de 37 de Pascal lors de la manche précédente). Malgré tous mes efforts, je n’ai pas réussi à battre Pascal et son 66, puisque je termine avec « seulement » 51 points. Ce qui prouve bien que tout peut changer au cours d’une partie de 6 qui prend et c’est justement ça qui est cool avec ce jeu ^^

C’est donc suite à cette partie finale de 6 qui prend et après grosso modo de 3 heures 30 à 5 heures 23 de jeu (selon l’heure d’arrivée des joueurs), que nous avons mis fin à la séance, aux alentours de minuit.

Vous pouvez retrouver l’ensemble des photos prises durant la soirée, sur notre page Facebook, par là : https://www.facebook.com/avenjoueurs/photos/?tab=album&album_id=1726823784226136

Au total ce soir nous avons joué 11 parties dont : 1 partie de Quadropolis à 4 joueurs, 1 partie  de Kanagawa à 3 joueurs, 1 partie de Les Inventeurs à 5 joueurs, 1 partie de Kingdomino à 4 joueurs, 1 partie de Clash of Rage à 4 joueurs, 1 partie de Mysterium à 6 joueurs, 4 parties de Codenames à 6 joueurs et 1 partie de 6 qui prend à 7 joueurs.

J’ai hâte d’être aux prochaines séances qui auront lieu :

-Le mercredi 22 février 2017 , à partir de 19h, dans la salle des Frémis Roussottes (située au 1er étage de l’Espace Culturel Paul Orssaud) au 3 rue Jean Jaurès à Genlis.
L’évènement Facebook dédié se trouve par là : https://www.facebook.com/events/1794023917525157/

-Le samedi 25 février 2017 , à partir de 19h, dans la salle des Frémis Roussottes (située au 1er étage de l’Espace Culturel Paul Orssaud) au 3 rue Jean Jaurès à Genlis.
L’évènement Facebook dédié se trouve par là : https://www.facebook.com/events/1871348239776829/

N’hésitez pas à faire tourner les infos si vous êtes joueuses ou joueurs, dans les environs d’Auxonne/Dijon/Genlis, on se fera toujours un plaisir de jouer avec vous, si vous venez nous voir !! Car plus on est de fous et plus on joue ^^

2 Comments

  1. En effet, il ne faut normalement pas parler du tout lorsque l’on joue le fantôme à Mysterium !! Après tu sais à quel point c’ est dur pour moi de ne point parler mdr
    Pour la petite anecdote, à noel, on a fait une partie avec mes frangines et j’ ai joué le fantôme sans parler du tout puisque pour l’ immersion du jeu, nous avions tamisé les lumières et je portais un masque ! comme ça, impossible de trahir le moindre signe de quoi que ce soit ! ( et impossible aussi de respirer correctement^^) mais bon c’ était vraiment sympa !
    Micka a beaucoup aimé Clash of rage également !
    Ah oui à 5 pts près tu faisais gagner les jaunes à Quadropolis ! Dommage^^
    Pas plus fan que ça de quadropolis, je lui préfère de loin Suburbia dans approximativement le même principe mais bon comme toujours, ce n’ est qu’ une question de gouts^^

    1. Je te remercie du coup de m’avoir ménagé la fois où j’ai été le fantôme, car je pensé également que ça aurait été compliqué également pour moi de pas parler du tout.
      Je le comprends Clash of Rage est vraiment cool, même si bon je pense qu’il faut allez se friter avec ses camarades pour avoir des chances de l’emporter. Suburbia j’ai qu’une partie à mon actif dessus, mais j’étais pas optimum du tout, il est moins facile d’accès que Quadropolis (et beaucoup moins beau lol) et donc tu te fais bien plus vite punir pour toute la partie ^^’

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *