Arboretum (Cassar/Quilliams)

Arboretum (Cassar/Quilliams)

Arboretum est un jeu de pose de cartes et de scoring dans lequel les joueurs vont tenter de créer les plus beaux arboretums. Le jeu est réalisé par Dan Cassar et illustré par Chris Quilliams.

Ce jeu est édité par Z-Man Games et Filosofia, il est distribué par Asmodée en France. Arboretum est disponible en boutiques spécialisées et VPC depuis le 27 mars 2015  pour environ 15€. Notamment chez mes fournisseurs ludiques habituels :Fungames et Jocade.

Arboretum se joue de 2 à 4 joueurs, à partir de 10 ans et les parties durent environ 30 minutes.

La boîte du jeu Arboretum
La boîte du jeu Arboretum

Arboretum est un jeu de réflexion, de pose de cartes et de scoring dans lequel les joueurs doivent créer les plus beaux arboretums possibles. La partie s’achève lorsqu’il n’y a plus de cartes dans la pioche, les joueurs comptent alors les points rapportés par leurs sentiers pour les différentes essences d’arbres. Le joueur avec le plus haut score final remporte la partie.

Contenu de la boîte :
-1 dépliant de règles
-1 carnet de scores
-80 cartes réparties ainsi :
10 cartes Cassia numérotées de 1 à 8
10 cartes Chêne numérotées de 1 à 8
10 cartes Cornouiller numérotées de 1 à 8
10 cartes Erable numérotées de 1 à 8
10 cartes Flamboyant numérotées de 1 à 8
10 cartes Jacaranda numérotées de 1 à 8
10 cartes Lilas numérotées de 1 à 8
10 cartes Magnolia numérotées de 1 à 8
10 cartes Olivier numérotées de 1 à 8
10 cartes Saule Pleureur numérotées de 1 à 8

L'ensemble du matériel contenu dans la boîte
L’ensemble du matériel contenu dans la boîte

Mise en place du jeu :
Selon le nombre de joueurs, vous devrez commencer par retirer certains types d’arbres :
-A 4 joueurs, vous utilisez toutes les cartes de la boîte
-A 3 joueurs, retirez 2 essences d’arbre (par exemple tous les cassias et tous les chênes)
-A 2 joueurs, retirez 4 essences d’arbre (par exemple tous les cassias, tous les chênes, tous les cornouillers et tous les érables)

Les Magnolias
Les Magnolias

Le joueur qui a arrosé une plante le plus récemment est déclaré premier joueur et le joueur à sa droite devient le donneur. Il mélange alors la pioche de carte et en distribue 7 à chaque joueur, lesquelles composent leur main. Ensuite, à l’exception du premier joueur, il donne une carte à tous les autres qui la placent face visible, cette carte devient la première de leur défausse.

Les cartes restantes forment la pioche que l’on pose au centre de la table. La partie peut alors débuter.

Déroulement du jeu :
Lors de son tour de jeu, le joueur doit effectuer 3 actions dans cet ordre : piocher 2 cartes, poser 1 carte dans son arborétum et défausser 1 carte.

Les Jacarandas
Les Jacarandas

Piocher 2 cartes : Piochez deux cartes l’une à la suite de l’autre, vous pouvez piocher ces cartes soit dans la pioche (cartes face cachée), soit la première carte de la défausse (face visible) d’un joueur, y compris la vôtre. Vous pouvez donc piocher vos deux cartes sur les défausses d’autres joueurs, de la vôtre ou dans la pioche.

Poser 1 carte dans son arboretum : Posez une carte de votre main face visible devant vous. Vous êtes libre de placer votre première carte où vous voulez, par contre les suivantes devront forcément être adjacentes (horizontalement ou verticalement, pas de diagonale) à une carte de votre arboretum déjà posée.

Les Cornouillers
Les Cornouillers

Une carte posée ne peut plus être retirée, déplacée ou recouverte par une autre carte durant toute la partie.

Défausser 1 carte : A la fin de votre tour, placez une carte face visible sur votre défausse afin de n’avoir plus que 7 cartes en main.

Les joueurs jouent ainsi à tour de rôle jusqu’à la fin de la partie dans le sens horaire.

Les Cassias
Les Cassias

Fin de la partie :
La partie se termine lorsqu’il n’y a plus de cartes dans la pioche. Le joueur qui a pioché la dernière carte joue son tour normalement, puis l’on passe au décompte de points, en évaluant les valeurs des sentiers des joueurs. Un sentier est une suite de carte de valeurs croissantes, dont la première et la dernière sont de la même espèce d’arbre.

Par exemple : 1 de chêne, 3 d’érable, 4 de cassia et 7 de chêne est un sentier de 4 cartes qui peut potentiellement rapporter 5 points dans la catégorie chêne.

Déterminer qui remporte des points :
Le donneur appelle alors les différentes espèces d’arbre dans l’ordre où elles sont indiquées sur le bloc de score (ordre alphabétique en somme) : Cassia, Chêne, Cornouiller, Erable, Flamboyant, Jacaranda, Lilas, Magnolia, Olivier et Saule Pleureur. Bien évidemment à 2 ou 3 joueurs on ne comptabilise pas les espèces qui ont été enlevées au début de la partie.

Les Flamboyants
Les Flamboyants

Les joueurs dévoilent alors les cartes de l’essence appelée qu’ils ont en main. Le joueur qui totalise le plus de points dans cette espèce, gagne alors le droit de compter les points d’un seul sentier de cette couleur dans son arborétum (c’est à dire un sentier dont au moins la première et la dernière carte appartiennent à cette espèce). En cas d’égalité, tous les joueurs à égalité ont le droit de marquer les points d’un de leur sentier de cette couleur.

Les Lilas
Les Lilas

ATTENTION : Si un joueur possède un 8 en main et qu’un autre joueur avait un 1 en main, le 8 est annulé par le 1 et devient un 0, lorsqu’on veut savoir qui avait le plus de point. Par contre le 1 compte toujours comme un seul point.

Il est donc possible d’avoir le droit de comptabiliser un sentier (si on a le plus de points dans cette essence) mais de ne pas en avoir dans son arboretum, on marque alors 0 point.

Les Chênes
Les Chênes

Si aucun joueur n’a de carte d’une espèce forestière en main, tous les joueurs avec un sentier de cette couleur peuvent marquer des points.

Décompte des sentiers :
Si vous pouvez marquer les points d’un de vos sentiers, ils se comptent de la façon suivante : chaque carte doit être adjacente à la précédente et de valeur strictement supérieure.

Le plus petit sentier possible comprend donc 2 cartes de la même essence, le plus long sentier possible comprend 8 cartes (de 1 à 8) mais pas forcément de la même essence, seule la première et la dernière doivent être d’une espèce identique.

Les Oliviers
Les Oliviers

-Marquez 1 point par carte présente dans votre sentier.
-Marquez 1 point de plus par carte présente dans votre sentier, si ce dernier comprend au moins 4 cartes et qu’elles sont toutes du même type d’arbre.
-Marquez 1 point bonus si votre sentier commence par une carte 1
-Marquez 2 points bonus si votre sentier se termine par un 8

Au maximum, vous pouvez donc marquer 19 points d’un coup avec un sentier « parfait » qui comprend toutes les cartes de 1 à 8 de la même essence forestière (mais ne rêvez pas trop, vos adversaires ne vous laisseront pas faire lol).

Les Saules Pleureurs
Les Saules Pleureurs

Décompte final :
Une fois qu’on a déterminé le ou les joueur(s) qui marque(nt) des points pour chaque type d’arbres, on calcule la somme totale pour chaque joueur en additionnant ensemble les différents sentiers qui leur ont rapporté des points. Le joueur avec le total le plus élevé remporte la partie.

Le bloc de scores
Le bloc de scores

En cas d’égalité, le joueur qui a l’arboretum le plus varié gagne (celui qui a le plus de couleurs différentes posées).

Si l’égalité persiste, chaque joueur doit alors planter un arbre, après 5 ans, celui qui aura l’arbre le plus grand sera enfin déclaré vainqueur.

Les Erables
Les Erables

L’avis de Captain Johan sur Arboretum :
Je dois bien avouer qu’Arboretum est un jeu qui m’a surpris et bluffé à plus d’un titre : tout d’abord parce que dans cette petite boîte se cache un jeu d’excellente facture avec un matos super soigné et de très grande qualité. Les cartes sont très agréables à manipuler et changent de celles qu’on a l’habitude d’avoir dans des jeux à base de cartes. Je ne m’attendais pas non plus à avoir un bloc de scores dans la boîte et ça a été une très agréable surprise, d’autant que ce dernier est bien volumineux et permettra donc de faire un bon paquet de parties avant d’être épuisé.

En dehors du matos, le jeu en lui-même est également plutôt surprenant puisqu’on peut penser à première vue à un petit jeu de pose de cartes, plutôt basique, mais il n’en est rien car certes il est très simple au niveau des règles, mais il fait bien cogiter. En effet, il ne faut pas juste se contenter de poser ses cartes comme elles viennent, mais les agencer de la meilleure manière possible afin de scorer un maximum en fin de partie.

N’allez surtout pas croire qu’il suffit de se concentrer sur une ou deux essences bien développées pour gagner, il suffit qu’un adversaire ait plus de points restants en main sur ces essences pour que vos beaux sentiers à gros scores ne vous rapporte pas un point (et ça c’est moche quand ça arrive). Il faut donc trouver un juste équilibre entre sentiers qui rapportent et points gardés en main pour profiter de nos sentiers. Pour réussir cela, il vous faudra agencer du mieux possible vos différentes cartes pour créer des sentiers viables en plaçant des cartes croissantes côté à côte.

Comme on voit les arboretums et les défausses des autres joueurs, on peut essayer de deviner leurs stratégies et pourquoi pas lorsque l’opportunité se présente leur chiper des cartes qui les intéressent ou l’on peut également en conserver dans sa main afin de les empêcher de marquer les points de leur sentier. Les possibilités sont donc multiples pour mettre des bâtons dans les roues de ses adversaires, bien évidemment, il ne faut quand même pas oublier de s’occuper de son arboretum personnel, sous peine de finir avec un beau 0 final (oui oui c’est possible ^^’).

Les illustrations des arbres réalisées par Chris Quilliams sont superbes, certes il n’y en a que 10 différentes (une par essence forestière) mais franchement elles sont du plus bel effet et invitent au voyage au pied des arbres. C’est très dépaysant et ça donne l’impression de se promener sur les sentiers de nos arboretums, il ne manque que les odeurs pour s’y retrouver !! Grâce à ça, je trouve que les parties ont un côté zen et relaxant, même si le jeu nous fait cogiter et qu’on peut se faire des coups vaches entre joueurs.

Les parties ne sont pas trop longues et peuvent même aller très vite si les joueurs se contentent de prendre leurs 2 cartes dans la pioche, sans trop taper sur les défausses des autres. C’est d’ailleurs un autre des facteurs auquel il faut faire attention, la partie peut s’achever assez rapidement, ce qui peut vous empêcher de poser des cartes que vous aviez prévu d’utiliser pour améliorer vos sentiers. Mais ce qui est cool, c’est que comme les parties sont relativement courtes et qu’elles ont un bon petit goût de reviens-y, on peut les enchaîner facilement.

En bref, Arboretum est un superbe jeu tant du point de vue de son impeccable matériel, que des règles qui sont très simples et offrent néanmoins une sympathique profondeur au jeu. Ne vous laissez pas abuser par son petit format car il a tout d’un grand et qu’il vous faudra cogiter et être astucieux pour avoir le plus bel arboretum.

En bref bis une belle invitation à la promenade sous les arbres avec ce jeu rafraîchissant à l’ambiance zen et détendue en dépit des petites vacheries qu’on peut se faire entre joueurs pendant les parties. Un très joli coup de coeur ludique pour ma part avec cet excellent jeu de pose de cartes, redoutablement efficace.

Vous pouvez vous le procurer chez mes fournisseurs ludiques habituels :Fungames et Jocade.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *