Apocalypse au Zoo de Carson City (Ledroit/Griffon/Toscano)

Apocalypse au Zoo de Carson City (Ledroit/Griffon/Toscano)

Apocalypse au zoo de Carson City (qui pourra être abrégé en AAZCC) est un jeu tactique dans lequel on incarne une équipe de 4 survivants, confrontés à une horde de mutants dans un zoo. Le jeu est réalisé par Alexandre Droit et illustré (toujours aussi magnifiquement) par Guillaume Griffon, l’auteur de la BD dont le jeu est tiré : Apocalypse sur Carson City.

Ce jeu est édité par Florent Tosacano des Jeux Opla et distribué par Paille Editions en France. Apocalypse sur Carson City est disponible en boutiques spécialisées et VPC depuis fin septembre 2017  pour environ 12€. Notamment chez mon fournisseur ludique Philibert.

Apocalypse au zoo de Carson City se joue de 2 à 4 joueurs, à partir de 12 ans et les parties durent environ 15 minutes.

La boîte du jeu Apocalypse sur Carson City

Apocalypse au zoo de Carson City est un jeu de placement tactique dans lequel on incarne une équipe de 4 survivants, confrontés à une horde de mutants dans un zoo. Le but du jeu est de marquer le plus de points possible en libérant des animaux du zoo et en flinguant des mutants et/ou des membres des équipes adverses.

Contenu de la boîte :
-1 dépliant de règles
-16 cartes personnage réparties ainsi :
4 cartes de l’équipe militaire (jaune)
4 cartes de l’équipe des autochtones (bleu)
4 cartes de l’équipe des autochtones 2 (vert)
4 cartes du gang des Blackwood (rouge)
-50 cartes zoo réparties ainsi :
10 cartes 0
10 cartes 1  (avec 1 humain en train de muter)
10 cartes 2 (avec 2 humutants)
10 cartes 3 (avec 3 mutants)
10 cartes 4 (représentant des animaux)

L’ensemble du matériel de la boîte

Mise en place du jeu :
-Mélangez les 50 cartes zoo et placez-les face visible (côté mutants et animaux visible), de manière à former 25 tas de 2 cartes, soit un carré de 5 par 5

La mise en place initiale, les cartes sont réparties en 25 piles de 2 cartes, de manière à former un carré de 5 par 5

-Chaque joueur choisit une équipe et prend les 4 cartes qui la compose, à moins de 4 joueurs, les équipes inutilisées sont remises dans la boîte, où elles seront en sécurité.

-Déterminez le premier joueur : « c’est toujours le premier joueur qui commence, débrouillez-vous avec ça. Ensuite les joueurs joueront dans le sens des aiguilles d’une montre, à condition que le cadran de ta montre se soit pas fait défoncer par la prémolaire d’une poule mutante ! »

Les 4 teams de perso, en vert et en bleu les autochtones, en jaune les militaires et en rouge le Clan Blackwood

Tour de jeu :
Lors de son tour, un joueur effectue une action parmi les deux possibles qui sont d’envoyer un personnage dans le zoo ou déplacer un personnage présent dans le zoo.

Envoyer un personnage dans le zoo :
Remplacez une carte zoo face visible, quelle que soit sa valeur, par une carte personnage de votre équipe. Retournez la carte zoo que vous récupérez et placez-la devant vous. Il n’est pas possible de placer votre carte personnage sur une carte personnage déjà présente dans le zoo.

Les différents mutants

Déplacer un personnage présent dans le zoo :
Déplacez un de vos personnages présent dans le zoo, sur une pile de cartes adjacente, soit en haut, en bas, à gauche ou à droite, les déplacements en diagonale sont interdits.

-Si vous vous rendez sur une carte zoo, récupérez-la, retournez-la et posez-la devant vous.

-Si vous vous rendez sur une carte perso adverse (dans ce cas de figure là, c’est possible) de valeur égale ou inférieure à votre personnage, prenez-la et placez-la devant vous.

Les animaux qu’il faudra essayer de libérer

Il est impossible de se déplacer sur un endroit où il n’y a plus de carte. Il est donc possible qu’un personnage se retrouve bloqué, sans pouvoir se déplacer, s’il n’y a plus de cartes adjacentes à ce dernier.

Le gros mutant vilain :
Chaque fois que vous récupérez une carte zoo, il faut la retourner, si jamais vous trouvez le mutant moche alors vous devez retourner votre carte personnage. Ce perso a été mordu et est devenu un mutant à son tour, il ne vous appartient désormais plus, si bien que vous ne pouvez plus le déplacer. Ce nouveau mutant peut alors être récupéré par n’importe quel joueur (y compris vous), en déplaçant une carte personnage présente dans le zoo dessus et ce, quelle que soit sa valeur !!

Les 4 cartes gros mutant vilain

Le gros mutant vilain est présent en 4 exemplaires, il y en a un qui se cache derrière une carte de valeur 0, une carte de valeur 1, une carte de valeur 2 et une carte de valeur 3. Si bien qu’aider les animaux (les cartes de valeur 4) à s’échapper du zoo est une action sans risque de mutation, en plus d’être lucrative en points.

Fin de partie :
La partie prend fin quand lors de son tour, un joueur ne peut effectuer aucune action, ce qui survient soit parce que tous ses personnages ont muté ou soit parce qu’il ne peut plus déplacer ses personnages. Dans tous les cas, la partie s’arrête instantanément et les joueurs récupèrent leurs personnages encore vivants dans le zoo, comptez alors les points rapportés par vos cartes zoo et personnages adverses que vous avez récupérées en cours de partie, ainsi que ceux de vos persos vivants (qu’ils aient été dans le zoo ou non).

Le joueur avec le plus de points remporte la partie, en cas d’égalité il faut voir ça avec Dallas ou Anton, sinon vous pouvez également être le premier à mordre un panda ou alors vous pouvez refaire une partie (la meilleure des solutions à mon avis ^^).

La variante du général Matthews :
Dans cette variante, le gros vilain mutant moche n’est plus pris en compte, c’est à dire que vous jouez exactement de la même façon que pour la version normale du jeu, sauf que vous ne retournez pas les cartes zoo que vous récupérez. Vos personnages ne peuvent donc pas être mordus et ne finiront pas en mutants.

Les persos une fois qu’ils ont muté

L’avis de Mister Zombi sur Apocalypse au zoo de Carson City :
Bon, on ne va pas se mentir, j’ai acheté ce jeu avant toute chose, parce que je suis ultra fan de la BD de Guillaume Griffon dont il est tiré, parce que je pense qu’il s’agit de mon oeuvre de BD favorite. C’est bien simple, Apocalypse sur Carson City, c’est un film qui se lit, c’est bourré d’action, d’humour et de références cinématographiques (mais pas que) en tout genre, c’est super bien ficelé et très malin, bref c’est à lire absolument parce que c’est un petit chef-d’oeuvre !!!

C’est donc un jeu que j’attendais avec grande impatience depuis que Florent Toscano (Monsieur Opla) avait posté sur une de mes publications facebook consacré à un des tomes de la BD (je vous parle du tome 1 ici et du tome 2 là, les 4 suivants sont tout aussi excellents) qu’ils étaient en train de bosser sur une adaptation en jeu de la BD et ça remonte donc à juin 2016 ou juillet 2015 je ne sais plus trop (donc autant dire que ça fait un bail que je l’attendais ^^). Néanmoins je n’avais pas eu l’occasion d’y jouer avant sa sortie où je l’ai acheté quasiment direct (le temps qu’il apparaisse chez Philibert).

Quoi qu’il en soit, je ne regrette pas du tout mon achat, puisque le jeu est excellent et que j’ai de nouveau été bluffé par une des petites boîtes de chez Opla (Le Bois des Couadsous est excellent également dans la gamme, avec sa revisite super bien pensée du memory), comme quoi il n’y a pas besoin de beaucoup de matos pour proposer des heures et des heures de plaisir ludique.

AAZCC est un jeu qui s’installe et s’explique très vite, puisqu’en à peine 5 minutes vous serez parés à jouer, puisque les règles sont enfantines et qu’il suffit de former 25 tas de 2 cartes pour pouvoir lancer la partie. C’est donc un de ces jeux simples, mais pas simplistes pour autant, puisqu’il faudra réfléchir et se montrer tactique pour pouvoir l’emporter. A notre tour on a le choix entre faire entrer un de nos persos dans le zoo ou déplacer un de ceux qui s’y trouve déjà, rien de bien sorcier à première vue et pourtant, il faut faire gaffe à ce qu’on fait lorsqu’on joue.

En effet, comme on peut attaquer  et récupérer les personnages adverses de valeur inférieure ou égale, il faut faire très attention au positionnement et au déplacement de nos personnages dans l’enceinte du zoo, sans quoi la partie risque de tourner court si un joueur n’a plus de persos à sa disposition. Il faudra également être attentif aux gros vilains mutants qui feront muter vos personnages. Comme il y en a un caché parmi toutes les cartes zoo de valeur 0 et idem pour les cartes de valeur 1, 2 et 3 il faudra mémoriser où il est déjà sorti, afin de pouvoir récolter les autres cartes de cette valeur, sans courir le moindre risque de contagion.

Tous nos personnages ayant une valeur unique, il faudra donc les faire entrer dans le zoo au bon moment, en fonction de la stratégie qu’on souhaite appliquer. Comme on compte également les points de nos personnages qui ne sont pas entrés dans le zoo, si on se débrouille bien on peut arriver à se garder des persos en réserve et donc s’attirer des points « facilement ». Mais bon on ne va pas se leurrer, ça sera difficile de survivre toute une partie en envoyant uniquement notre perso 3 au charbon, puisqu’il sera à la merci de tous les adversaires et incapable de traquer les survivants adverses, hormis les plus faibles.

A contrario, envoyer son « chef » avec sa valeur de 6 peut sembler une bonne idée, puisqu’il ne craint que les autres 6, mais le risque c’est qu’il finisse en mutant après s’être fait mordre par le gros vilain, lors de ses pérégrinations (et là c’est moche parce que t’as 6 points qui se font la malle, si un adversaire le zigouille avant toi). Tout ça pour dire, qu’il y a plein de stratégies différentes, qu’aucune n’est meilleure ou plus payante qu’une autre (néanmoins libérer les animaux du zoo, ça reste cool, surtout qu’ils ont rien demandé les pauvres et qu’ils ont la chance de ne pas encore être des mutants ^^) et que bien souvent, tout dépendra des actions de vos adversaires et il faudra vous adapter.

Ce qui est cool, c’est que chaque partie est différente puisqu’on place aléatoirement les 50 cartes zoo et que même si on jouait toujours dans la même config de cartes, les joueurs ne feraient pas forcément les mêmes choix, ce qui offre au jeu une excellente rejouabilité. Les parties sont plutôt rapides, sauf si vous tombez face à un ou plusieurs joueurs qui aiment étudier toutes les possibilités avant de choisir leur prochain coup, si bien qu’on n’a aucun mal à les enchaîner si la sauce prend.

Pour ma part, je suis ultra fan des illustrations de Guillaume Griffon et de l’œuvre originale, c’est donc un méga régal de retrouver son coup de crayon sur les cartes et la boîte du jeu. J’avoue que ça aurait été une déception sans nom, si le travail graphique avait été confié à quelqu’un d’autre que lui. Néanmoins, le graphisme ne plaira peut être pas à tout le monde, déjà parce que c’est du noir et blanc, mais aussi car le style est « mature » (on va donc éviter d’y jouer avec des gosses de 5-6 ans lol) et assez éloigné de ce qui se fait généralement dans le domaine ludique.

Bien que ce soit un jeu de la gamme BD des jeux Opla, on retrouve quand même en filigrane, les valeurs écologistes et proches de la nature qui leur sont chères. Notamment avec le fait qu’on délivre les animaux de leurs cages dans le zoo, qu’ils n’ont pas encore muté et ne peuvent pas le faire dans le jeu (dans la BD c’est une autre histoire et généralement c’est des belles saletés une fois qu’ils ont muté lol). Bien évidemment comme toute leur production, l’ensemble des éléments du jeu a été fabriqué en France afin de réduire l’impact carbone, ce qui est une démarche toujours aussi louable de leur part.

A l’instar du Bois des Couadsous (et probablement Lincoln qui est aussi dans la gamme BD, mais auquel je n’ai jamais joué) on est sur une boîte carrée au très petit format, ce qui est bien pratique puisque ça permet de l’emporter partout avec soi, sans aucun souci. Bon après une fois installé, le jeu prend un peu plus de place puisqu’il faut quand même pouvoir placer les cartes en 5 rangées et 5 colonnes, mais bon ce n’est pas excessif non plus en terme de place occupée, si bien qu’on peut y jouer un peu partout.

En tout cas, à mes yeux de fan de l’œuvre originale, le pari de l’adaptation est entièrement réussi puisqu’on retrouve toute l’ambiance et l’atmosphère de la série. C’est donc un excellent complément, mais rassurez-vous, nul besoin d’avoir lu la BD pour pouvoir apprécier le jeu, c’est juste un plus qui permet de bien kiffer quand on retrouve ses perso fétiches (que l’on peut incarner).

Le jeu tourne très bien dans toutes les configurations de joueurs, même si bien évidemment, plus le nombre de joueurs augmente et plus c’est risqué de se déplacer dans le zoo puisqu’il y a plus d’adversaires qui rôdent et qui sont prêts à en découdre avec votre équipe. Néanmoins il est tout à fait possible de jouer agressif à 2 joueurs et de tout faire pour faire tomber son adversaire dans des pièges en plaçant habilement ses personnages.

En bref, c’est un maxi coup de cœur de mon côté pour cette petite boîte qui abrite un grand jeu, aux règles très simples, mais avec une belle profondeur en cours de partie et qui demande de la réflexion pour pouvoir gagner.  Une superbe adaptation de la BD d’Apocalypse sur Carson City (si vous ne connaissez pas, c’est vraiment à lire !!) dont on retrouve toute l’ambiance ici, c’est un vrai régal de pouvoir jouer et de retrouver les persos emblématiques de la saga.  Un excellent rapport qualité/prix, puisqu’on a des heures et des heures de plaisir ludique nichées au fond de cette petite boîte, donc à ce prix là, aucune raison de s’en priver si le thème et le système de jeu vous plaît !!

Vous pouvez vous le procurer chez mon fournisseur ludique  Philibert.

2 Comments

  1. Bon bah y’ a plus qu’a tester ça^^
    Micka les a lus ?
    bref, un bien bel article, explication claire et j’ ai bien envie d’ essayer^^ voir ce que ça donne même si je ne connais pas du tout la BD.

    1. Quand tu voudras pour le test, clairement l’un de mes jeux chouchous du moment et j’espère qu’il sortira un max à l’asso !! Oui Micka les a lus et a vachement bien kiffé (même si son must demeure Freak’s Squeele visiblement lol). Je te rassure pas besoin de connaître la BD pour kiffer (Marine et Damien ne la connaissaient pas, mais ils ont bien aimé quand même ^^)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *