Clash of Rage (Guérard/Djib) financement participatif [kickstarter jusqu’au 09 juin]

Clash of Rage (Guérard/Djib) financement participatif [kickstarter jusqu’au 09 juin]

L’article du jour sera un peu particulier puisque je vais vous présenter un jeu qui est actuellement en phase de financement sur la plateforme de crowdfunding (financement participatif) Kickstarter : par là. Je vous expliquerai à la fin de l’article comment tout ça fonctionne, pour celles et ceux qui n’ont jamais participé à ce genre de campagnes et qui voudraient se lancer, ce que je ne saurai que trop vous conseiller, vu que le jeu que je vais vous présenter est juste génial !!! (je dis ça, je dis rien ^^)

Le futur visuel de la boîte du jeu

Le jeu en question est Clash of Rage, il a été créé par Frédéric Guérard et illustré par Djib et il sera édité par La Boîte de Jeu et distribué par Blackrock Games. Il devrait logiquement sortir vers l’été 2018 (les backers recevront leurs contreparties courant juin 2018) et coûte lors de la campagne 85 euros hors frais de port (sauf si vous optez pour le retrait gratuit dans une boutique partenaire).

Le futur contenu de la boîte

But du jeu :
Clash of rage est un jeu d’affrontement pour 2 à 4 joueurs (environ 25min par joueur) dans un univers médiéval-fantastique un peu loufoque.

Les elfes qui dominaient le monde sont, parait-il, en déclin et chacun des peuples existant espèrent devenir le nouveau leader de ce monde. Chaque joueur dirige une armée/clan avec ses propres caractéristiques composées de 3 unités différentes.

Au fur et à mesure de la partie, il faudra acheter des équipements pour améliorer ses troupes et créer une armée unique à chaque partie, conquérir les forges et les cités elfes, forger des équipements légendaires, recruter des leaders spéciaux pour guider vos armées et résister aux assauts des autres armées.

Le jeu propose un système de combat avec des dés basé sur un système intelligent où le nombre ne fait pas tout. En effet, il faudra coupler la polyvalence de vos différentes unités à la résistance de votre armée pour remporter les combats.

Débriefing de la partie que j’avais jouée sur le proto
Comme Benoît nous avait apporté le proto lors d’une de nos soirées, je vous remets le compte-rendu de la partie que j’avais faite à l’époque et qui donne un aperçu des règles du jeu, de la mise en place…etc.

Comme Benoît avait emmené le proto de Clash of Rage, un des futurs jeux qu’il éditera (kickstarter prévu courant mai, ne ratez pas ça 😉 ) et que j’avais fortement envie d’essayer depuis un moment, je suis donc allé le rejoindre en compagnie de Mickaël et Gaëtan afin qu’on essaye tout ça et je vais donc vous en parler un peu plus en détail.

Bon bien évidemment, le jeu était sous forme prototypale donc on avait des tokens en carton au lieu des futures figurines, mais c’était déjà très sympa à ce niveau là (ça va tellement péter la classe avec les figouz). Dans le même ordre d’idées, il y aura sans doute quelques points de règles qui changeront (ou pas) puisqu’on testait la présence de mines à la place de certaines forges et d’autres petits trucs du genre.

Début de partie

Quoi qu’il en soit, au niveau des règles c’est vraiment simple à comprendre, il y en a en effet pour une dizaine de minutes d’explication, le temps de déblayer les différentes mécaniques, iconographie et autre (après c’est Benoît qui expliquait, ça joue peut être aussi vu qu’il est plutôt fortiche pour ça).

La partie a été pliée en 3 tours de jeu (visiblement la moyenne est de 3 tours et demi-4 tours) en sachant qu’un tour de jeu, c’est chaque joueur qui effectue 2 actions (mais en alternance, c’est-à-dire que joueur A fait sa première action, joueur B fait pareil et une fois que tout le monde a fait sa première action, on rechausse pour une deuxième action).

La partie se termine dès qu’un joueur au moment d’effectuer sa deuxième action possède 4 points de victoire.

-On gagne 1 point de victoire lorsqu’on contrôle une ville, c’est-à-dire qu’on a des troupes qui s’y trouvent (dans la partie à 4 joueurs, il y a 4 villes).

-On gagne 1 point par équipement légendaire qu’on a crafté et pour les crafter il faut avoir des cristaux (gagnés en savatant des elfes et/ou lorsqu’on contrôle une ville au début d’un nouveau tour de jeu) et contrôler une ou plusieurs forges (plus on a de forges et plus le coût à payer en cristaux diminue).

-On gagne 1 point de victoire si on parvient à remplir la mission épique de la partie (de mémoire, il fallait friter un autre joueur ayant au moins 6 unités dans son armée et un équipement légendaire, en n’utilisant que deux types de nos troupes (sur les 3 dispos)).

La fiche de ma faction avec ses 3 troupes. J’avais 9 tabasseurs dispo en tout, 6 Monteurs de Krag et 4 Exécuteurs. Le tabasseur lançait 3 dés lors des combats, il se déplaçait de 3 zones maximum et avait un point de vie.

Au niveau des actions à notre disposition c’est assez simple :

-Soit on achète du stuff pour nos unités ou on achète un héros (plus éventuellement craft d’objets légendaires) sachant qu’on peut acheter autant de cartes qu’on veut, tant qu’on a les sous nécessaires. Dès qu’on achète un équipement on peut redispatcher ceux qu’on avait déjà à notre guise, sachant qu’il y a des équipements défensifs ou des armes offensives.

-Soit on déplace une de nos armées (nos groupes d’unités) présentes sur le plateau en fonction du déplacement des différentes unités qui la compose (chaque unité ayant ses propres caractéristiques de mouvement, de nombre de dés lancés et éventuellement des bonus de défense ou autre).

Les cartes équipement que l’on peut acheter (le plastron est le seul équipement défensif, les autres sont des armes offensives)

Rien de vraiment bien sorcier en somme. On lance un combat si on termine notre déplacement sur une zone où se trouvent des adversaires, c’est à dire soit les joueurs physiques ou les elfes qui sont gérés automatiquement. On stuffe ces derniers à chaque début de tour en gardant les meilleurs équipements, si bien qu’ils sont plus puissants au fur et à mesure de la partie (d’après Benoît, nous on a eu du bol et ils ont été plutôt pourris). En cas de combat contre eux, c’est notre voisin de gauche qui lance les dés.

Au niveau des combats on lance des dés 6 qui ont 4 faces « touché » et deux faces vierges qui correspondent à un raté. On lance un nombre de dés équivalent à la valeur de combat la plus élevée parmi nos unités présentes dans cette armée.

Si par exemple j’ai au moins une troupe de chaque type et qu’elles ont pour valeur d’attaque 3 dés, 4 dés et 5 dés, ça veut dire que je vais lancer 5 dés et ce même si j’ai 3 fois cette créature dans mon armée qui combat. Si je me prends une branlée et que mes unités qui lançaient 4 ou 5 dés se font tuer, alors je ne lancerai plus que 3 dés ensuite.

Les héros disponibles à l’achat

En fonction du nombre de réussites obtenues, on inflige autant de dégâts aux troupes adverses et on en choisit la répartition, en sachant qu’il faut buter l’unité d’un coup sinon le reliquat est perdu. En gros si j’inflige 2 dégâts mais qu’en face il n’y a que des unités à 3 points de vie, ben c’est dans le c*l la balayette pour moi, je ne détruirai aucune unité adverse.

Bien évidemment, il y a des bonus et malus à ajouter ou retrancher à ces réussites, par exemple, chaque icône bouclier présente chez un défenseur annule une réussite, chaque crâne présent chez un attaquant ajoute une réussite automatique…etc.

Un combat se déroule jusqu’à ce qu’une des armées en présence soit décimée ou que l’attaquant décide de se retirer avant de lancer ses dés (mais bon ce n’est pas le genre de la maison, moi je combats jusqu’à la mort lol). Sachant que si on ne fait pas perdre de troupes à l’adversaire, on gagne un jeton rage qui se traduit par une réussite automatique à notre prochain lancer de dés (les rages sont cumulatives) afin que deux armées défensives puissent quand même se tuer sans qu’on y passe des heures (et ça c’est chouettax).

Au début de chaque nouveau tour de jeu, on joue secrètement une carte d’initiative qui va déterminer l’ordre du tour à venir en fonction de la valeur d’initiative (on joue le tour en partant du plus petit, jusqu’au plus grand) mais également nos ressources en or pour le tour, ainsi que les renforts que l’on va apporter à notre armée.

Les cartes initiatives de mon deck (on en a 3 en main en début de partie et on repioche une à chaque fin de tour). Par exemple la n°1 permet de faire entrer en jeu 4 Monteurs de Krag et fait gagner 10 pièces d’or.

On peut placer ces derniers soit dans notre bastion (notre tuile de départ qui est inamovible et inattaquable pendant toute la partie, mais qu’on place selon notre bon vouloir en début de jeu (impossible que deux bastions soient côte à côte) ou alors dans un bâtiment qu’on contrôle : mine, forge (qui permet de toucher 2 pièces d’or en plus en début de tour) ou ville.

Bien évidemment on peut panacher nos renforts et en placer un ou deux dans notre bastion, d’autres dans une ville…etc. afin de consolider nos positions et/ou préparer de futurs déplacements et attaques dévastatrices. Autant dire que la phase de choix de la carte d’initiative et de placement de nos unités est très stratégique et importante.

Au niveau du plateau de jeu on avait 4 tuiles comportant 7 zones hexagonales avec sur chaque tuile une ville, une forge et une mine. Ces grandes tuiles sont placées au hasard et sachant qu’elles n’ont pas exactement les mêmes configurations et qu’elles ont des recto et verso différents, ça promet des parties différentes à chaque fois, et il est donc plutôt important de bien se placer en début de partie.

C’est parti pour la baston entre les bleus de Benoît et les jaunes de Gaëtan

Voilà à peu près au niveau des grandes lignes du jeu et des règles, en espérant que ça vous aidera à voir de quoi il retourne. On va donc passer à la partie proprement dite, il faut déjà savoir que chaque clan a ses particularités propres, par exemple les morts vivants ils se traînent un peu au niveau des déplacements, mais ils sont nombreux et reviennent pas mal en jeu.

De mon côté j’avais la tribu Bohorg qui dans l’idée sont un genre de gobelins, c’est-à-dire qu’ils sont nombreux, qu’ils sont rapides (donc se déplacent beaucoup) et ont des valeurs d’initiative assez basses en général, mais ils sont pas bien costauds pour les combats.

Mes loosers en fin de partie

Pour les deux autres factions : le Clan Godleif et la Baronnie Steamfield, j’ai moins fait gaffe à leurs stats et autre, mais ils avaient l’air assez bien répartis entre le nombre, la puissance et le déplacement, même si les Steamfield sont visiblement un peu plus chauds à jouer (mais le hasard à bien fait les choses puisque c’est Benoît qui les a eus).

J’avoue que comme c’était ma première partie, je n’avais pas forcément trop d’idées sur les meilleures stratégies à adopter, mais l’idée de crafter de l’équipement légendaire me plaisait bien.

La Baronnie Steamfeld de Benoît en fin de partie (au moment de sa grosse loose donc)

Malheureusement je n’y suis pas parvenu, puisque généralement je me faisais laminer mes troupes par Gaëtan lorsqu’il lançait les dés pour les elfes (ce qui ne l’a pas empêché de chouiner toute la partie parce Micka lui faisait pareil lol). Il faut dire que je n’ai pas acheté beaucoup d’équipement pour mes troupes au cours de la partie et que je n’avais pas choisi forcément les plus adéquats, ceci expliquant cela. J’ai donc fini bon dernier sans marquer le moindre point, tout comme Benoît.

Le clan des vainqueurs

Il faut dire que ce dernier a subi les assauts revanchards de l’armée des morts vivants de Gaëtan, puisque Benoît l’avait attaqué au tour précédent pour essayer de lui prendre une forge. Résultat des courses, Micka qui contrôlait le Clan Godleif a pu sans souci prendre le contrôle de 2 autres villes (il en avait déjà une), ses 3 points ajoutés à son craft légendaire lui ont offert les 4 points nécessaires à la victoire.

En bref, il nous a pilé le temps d’un tour, sans qu’on ne voit trop rien venir. J’ai d’ailleurs adoré Benoît qui ne m’a pas du tout mis la pression en disant que j’étais le seul rempart pour empêcher sa victoire (alors qu’il venait juste de se faire battre avant lol). J’ai été fidèle à moi-même et n’ait donc pas été flambant au niveau de mes jets de dés, si bien que le dernier rempart n’a pas fait long feu ^^

Les morts vivants de Gaëtan à l’issue de la partie

Quoi qu’il en soit, bien que je me sois pris une grosse volée, j’ai eu une méga envie d’y rejouer et j’ai adoré. Je ferai clairement un all-in pendant la campagne kickstarter puisque le jeu est plutôt bien rapide pour un jeu de ce type, qu’il est facile au niveau des règles, mais demande néanmoins de la réflexion et de la stratégie en cours de jeu.

Mon avis sur Clash of Rage en quelques lignes :
Bon tout d’abord, je dois bien avouer que la première raison qui fait que je back ce projet, c’est tout simplement car c’est signé La Boîte de Jeu, en collaboration avec Origames, deux teams que j’aime énormément, tout comme Blackrock Games qui éditent tout plein de bons jeux.

Donc d’ores et déjà, je sais qu’on à l’assurance d’avoir un jeu aux petits oignons, avec du matos de supra qualité (Igor Polouchine à la direction artistique ça tabasse toujours un max !!), sans compter que les illustrations de Djib sont de toute beauté dans le genre cartoonesque qui colle vachement bien à l’univers déjanté de Clash of Rage.

Pour y avoir déjà joué, je peux également vous dire que le jeu est excellent, avec un bon petit goût de reviens-y, même si avouons le, c’est le genre de jeu où ça va couiner en cours de partie. En effet, n’espérez pas trop pouvoir rester peinard tout le long de la partie, à essayer de ne vous en prendre qu’aux elfes pour ne pas froisser vos adversaires. L’affrontement avec eux sera inévitable tôt ou tard et donc autant le déclencher, plutôt que de le subir à un moment inopportun pour vous.

Que les allergiques aux dés se rassurent, le système est très bien pensé et permet donc de lisser le hasard, ne serait-ce qu’avec le système des relances, si bien que même un poissou aux dés à toutes ses chances (et au pire, il fera le bonheur de son voisin de droite lol). Ce système permet d’ailleurs de faire de jolis coups d’éclat et on arrivera à dérouiller une armée bien plus forte que nous sur le papier, pour peu qu’on se soit bien stuffé et/ou qu’on ait optimisé les unités envoyées au combat. A contrario on peut aussi se faire plier une maxi armée contre un pelé et deux tondus.

Je trouve donc que ça reflète bien le côté épique de certaines batailles où une poignée de valeureux guerriers va pouvoir s’illustrer au combat, j’aime également beaucoup le fait que bien qu’on soit sur de l’héroïc fantasy, on ne tombe pas dans les archétypes habituels, mais que les clans soient variés et aient chacun leurs propres spécificités.

C’est également plutôt cool que pour une fois les elfes ne soient pas considérés comme les plus balèzes, stylés…etc. comme c’est souvent le cas. Ici le but est clair, c’est la cible à abattre et on peut donc s’en donner à cœur joie et les rosser au maximum (essayer de le faire au moins).

En bref, Clash of Rage c’est un jeu d’affrontement avec un univers très développé et fort sympathique qui change des canons habituels. Il y a également des mécaniques originales et bien pensées, des clans équilibrés avec leurs propres spécificités, des illustrations super classieuses et un matos qui sera au top du top, vu celui des productions précédentes de la Boîte de Jeu.

Fonctionnement du crowdfunding et où on en est sur la campagne :
Pour celles et ceux qui n’auraient jamais participé à un financement participatif, je vais vous donner quelques explications. Le but du jeu est d’atteindre un certain montant qui permettra de donner vie au projet. Bien évidemment l’idéal est d’aller bien au-delà de ce montant, pour que le créateur du projet puisse avoir plus de marge et ajoute des contreparties supplémentaires à son projet, lesquelles sont généralement symbolisées par des stretch goals qui sont des objectifs à atteindre (du genre si on atteint telle somme, vous recevrez ça en plus).

Vous allez donc prendre part à ce projet en investissant une certaine somme dedans faisant de vous un backer du projet. Généralement il y a plusieurs paliers de contribution qui donnent droit à des contreparties plus ou moins importantes (plus vous donnez et plus vous recevez de choses). Ici pour Clash of Rage les choses ont été gardées simples puisqu’il existe 2 paliers :
-1€ ou plus : cela vous donnera droit à leurs sincères remerciements pour votre contribution.
-85€ ou plus (hors frais de port qui seront calculés après la campagne, sauf si vous optez pour le retrait en boutique auquel cas c’est gratuit) : vous aurez droit au jeu + l’extension exclusive des héros ainsi qu’à tous les éléments débloqués lors de la campagne de financement.

Le clan des héritiers de Kkran (clan supplémentaire)

A noter également que vous pouvez rajouter à votre commande 25€ pour ajouter un nouveau clan, il en existe deux différents, ils sont à 25€ chacun ou alors à 45€ pour les deux. Si bien que pour 130€ vous avez le jeu, tous les paliers débloqués et les 2 clans bonus.

La cohorte mécanique (clan supplémentaire)

Pour participer :
Il vous suffit simplement de vous créer un compte sur kickstarter si vous n’en avez pas. Dans tous les cas, rendez vous sur la page du projet Clash of Rage, cliquez sur « je soutiens le projet », entrez le montant que vous souhaitez investir (85€ sans armée bonus, 110€ avec une armée sur les deux ou 130€ si vous les voulez toutes deux) et choisissez votre contrepartie en cliquant dessus (vous pouvez également ne choisir aucune contrepartie si vous voulez juste aider sans rien recevoir en échange).

Ensuite la marche à suivre dépend des plateformes où se passent les campagnes de financement, certaines débitent l’argent immédiatement, d’autres comme kickstarter attendent l’issue de la campagne pour le faire. C’est à dire qu’ici vous ne serez pas débités avant le 09 juin (fin de la campagne, soit dans 9 jours), en toute logique vous n’êtes également débités que si le projet voit le jour c’est à dire atteint son financement minimum. Ici c’est déjà le cas puisqu’on est bien au delà, donc vous savez qu’en investissant dans cette campagne, vous recevrez vos contreparties.

Avancement de la campagne :
Afin que le jeu voit le jour, il fallait récolter 50 000€ nous en sommes actuellement à 147 066€ récoltés grâce à 1661 contributeurs (à l’heure où je tape ces lignes évidemment, donc ne soyez pas surpris si ça a changé par la suite). Cela a permis de débloquer 11 stretch goals.

En plus du jeu de base se sont donc ajoutés tous ces éléments là : de nouvelles cartes équipements, des héros supplémentaires, des tuiles plus grandes, des tokens 3D, des scénarios supplémentaires, des extensions et une boîte de rangement en plus et bien d’autres choses à venir encore !!

A l’heure actuelle nous cherchons donc à atteindre 150 000€ (ça se rapproche lentement mais sûrement) afin de débloquer Voltane, un nouveau héros supplémentaire. Rassurez-vous, les créateurs du projet ont déjà prévus d’autres stretch goals qui rajouteront de nouvelles choses, une fois que les 150 000€ auront été dépassés, alors n’hésitez pas à venir nous aider.

Le prochain objectif à atteindre

A noter également qu’il y a deux paliers sociaux, c’est-à-dire qu’il faut partager sur Facebook et Board Game Geek pour les débloquer. Alors si vous avez Facebook, n’hésitez pas à partager la publication suivante pour aider à débloquer un nouvel équipement : https://www.facebook.com/laboitedejeu/posts/1378446492242823

Le bouclier colossal à débloquer sur Facebook

Vous pouvez également vous rendre sur la page du jeu sur Boardgamegeek afin de devenir fan du jeu (en cliquant sur le petit cœur) et là encore débloquer un nouvel équipement : https://boardgamegeek.com/boardgame/158753/clash-rage

Les ailes mécaniques à débloquer sur BGG

D’où l’importance de participer à la campagne afin d’aider à débloquer tout ça, d’autant que tous les paliers marqués kickstarter exclusive ne seront pas présents à la vente par la suite. Donc plus on va haut et plus le rapport qualité/prix augmente puisqu’on commence à avoir énormément de matos en plus (dont du collector), alors n’hésitez pas à rejoindre le mouvement et nous aider à faire péter plein de nouveaux paliers, on compte sur vous !!!

Pour finir et en résumé 10 bonnes raisons de participer à la campagne Clash of Rage :
-Aider à faire éditer un jeu français qui n’aurait pas pu voir le jour sous cette forme sinon (et ça serait bien ballot).

-Nous aider à débloquer plein de nouvelles belles choses qui seront ajoutées au jeu.

-Avoir du matos bonus en plus qui ne sera pas disponible lors de la commercialisation.

-Un excellent rapport qualité/prix au vu du chouette matos contenu dans la boîte.

-Un jeu facile d’accès mais néanmoins très riche au niveau des possibilités en jeu. Une belle courbe d’apprentissage au fil des parties pour arriver à bien maîtriser les différents clans.

-Un jeu qui tourne bien quel que soit le nombre de joueurs autour de la table, même si la durée des parties varient en fonction.

-Des illustrations cartoon vraiment superbes et qui collent à merveille avec l’univers loufoque du jeu.

  • Des bastons épiques et le fait de pouvoir rosser des elfes pour une fois 😉

-Une communication rapide et au top, avec des gens qui savent ce qu’ils font, si bien qu’il ne devrait pas y avoir (trop) de retard en fin de campagne.

-Me faire très plaisir et avoir ma reconnaissance éternelle (comment ça ce n’est pas une bonne raison ?! ^^’) ou plus sérieusement posséder un des futurs hits ludiques de la fin d’année 2018 !!

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *