Citadelles + Extension la Cité Sombre (Faidutti/Magnin)

Citadelles + Extension la Cité Sombre (Faidutti/Magnin)

Citadelles est un jeu de Bruno Faidutti, illustré par Florence Magnin, Julien Delval, Jean-Louis Mourier et Didier Graffet.

Il est édité en France par Edge Entertainment et la 3ème édition du jeu (contenant le jeu de base et son extension) est disponible en boutiques spécialisées et en VPC depuis le 8 décembre 2010 pour 21€ environ. Citadelles est jouable de 2 à 7 joueurs (8 avec l’extension) à partir de 10 ans, les parties durent en moyenne une heure (mais ça dépend du nombre de joueurs et du temps de réflexion de chacun).

La boîte de la 3ème édition de Citadelles
La boîte de la 3ème édition

Dans ce jeu de cartes, vous devez parvenir à avoir le plus de points de victoire à la fin de la partie. La partie s’achève à la fin du tour de table, lorsqu’un joueur est parvenu à finir de construire sa citadelle en bâtissant son 8ème quartier.

Contenu de la boîte de base :
-82 cartes de quartiers
-8 cartes d’aide de jeu
-30 pièce d’or environ
-18 cartes de personnage
-1 carte couronne

L'ensemble du matériel du jeu et de l'extension
L’ensemble du matériel du jeu et de l’extension

Déroulement du jeu :
Les règles que je vais expliquer ici marchent pour 4 à 7 joueurs, si vous êtes 2,3 ou 8 joueurs il y a des petites variantes que vous pourrez trouver dans le livret de règles.

Au début de la partie, chaque joueur reçoit 4 cartes quartier, 2 pièces d’or et 1 carte aide de jeu. Un joueur tiré au sort reçoit également la carte couronne.

Un tour de jeu se déroule en deux phases avec tout d’abord le choix d’un personnage par les joueurs puis les joueurs jouent en fonction de l’ordre des personnages.

Choix des personnages :
On mélange les 8 cartes personnage face cachée et on en écarte un certain nombre, soit face cachée soit face visible, ça dépend du nombre de joueurs. Ces cartes écartées ne seront pas utilisées lors de ce tour de jeu.

Pour la phase de choix, le joueur qui a la couronne prend les cartes restantes (après les cartes écartées face visible), il en choisit une qu’il pose face cachée devant lui. Il passe ensuite les cartes restantes à son voisin de gauche et ainsi de suite jusqu’à ce que tout le monde ait choisi un personnage.

Les 8 personnages du jeu de base
Les 8 personnages du jeu de base

-A 4 joueurs on écarte 2 cartes face visible*, on écarte 1 carte face cachée avant le choix des personnages par les joueurs, puis on écarte 1 carte face cachée après le choix des personnages.

-A 5 joueurs on écarte 1 carte face visible*, on écarte 1 carte face cachée avant le choix des personnages par les joueurs, puis on écarte 1 carte face cachée après le choix des personnages.

-A 6 joueurs on écarte 0 carte face visible, on écarte 1 carte face cachée avant le choix des personnages par les joueurs, puis on écarte 1 carte face cachée après le choix des personnages.

-A 7 joueurs on écarte 0 carte face visible, on écarte 1 carte face cachée avant le choix des personnages par les joueurs, puis on écarte 1 carte face cachée après le choix des personnages**.

  • : le roi ne peut pas faire partie des cartes écartées face visible, si c’est le cas, il est immédiatement remplacé par une autre carte face cachée et les cartes sont remélangées. Le roi peut en revanche très bien se trouver dans la carte écartée face cachée.

** : a 7 joueurs, le dernier joueur (à droite du roi) ne reçoit qu’une carte personnage. Il prend la carte face cachée écartée avant le choix des persos) et en choisit une parmi les deux et repose l’autre face cachée.

Les aides de jeu et la carte couronne
Les aides de jeu et la carte couronne

Tour des joueurs :
Le joueur qui a la couronne doit appeler les autres personnages dans l’ordre de leur numéros. Lorsqu’un personnage est appelé, le joueur qui l’avait choisi révèle sa carte, joue son tour et met la carte de côté avec les autres cartes. Si personne n’avait choisi ce personnage, l’orateur passe au perso suivant et ainsi de suite. Lorsque tout le monde a joué son tour, on remélange les 8 cartes de personnage et on recommence une nouvelle phase de choix des personnages.

Le joueur qui a été appelé joue son tour de la façon suivante :
-Il doit tout d’abord faire un choix, à savoir soit prendre deux pièces d’or, soit piocher les deux premières cartes de la pioche quartier. S’il fait ça, il choisit une carte parmi les deux, qu’il ajoute à sa main et place l’autre sous la pioche.
-Le joueur peut ensuite s’il le souhaite placer une des cartes quartier qu’il a en main devant lui, en payant son coût à la banque (le coût est indiqué en haut à gauche de la carte). Attention, il n’est pas possible d’avoir deux fois le même quartier devant soi (on ne peut pas avoir deux cartes château par exemple).

Money, money money
Money, money money

En plus de ça, chaque joueur peut utiliser le pouvoir spécial du personnage qu’il a choisi pour ce tour.

1) Assassin :
Vous annoncez le personnage que vous assassinez, le joueur qui a choisi ce personnage ne doit pas se manifester, il ne se déclare pas non plus lorsqu’il est appelé. C’est seulement à la fin des appels qu’il annoncera qu’il a été assassiné et a donc passé son tour.

2) Voleur :
Vous annoncez le personnage que vous comptez voler, lorsque le joueur qui a choisi ce personnage sera appelé et se révélera, vous lui volerez tout son or. Il n’est pas possible de voler l’assassin ou la cible de ce dernier.

3) Magicien :
A tout moment de votre tour vous pouvez :
-Soit échanger toute votre main de cartes contre celle d’un autre joueur (si vous n’avez pas de cartes en main, vous prenez seulement celles du joueur ciblé, qui se retrouve sans cartes à votre place).
-Soit vous défausser d’autant de cartes de votre main que vous le souhaitez, vous les placez sous la pioche et en prenez autant sur le dessus de la pioche.

4) Roi :
Vous recevez une pièce d’or par quartier noble (jaune) de votre cité et prenez immédiatement la carte couronne. Vous appellerez les personnages et serez le premier à choisir le votre au tour suivant. Si personne n’a choisi le roi, le roi précédent garde sa couronne. Si le roi est assassiné, il passe son tour comme les autres, mais prendra la carte couronne quand même et sera donc le premier au tour suivant.

Vous pouvez récolter l’or de votre quartier quand bon vous semble, avant ou après avoir construit, cependant vous devez récolter cette or en une seule fois. Donc si vous les avez pris avant de construire, si vous construisez un quartier noble ensuite, il ne vous fera pas gagner 2 pièces.

5) Evèque :
Vous recevez une pièce d’or par quartier religieux (bleu) dans votre cité (là encore comme pour le roi, vous pouvez décider de toucher ce revenu avant ou après votre phase de construction), vous ne pouvez pas être ciblé par le Condottiere.

6) Marchand :
Vous recevez au début de votre tour une pièce d’or supplémentaire, si bien que vous pouvez soit prendre 3 pièces d’or ou alors 2 cartes quartier et une pièce d’or. Vous recevez en outre une pièce d’or par quartier commerçant (vert) dans votre cité (là encore c’est comme pour le roi ou l’évêque, avant ou après la construction).

7) Architecte :
Au début de votre tour, vous piochez deux cartes quartier supplémentaires, si bien que vous pouvez soit prendre 3 cartes quartier ou alors 2 pièces d’or et et 2 cartes. Vous pouvez également bâtir jusqu’à 3 quartiers lors de votre tour (si vous avez assez d’argent).

8) Condottiere :
Vous recevez une pièce d’or par quartier militaire (rouge) dans votre cité (là encore c’est comme pour le roi, l’évêque ou le marchand, avant ou après la construction). A la fin de votre tour, vous pouvez attaquer une cité pour y détruire un quartier de votre choix.

Vous pouvez détruire gratuitement un quartier de coût 1 ou détruire un quartier de coût plus élevé en payant le coût du quartier moins un (donc 1 pièce pour détruire un quartier qui coûte 2, 2 pièces pour un quartier qui coûte 3…etc.). Le condottiere peut s’il le souhaite attaquer sa propre cité, en revanche il ne peut pas attaquer une cité qui est terminée avec 8 quartiers.

Les différents types de cartes quartier
Les différents types de cartes quartier

Victoire :
Lorsqu’un joueur pose son huitième quartier, on termine le tour en cours et la partie s’achève. Tous les joueurs comptent alors leurs points de la façon suivante :
-Coût de construction des quartiers
-+3 si la cité contient un quartier de chacune des 5 couleurs
-+4 pour le premier joueur ayant posé son 8ème quartier
-+2 pour les autres joueurs ayant 8 quartiers.

Pour raccourcir les parties (notamment s’il y a beaucoup de joueurs) vous pouvez décider que la partie prend fin lorsqu’un joueur pose son 6eme ou 7eme quartier au lieu de 8.

L’avis de Captain Johan sur la boîte de base :
Citadelles est un jeu qui ne laisse pas indifférent et généralement soit on adore, soit on déteste. Pour ma part j’appartiens à la première catégorie, car je trouve ce jeu vraiment très prenant et simple à prendre en main.

Les règles sont assez rapidement maîtrisées et il ne reste plus qu’ensuite à bien choisir ses persos, afin de ne pas se faire pourrir et deviner ceux choisis par ses adversaires pour les empêcher de prospérer.

En général les coups bas pleuvent en cours de partie et on va se faire des crasses les uns, les autres en assassinant, volant, détruisant des quartiers…etc. à ses adversaires. C’est d’ailleurs là que le jeu peut déplaire à certains joueurs, en effet il est possible qu’avec une poisse totale, certains joueurs, quel que soit le perso qu’ils choisissent se fassent pourrir par les autres.

Du coup forcément, ces infortunés ne vont faire que passer leur tour ou se faire piller leurs quelques pièces,  ce qui bloque complètement leur jeu. C’est le genre de choses qui est arrivé à ma frangine et qui l’a passablement énervée, si bien qu’elle ne veut plus du tout entendre parler de ce jeu ^^’

Donc les poissards et les joueurs qui ne sont pas trop fan de hasard et de chaos, sont susceptibles de ne pas accrocher à Citadelles. Quoi qu’il en soit, le jeu possède de superbes illustrations qui permettent de bien s’immerger dans l’ambiance médiévale du jeu. Il est d’ailleurs possible de rajouter encore un peu d’ambiance en se glissant dans la peau des personnages qu’on incarne à chaque tour.

J’aime beaucoup le côté stratégique du jeu et le fait qu’il n’y ait pas qu’une seule façon de gagner. En effet, ce n’est pas parce que vous avez bâti vos 8 quartiers en premier, que vous remporterez forcément la partie par exemple (bon c’est vrai que ça peut aider quand même).

Quant au côté stratégique, il consiste à essayer de deviner le perso choisi par vos adversaires et surtout faire en sorte (si vous êtes en tête par exemple) qu’ils ne devinent pas qui vous êtes, pour éviter de devenir l’homme à abattre.

Contenu de l’extension La cité sombre :
-10 cartes personnage
-11 cartes quartier

Les 10 persos de l'extension
Les 10 persos de l’extension

Ces nouveaux personnages peuvent remplacer certains des persos du jeu de base, pour se faire il suffit de remplacer les persos ayant le même numéro (par exemple mettre l’alchimiste à la place du marchand puisqu’ils portent tous deux le numéro 6 (« Je ne suis pas un numéro !!! »)).

Vous pouvez également jouer à 8 joueurs grâce à cette extension en ajoutant l’une des deux cartes portant le n°9 : la reine ou l’artiste. Si bien qu’il y a neuf cartes personnages et non plus 8, ça change donc la répartition des cartes ainsi :

-A 4 joueurs on écarte 3 cartes face visible, on écarte 1 carte face cachée avant le choix des personnages par les joueurs, puis on écarte 1 carte face cachée après le choix des personnages.

-A 5 joueurs on écarte 2 cartes face visible, on écarte 1 carte face cachée avant le choix des personnages par les joueurs, puis on écarte 1 carte face cachée après le choix des personnages.

-A 6 joueurs on écarte 1 carte face visible, on écarte 1 carte face cachée avant le choix des personnages par les joueurs, puis on écarte 1 carte face cachée après le choix des personnages.

-A 7 joueurs on écarte 0 carte face visible, on écarte 1 carte face cachée avant le choix des personnages par les joueurs, puis on écarte 1 carte face cachée après le choix des personnages.

-A 8 joueurs* on écarte 0 carte face visible, on écarte 1 carte face cachée avant le choix des personnages par les joueurs, puis on écarte 1 carte face cachée après le choix des personnages.

  • : jouez comme dans une partie à 7 avec 8 personnages

Le reste du jeu se déroule exactement de la même manière, seuls les pouvoirs des nouvelles cartes changent.

1) Sorcière :
Après avoir pris ses deux pièces ou sa carte, le joueur qui incarne la sorcière annonce le personnage qu’il souhaite ensorceler et le tour de la sorcière prend alors fin sans qu’elle construise.

Quand le perso ensorcelé est appelé, le joueur en question prend ses deux pièces ou sa carte et son tour prend fin. La sorcière termine alors le tour à sa place, comme si elle était le perso ensorcelé et bénéficie donc de ses bonus (pièce d’or supplémentaire du marchand ou les deux cartes de l’architecte) et peut construire dans sa cité.

Si le roi est ensorcelé, le joueur qui a le roi prend quand même la couronne. Si personne n’a choisi le perso ensorcelé, la sorcière ne finit pas son tour. Le voleur ne peut ni voler la sorcière,  ni le perso ensorcelé.

2) Bailli :
Chaque joueur qui bâtit un ou plusieurs quartiers doit à la fin de son tour vous donnez une pièce (s’il lui en reste). Si l’assassin a bâti un quartier et qu’il lui reste de l’or, il doit donner une pièce au moment où vous révélez que vous êtes le bailli.

3) Sorcier :
Le joueur qui incarne le sorcier peut regarder la main d’un autre joueur et y choisir une carte quartier. La carte ainsi prise peut soit être ajoutée à la main du sorcier ou alors il peut la bâtir pour son coût. S’il le fait, ça ne compte pas comme le bâtiment qu’il a le droit de construire pendant ce tour. Le sorcier peut donc bâtir jusqu’à 2 quartiers pendant son tour. Il est possible de bâtir un quartier dont vous avez déjà un exemplaire dans votre cité.

4) Empereur :
Vous recevez une pièce d’or par quartier noble (jaune) de votre cité. Vous prenez la couronne et la donnez à un autre joueur (ça ne peut être ni l’empereur, ni le joueur qui avait la couronne avant) qui doit vous donner en paiement selon sa préférence, soit une pièce d’or soit une carte quartier de sa main.

Vous pouvez donner la carte à un joueur qui n’a ni or, ni cartes quartier en main, vous ne recevrez juste pas de paiement de sa part.

Comme le roi, l’empereur ne peut pas faire partie des cartes écartées face visible.

5) Abbé :
Vous recevez une pièce d’or par quartier religieux (bleu) dans votre cité. De plus le joueur le plus riche doit également vous donner une pièce. Si vous êtes le plus riche ou que plusieurs joueurs ont le même nombre de pièces, vous ne touchez rien.

6) Alchimiste :
Vous récupérez les pièces d’or que vous utilisez pour bâtir un quartier. Vous ne pouvez tout de même pas construire un quartier qui coûte plus cher que les pièces d’or que vous possédez. Vous ne récupérez pas l’or que vous payez pour d’autres raisons (au bailli par exemple).

7) Navigateur :
Après avoir normalement pris deux pièces d’or ou une carte, vous pouvez soit prendre 4 pièces d’or supplémentaires ou piocher 4 cartes. Votre tour prend fin ensuite, sans que vous puissiez bâtir.

8) Diplomate :
Vous recevez une pièce par quartier militaire (rouge) que vous possédez. Vous pouvez échanger un quartier de votre cité contre celui d’un autre joueur. Si le quartier que vous prenez coûte plus cher que le vôtre, vous devez payer la différence au joueur à qui vous l’échangez.

Vous ne pouvez pas prendre un donjon, ni un quartier appartenant à l’évêque. Si vous jouez avec le diplomate, ne mettez pas la carte cimetière.

9) Artiste :
Vous pouvez décorer un ou deux quartiers de votre cité. Il suffit de poser une pièce d’or dessus, son coût de construction et de destruction est augmenté d’une pièce. Il ne peut pas y avoir plus d’une pièce d’or par quartier.

9) Reine :
Vous recevez 3 pièces d’or de la banque si vous êtes assis à côté du joueur qui a pris la carte roi. Si ce dernier était assis à vos côtés mais a été assassiné, vous recevez les trois pièces après votre tour lorsque c’est révélé. La reine ne s’utilise que dans des parties à 5 joueurs ou plus.

Les 11 nouveaux quartiers de l’extension sont tous des quartiers violets, que l’on peut identifier grâce à la petite étoile blanche présente sur les cartes. Pour pouvoir en ajouter, enlevez autant de cartes violettes du jeu de base, pour éviter de déséquilibrer les parties.

L’avis de Captain Johan sur l’extension La cité sombre :
Le gros avantage de cette extension, c’est que depuis la 3ème édition du jeu, elle est directement incluse dans la boîte de base, si bien que c’est un peu comme si on avait deux jeux pour le prix d’un.

L’extension est très utile dans la mesure où elle va permettre de jouer jusqu’à 8 (soit 1 joueur de plus qu’avant) et permettre d’ajouter de la diversité aux parties de Citadelles, en mixant les différents personnages disponibles. Il en va de même avec l’ajout d’une dizaine de nouveaux quartiers, dont certains ont des effets plutôt sympas et bien utiles en cours de jeu.

L’avis général de Captain Johan :
Comme souvent avec les jeux qui ont eu droit à une (ou plusieurs) extension(s), il n’est pas indispensable de l’acheter et ça relève parfois plus de la collectionite que d’autre chose. Néanmoins ici, on ne peut que saluer l’excellente initiative d’avoir regroupé le jeu de base et l’extension dans la même boîte.

Il n’y a donc pas de question à se poser quant à savoir si l’extension vaut ou non la peine d’être achetée, puisqu’on l’aura dans tous les cas. Après libre à vous de l’utiliser ou non, mais quitte à l’avoir autant s’en servir, d’autant qu’elle permet de panacher et diversifier les parties  du jeu en ajoutant de nouvelles options.

Le matos contenu dans la boîte est de très bonne qualité, les illustrations des cartes sont vraiment superbes et même si les pièces n’ont pas la qualité des doublons de Black Fleet, c’est quand même très plaisant d’avoir pris la peine de faire des pièces en plastique en guise de monnaie.

A vous de voir si ce jeu à sa place dans votre ludothèque ou non, selon si vous aimez ou pas les jeux où l’on trouve du chaos et où il faut faire des coups vaches à ses adversaires. En tout cas depuis sa sortie, il est considéré par beaucoup de joueurs comme un classique.

Beaucoup de monde préconise de jouer en moins de 8 quartiers, pour réduire la durée des parties. Il est vrai qu’elles peuvent être un peu longues si les joueurs mettent beaucoup de temps à se décider sur le choix de leur personnage et leurs actions. Néanmoins si les joueurs sont de bonne composition, ça ne devrait pas empêcher la bonne ambiance de régner autour de la table.

En bref, un jeu de choix de rôle et de cartes très sympa, dans lequel on va tout faire pour mener la vie dure à ses adversaires. Citadelles est un jeu qui ne laisse jamais indifférent et que généralement, soit on aime beaucoup, soit on déteste.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *