Fourberies (Cathala/Martinez/Fleury)

Fourberies (Cathala/Martinez/Fleury)

Fourberies est un jeu de réflexion et de hasard dans lequel les joueurs dirigent une troupe de théâtre et vont tenter de présenter un spectacle qui plaira au roi. Le jeu est réalisé par Christian Martinez, Bruno Cathala et illustré par Jérémie « Trèfle Rouge » Fleury  .

Ce jeu est édité par Bombyx et distribué par Asmodée en France. Fourberies est disponible en boutiques spécialisées et VPC depuis le 02 décembre 2015  pour environ 40€. Notamment chez l’un de mes fournisseurs ludiques habituels : Fungames ou Jocade

Fourberies se joue de 2 à 5 joueurs, à partir de 10 ans et les parties durent environ 45 minutes.

La boîte du jeu Fourberies
La boîte du jeu Fourberies

Fourberies est un jeu de réflexion, dans lequel vous devrez aller dans différentes villes afin d’agrandir votre troupe de théâtre pour préparer les deux spectacles que vous donnerez au roi Leonus. Pour ça, il faudra réunir les comédiens et les tragédiens qui sauront présenter un spectacle en accord avec l’humeur du roi et que votre prestation soit meilleure que celle de vos adversaires, afin d’être le directeur de troupe le plus riche à la fin de la partie.

Contenu de la boîte :
-48 cartes rencontre
-22 cartes demande
-40 cartes voyages (8 par couleur de joueur)
-40 figurines de caravelle (8 par couleur de joueur)
-15 figurines de régisseur (3 par couleur de joueur)
-80 écus en plastique répartis ainsi :
50 pièces de cuivre valant 1 écu
20 pièces d’argent valant 5 écus
10 pièces d’or valant 10 écus

L'ensemble du matos présent dans la boîte
L’ensemble du matos présent dans la boîte

Mise en place du jeu :
La première fois que vous jouerez au jeu, il vous faudra d’abord monter le théâtre cartonné en 3D.  Placez le plateau représentant les 8 différentes villes au centre de la table et le théâtre à proximité du plateau, de façon à ce que la jauge d’humeur du roi soit visible par tous les joueurs.

Le théâtre en mode comédie
Le théâtre en mode comédie

Lancez un écu et selon la face qui sort, placez l’aiguille du théâtre sur la tragédie en rouge (côté lion boudeur de l’écu) ou la comédie en jaune (lion souriant de l’écu) et faites pivoter le panneau coulissant afin que l’image soit également du bon côté (lapin jaune pour la comédie ou héron rouge pour la tragédie).

En mode tragédie
En mode tragédie

Chaque joueur choisit une couleur, prend les 8 cartes, les 8 caravelles et les 3 régisseurs de sa couleur. Mélangez les cartes demandes secrètes et formez une pile face cachée que vous placez vers le théâtre.

le théâtre qui pivote
le théâtre qui pivote vu de dos

Mélangez les cartes rencontres et placez-les face cachée à côté du plateau. Puis disposez face visible une carte rencontre sous chaque ville du plateau.

Pour finir, chaque joueur reçoit 3 écus, les écus restants formant la cassette.

Tour de jeu :
La partie comporte 2 saisons de jeu, chaque saison étant composée de plusieurs tours de jeu qui se découpent en plusieurs phases.

1) Le voyage : les joueurs choisissent simultanément une carte voyage de leur couleur et la placent face cachée devant eux. Lorsque tout le monde a choisi et placé sa carte face cachée, on les révèle toutes.

Les cartes voyage
Les cartes voyage

Chaque joueur place alors l’une de ses caravelles devant les cartes rencontre de la cité qu’il avait choisie. La carte voyage qu’il vient de jouer est placée face visible dans sa défausse, devant lui.

2) Résolution :  On résout les cités devant lesquelles se trouvent une ou plusieurs caravelles dans l’ordre (de 1 à 8 donc). Il y a deux cas de figures différents possibles :

-Un joueur est seul devant la cité : Il résout toutes les cartes rencontre une par une de la dernière posée à la première (donc de bas en haut), aucun effet notamment de saltimbanque, ne peut être joué pendant la résolution. Le joueur applique l’effet de la carte.

Les différentes cartes rencontre
Les différentes cartes rencontre

Les cartes prime : il gagne de la cassette le montant indiqué (1 à 3 pièces) et pose la carte prime sur la défausse des cartes rencontre (face visible à côté de la pile rencontre).

Les saltimbanques : il place la carte face visible devant lui et pourra l’utiliser dès la fin de cette phase. Un saltimbanque peut être utilisé une fois par saison, pour faire cela, le joueur incline la carte de 90° et applique son effet. Les caméléons sont des saltimbanques dont l’effet est appliqué automatiquement à la fin de la saison, le joueur choisit alors s’ils sont considérés comme des comédiens ou des tragédiens de niveau 1.

Acteurs de niveau 1 (comédiens ou tragédiens) : il récupère en main toutes ses cartes voyages défaussées, ainsi que ses caravelles.

Acteurs de niveau 2 (comédiens ou tragédiens) : il vole un écu à l’adversaire de son choix

Acteurs de niveau 3 (comédiens ou tragédiens) : il place l’un de ses régisseurs sur la scène du théâtre et prend dans la cassette autant d’écus que de régisseurs présents sur la scène (peu importe la couleur).

Acteurs de niveau 4 (comédiens ou tragédiens) : aucun effet

Acteurs de niveau 5 (comédiens ou tragédiens) : il verse un écu dans la cassette, s’il ne peut pas payer, cet acteur est défaussé.

Pendant la résolution, le joueur va donc prendre temporairement en main les différents tragédiens et comédiens qui se trouvaient devant la cité. Après les avoir tous récupérés, il peut décider de défausser un des acteurs (un seul par tour) qu’il a en main, afin de l’envoyer à la cour pour influencer le roi (ce n’est pas obligatoire).

Les cartes saltimbanque
Les cartes saltimbanque

On déplace alors l’aiguille du théâtre d’autant de crans que l’expérience de l’acteur du côté de la comédie (jaune) ou tragédie (rouge) selon que l’acteur défaussé est un comédien ou un tragédien. Par exemple en défaussant un comédien (lapin jaune) d’expérience 2, l’aiguille de la jauge au-dessus du théâtre sera déplacée de 2 crans vers la droite (en direction du jaune de la comédie).

Si l’humeur du Roi change, c’est-à-dire que la jauge passe du jaune au rouge ou inversement, il faut faire pivoter le décor afin qu’il soit de la même couleur que la jauge. En faisant ça, tous les régisseurs présents sur la scène sont renvoyés chez leur propriétaire.

Les autres acteurs que le joueur a en main, sont placés face visible devant lui et constituent sa troupe qui s’agrandira au fil des tours.

-Si plusieurs joueurs ont choisi la même cité : toutes les cartes devant la cité sont alors défaussées, mais déclenchent néanmoins les effets suivants :
-Les saltimbanques et les primes sont défaussés sans que rien ne se passe
-Les acteurs modifient l’humeur du roi en fonction de leur expérience et de leur nature

Chaque joueur qui se trouvait sur la même cité, reçoit alors une carte demande secrète en compensation. Ces cartes se conservent face cachée et pourront être jouées lors de la fin d’une saison afin de gagner des écus supplémentaires.

Les différentes cartes demande secrète
Les différentes cartes demande secrète

Un joueur ne peut pas avoir plus de 3 demandes secrètes devant lui, s’il en pioche une quatrième, il doit obligatoirement en défausser une. Si la pioche est vide, mélangez la défausse des demandes secrètes et formez une nouvelle pile.

Une fois qu’un joueur a effectué les effets des cartes de la cité où il était, il déplace sa caravelle et la place sur la cité qu’il vient de visiter, afin que l’on puisse voir facilement les endroits où les joueurs se sont déjà rendus.

Si un joueur n’a plus qu’une seule carte voyage en main, il récupère toutes ses cartes voyages et toutes ses caravelles pour avoir de nouveau le choix lors de ses voyages.

Les très jolies figurines du jeu
Les très jolies figurines du jeu

Lors d’un nouveau tour s’il reste des cartes dans la pioche de cartes rencontre, placez en une devant chaque cité, en les ajoutant en dessous de celles qui pourraient déjà s’y trouver. S’il n’y a pas assez de cartes pour en ajouter devant toutes les villes, le tour est quand même joué normalement avec les cartes disponibles, puis ce sera la fin de la saison.

Si jamais un joueur se rend sur une cité vide, il ne prend pas de carte rencontre, mais pioche une carte demande secrète à la place.

Fin de saison :
Lorsque la pioche de cartes rencontres est vide, alors la saison est terminée et toutes les troupes se présentent devant la Cour du Roi Leonus XIV afin de lui présenter leur spectacle pour le mirifique festival.

Les écus présents dans la boîte
Les écus présents dans la boîte

-Les joueurs reçoivent alors 1 écu par acteur correspondant à l’humeur du roi (les saltimbanques n’entrent pas en ligne de compte, y compris les caméléons). Donc si un joueur a 3 comédiens (lapins jaunes) dans sa troupe et que le roi veut de la comédie, il gagne alors 3 écus.

-Tous les joueurs dont le spectacle plaît au roi gagnent une récompense de 3 écus pour la saison 1 ou 5 écus pour la saison 2. Pour savoir si un spectacle plaît au roi, on calcule la différence entre les comédiens et les tragédiens (caméléons inclus cette fois-ci) présents dans la troupe des joueurs.

Le ou les joueurs qui ont la plus grosse différence (donc le meilleur spectacle aux yeux du roi) touchent une seconde fois cette récompense. Par exemple le roi veut de la comédie, A (2 points comédie avec seulement un comédien de niveau 2 dans sa troupe) et B (7 points comédie avec un comédien 5, un comédien 4 et un tragédien 2 (5+4-2=7)) ont une troupe orientée comédie.

Le plateau des cités
Le plateau des cités

Ils vont donc toucher chacun 3 ou 5 pièces selon la saison, mais B touchera une seconde fois la somme puisqu’il a produit la meilleure comédie (7>2) si bien qu’il aura au final gagné 6 ou 10 écus selon la saison.

-Chaque joueur peut ensuite jouer une carte demande secrète qu’il a en main, il la place face visible devant lui et cette carte restera disponible et utilisable lors de la saison suivante. La carte jouée en première saison viendra donc s’ajouter à celle qui sera éventuellement jouée lors de la seconde saison. Si le joueur remplit les conditions indiquées sur la demande, il reçoit autant d’écus de la cassette.

Préparation de la saison 2 :
Les joueurs défaussent tous les acteurs présents dans leur troupe (lapins et hérons) mais conservent leurs saltimbanques, ainsi que les cartes demandes secrètes. Celle qui a été jouée pendant la première saison demeure face visible devant le joueur et pourra donc servir à scorer lors de la seconde saison.

Le livret de règles
Le livret de règles

-Les joueurs redressent tous les saltimbanques qu’ils avaient utilisés lors de la saison 1
-Les cartes voyages et les caravelles qui ont été jouées, demeurent jouées et ne sont donc pas reprises en main.
-Toutes les cartes rencontre restant devant les cités sont défaussées.
-La défausse des cartes rencontre est mélangée et devient la nouvelle pioche rencontre. On place alors une carte devant chaque cité.
-On lance un écu pour savoir de quel côté penche l’humeur du roi (on fait pivoter le décor si besoin).

La nouvelle saison est alors prête à être jouée de la même façon que la première.

Fin de la partie :
La partie prend fin à l’issue de la saison 2 après avoir procédé au décompte de fin de saison (écus gagnés selon l’humeur du roi, la qualité du spectacle et la ou les demandes secrètes jouées). Tous les joueurs comptent alors les écus qu’ils ont gagnés au cours des deux saisons. Le joueur le plus riche remporte la partie et en cas d’égalité, on ne départage pas les gagnants.

L'aide de jeu au dos du livret de règles
L’aide de jeu au dos du livret de règles

Variante deux joueurs :
Le jeu se déroule comme décrit plus haut mais certaines modifications interviennent :
-Au début, chaque joueur prend les éléments de sa couleur, ainsi que ceux d’une deuxième couleur représentant une troupe amie.
-Chaque joueur mélange les cartes voyages de sa troupe amie et en fait une autre pioche séparée de celle de sa troupe principale.
-Au début de la phase voyage, les joueurs piochent la carte de leur troupe amie et en prennent connaissance secrètement. Les joueurs choisissent ensuite normalement la destination de leur troupe principale. Puis tout le monde révèle les cartes qu’il a jouées (troupe principale et troupe amie) et place les caravelles devant les villes correspondantes.
-Les troupes amies ne prennent jamais de cartes rencontre ou demande secrète. Les cartes prises normalement par une troupe amie sont toutes défaussées sans effet.
-Si les deux troupes amies sont seules sur la même cité, les cartes sont défaussées et on modifie l’humeur du roi en conséquence (selon le niveau des comédiens ou tragédiens défaussés).
-Comme les autres joueurs, les troupes amies récupèrent leurs cartes voyage et leurs caravelles lorsqu’elles n’ont plus qu’une carte dans leur pile voyage. Elles sont alors toutes mélangées pour former une nouvelle pioche.

Ma première boîte dédicacée, que d'émotions (x3 en plus ^^)
Ma première boîte dédicacée, que d’émotions (x3 en plus ^^)

L’avis de Mister Zombi sur Fourberies :
Avant toute chose, je tiens à adresser un grand merci à Bombyx, puisque j’ai reçu ce jeu dans le cadre d’un concours qu’ils avaient organisé sur Facebook. Donc forcément recevoir ce jeu qui me faisait de l’œil c’était déjà bien cool, surtout que j’ai également eu droit au kit de presse, mais la grosse cerise sur le gâteau, c’est qu’il était en plus dédicacé par Christian Martinez, Bruno Cathala et Jérémie Fleury.

La double cerise bonus sur le gâteau c’est que Jérémie Fleury l’illustrateur du jeu me l’a remis en main propre, ce qui était super top de sa part, sans compter que comme j’adore son travail en tant qu’illustrateur (que ce soit dans le domaine ludique ou littéraire) c’était vraiment trop génial de le rencontrer en vrai, même si ce n’était que brièvement.

Bon maintenant que ça s’est dit, parlons un peu du jeu et de ce que j’en pense. Tout d’abord, franchement chapeau bien bas à la Team Bombyx parce que le matos est vraiment top, que ce soit le théâtre en 3D à monter (j’avoue que ça me faisait bien peur vu comme j’avais galéré pour Colt Express, mais finalement ça a été nickel chrome ^^) qui est très plaisant à manipuler, les cartes du jeu, les écus en plastique que j’aime bien et qui me rappellent un peu les jetons de Puissance 4 (en moins épais) ou encore les figurines qui sont vachement détaillées.

Après c’est vrai qu’une fois le théâtre monté et les cartes sleevées, tout tient juste juste dans la boîte (mais ça tient sans déformer) et il faut placer le plateau des villes en diagonale pour qu’il ne dépasse pas puisqu’il est plus long que la boîte même plié. A part ce petit pinaillage, ça reste quand même impeccable au niveau du matos.

D’ailleurs le jeu est juste magnifique grâce aux illustrations de Jérémie Fleury, même si le côté animalier/coloré ne plaira peut être pas à tout le monde, mais moi en tout cas j’aime énormément et c’est donc un régal de jouer avec tous ces personnages anthropomorphes très attachants (ceux des demandes secrètes notamment sont juste sublimes). Un immense merci à lui d’ailleurs pour la dédicace de la bohémienne en couleur qu’il a réalisée et qui est du plus bel effet dans le couvercle de la boîte (même si ça a du être bien galère à faire ^^’).

Pour ma part j’aime beaucoup jouer à Fourberies car c’est un jeu plutôt simple à expliquer mais qui réserve néanmoins pas mal de rebondissements en cours de partie. Il faut dire qu’on ne peut pas toujours prévoir là où iront nos adversaires et qu’il n’est donc pas rare de perdre les cartes qui nous intéressaient parce que nous n’étions pas le seul à les convoiter (ou parce qu’un de nos adversaires a vu clair dans notre jeu et a décidé de nous embêter).

Néanmoins ce n’est pas complètement dramatique puisqu’on pioche une demande secrète à la place et que ces dernières peuvent être très pratiques pour bien scorer en fin de saison. Elles font par contre partie de ce que certains membres des Avenjoueurs n’aiment pas trop dans le jeu, à savoir le hasard supplémentaire qu’elles génèrent.

En effet certaines cartes sont très puissantes et vont vous permettre de gagner des dizaines d’écus d’un coup, tandis que d’autres ne vont vous en faire gagner que quelques uns. De plus certaines cartes ont des objectifs complètement opposés et non complémentaires, si bien que si vous avez peu de cartes demandes secrètes, vous pouvez vous retrouver le bec dans l’eau en fin de saison/partie et n’avoir quasiment pas pu gagner d’argent grâce à elles, tandis que d’autres joueurs vont plus que doubler leur cagnotte grâce à celles qu’ils ont pu jouer.

Pour ma part ça ne me pose pas spécialement de soucis, mais je comprends que ça puisse rebuter certains joueurs (donc autant le savoir). J’aime en tout cas beaucoup le principe des voyages qui permettent de rafler ou non les cartes qui nous intéressent, tout comme le fait que l’humeur du roi soit très changeante et que donc, selon les cartes qui sortent et les plans des joueurs, ça peut être très tendu tout au long d’une saison au niveau de ce qu’il préfère.

Il faut donc tenter d’adapter sa stratégie en conséquence, même s’il est vrai que les demandes secrètes peuvent parfois nous fournir un cap (il peut être plus intéressant d’aller à contresens de l’humeur du roi pour gagner encore plus), mais sans elles, ce n’est pas toujours évident de parvenir à plaire au roi et également si on lui a plu d’avoir un meilleur spectacle que nos adversaires.

On peut donc mettre des bâtons dans les roues de nos compagnons si on détermine à peu près leur stratégie, en allant aux mêmes endroits qu’eux ou en utilisant les pouvoirs de certains saltimbanques pour les bloquer un peu. Mais contrairement à ce que peut laisser penser le titre du jeu (à la base je crois qu’il devait s’appeler Molière) ce n’est pas forcément le but principal de faire des coups fourbes à ses adversaires et ça demeure assez gentillet dans l’ensemble (par rapport à Intrigue par exemple).

En tout cas moi je trouve ça plaisant d’avoir des parties dont l’issue est incertaine jusqu’au bout et qui peuvent permettre à différents types de joueurs de se retrouver ensemble, idem au niveau de l’âge puisqu’il n’est pas très compliqué et permettra donc aux plus jeunes de jouer en compagnie de leurs aînés. C’est donc à mes yeux un jeu qui est plutôt rassembleur, sans compter que c’est plutôt sympa de pouvoir y jouer jusqu’à 5, sans que la durée de jeu n’en pâtisse spécialement.

En bref, un jeu que je trouve vraiment superbe au niveau des illustrations et avec un matos d’excellente qualité, des mécaniques simples pour un jeu très sympa qui permet de rassembler les plus jeunes et leurs aînés autour de la même table. Les allergiques au hasard n’y trouveront sans doute pas leur compte, mais pour ma part ça me plaît bien ces parties qui peuvent changer du tout au tout et ce jusqu’à l’ultime fin.

En bref bis, un jeu que j’affectionne beaucoup et auquel j’ai toujours plaisir à jouer, malheureusement ça n’est pas le cas de tous les joueurs de mon entourage, raison pour laquelle j’ai bricolé une version solo (avec encore plus de hasard xD) afin de pouvoir quand même y jouer régulièrement.

Le jeu est dispo à l’achat chez l’un de mes fournisseurs ludiques habituels : Fungames ou Jocade

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *