Océanos (Bauza/Fleury)

Océanos (Bauza/Fleury)

Oceanos est un jeu de choix de cartes dans lequel vous partirez explorer les fonds marins à bord de votre sous-marin, en quête de trésors et d’espèces animales, afin de marquer un maximum de points. Le jeu est réalisé par Antoine Bauza et illustré (magnifiquement) par  Jérémie Fleury.

Ce jeu est édité par Iello en France. Oceanos est disponible en boutiques spécialisées et VPC depuis le 08 juillet 2016  pour environ 35€. Notamment chez mon fournisseur : Fungames.

Océanos se joue de 2 à 5 joueurs, à partir de 8 ans et les parties durent environ 30 minutes.

La boîte du jeu Oceanos
La boîte du jeu Oceanos

Oceanos est un jeu de choix et de pose de cartes dans lequel vous partirez explorer les fonds marins à bord de votre sous-marin, en quête de trésors et d’espèces animales, afin de marquer un maximum de points. Pour faire ça, vous devrez choisir les cartes qui composeront votre fond marin, afin d’essayer de récolter un maximum de choses, tout en évitant d’attirer les krakens. Une partie se déroule en 3 manches composées chacune de 5 tours, à la fin de la partie, le joueur ayant récolté le plus de points l’emporte.

Contenu de la boîte :
-1 livret de règles
-1 carnet de scores
-75 pièces de sous-marins (15 dans chacune des 5 couleurs) réparties ainsi :
5 pièces de niveau 1 pour chaque sous marin (25 au total)
5 pièces de niveau 2 pour chaque sous marin (25 au total)
5 pièces de niveau 3 pour chaque sous marin (25 au total)
-15 jetons carburant (3 dans chacune des 5 couleurs)
-15 jetons scaphandrier (3 dans chacune des 5 couleurs)
-9 jetons kraken répartis ainsi :
3 petits pour la manche 1
3 moyens pour la manche 2
3 grands pour la manche 3
-5 aides de jeu
-135 cartes exploration réparties ainsi :
40 cartes manche 1
45 cartes manche 2
50 cartes manche 3
-1 sac opaque bleu
-30 jetons trésor (valant de 2 à 4 points)

L'ensemble du matériel présent dans la boîte de jeu
L’ensemble du matériel présent dans la boîte de jeu

Mise en place du jeu :
Choisissez chacun une couleur et prenez les jetons scaphandriers, les jetons essences et les pièces de sous-marin correspondantes, assemblez celles de niveau 1 (une boule au niveau du recto des pièces) afin d’avoir votre submersible de départ. Les joueurs reçoivent également une aide de jeu chacun et gardent les pièces de niveau 2 et 3 de leur sous-marin à portée de main.

Le sous-marin du joueur jaune
Le sous-marin du joueur jaune

Placez un jeton scaphandrier à l’avant de votre sous marin et un jeton essence à l’arrière, sur les emplacement prévus à cet effet. Tirez sans les regarder un jeton kraken pour chacun des tailles de jetons et placez-les au centre de la table avec le plus grand jeton au bas de la pile et le plus petit sur le dessus. Les autres jetons kraken ne serviront pas pendant la partie.

Séparez les cartes exploration en 3 paquets (niveau 1, 2 et 3) mélangez les cartes de chaque paquet séparément et placez les au centre de la table. Pour finir au niveau de la mise en place, placez tous les jetons trésor (valeur de 2 à 4) dans le sac bleu.

Le sous-marin et les jetons du joueur violet
Le sous-marin et les jetons du joueur violet

La partie peut alors débuter, le joueur qui a vu un aquarium le plus récemment devient le premier capitaine d’expédition.

Tour de jeu :
Une partie d’Oceanos se déroule en 3 manches composées chacune de 5 tours. Chaque tour comporte 5 étapes que nous allons voir maintenant.

Le sous-marin du joueur vert
Le sous-marin du joueur vert

1) Tout d’abord, le capitaine d’expédition pour le tour de jeu en cours distribue les cartes exploration aux autres joueurs (il ne s’en donne donc pas à lui-même).

Les joueurs reçoivent autant de cartes que le nombre de périscope(s) présent(s) sur leur sous-marin + une carte. De base, les joueurs concernés reçoivent donc 2 cartes (1 périscope+1carte supplémentaire).

2) Chaque joueur choisit secrètement la carte exploration qu’il désire jouer parmi celles qu’il a reçues et la place face cachée devant lui. La ou les carte(s) exploration restante(s) sont données au capitaine d’expédition.

Le sous-marin et les jetons du joueur bleu
Le sous-marin et les jetons du joueur bleu

Utiliser du carburant :
Lors de cette étape, vous pouvez dépenser un jeton essence disponible sur votre sous-marin afin de conserver une carte supplémentaire par jeton carburant que vous consommez. Il est possible d’en dépenser plusieurs à la fois si votre sous-marin vous le permet (pour ça il faut avoir amélioré le moteur).

3) Tous les joueurs révèlent simultanément leur(s) carte(s) exploration  et les placent face visible devant eux. Les cartes sont toujours placées de gauche à droite et l’ordre des cartes posées ne pourra pas être modifié durant toute la partie.

Le sous-marin et les jetons du joueur rouge
Le sous-marin et les jetons du joueur rouge

Si vous avez utilisé des jetons carburant lors de l’étape précédente, placez-le(s) sur la ou les cartes que vous avez jouée(s) en plus, afin de montrer que ce sont des cartes supplémentaires.

Chaque manche (donc les cartes de niveau 1, 2 et 3) constitue une rangée de cartes explorations. Les cartes de niveau 1 forment la rangée supérieure, les cartes de niveau 2 seront placées sous celles-ci (il peut y en avoir plus ou moins dans certaines rangées en fonction des essences que vous aurez jouées) et se trouveront donc au milieu.

Les cartes des différents niveaux et quelques exemples
Les cartes des différents niveaux et quelques exemples

Quant aux cartes de la manche 3, elles constitueront le bas de votre fond marin (ça se voit au niveau des illustrations dont le fond s’assombrit plus on plonge profond).

Utiliser un scaphandrier :
Lorsque vous placez une carte exploration contenant un ou plusieurs coffre(s) au trésor, vous pouvez placer un de vos scaphandriers disponibles sur cette carte, afin qu’il remonte à la surface le ou les trésors présent(s) sur la carte.

Lors de sa remontée en fin de partie, le scaphandrier remontera également les autres coffres présents sur les cartes de sa colonne, situés au-dessus de lui.

Chaque trésor ainsi remonté vous permettra de piocher en fin de partie, un jeton trésor qui rapporte de 2 à 4 points. Contrairement aux jetons essence, un jeton scaphandrier une fois posé reste sur sa carte jusqu’à la fin de la partie.

Les jetons trésor et leur sac
Les jetons trésor et leur sac

Améliorer son sous-marin :
Lorsque vous posez une carte exploration où figure une base, si vous aviez posé auparavant un ou plusieurs cristaux, vous allez éventuellement pouvoir améliorer une pièce de votre sous-marin. Il y a néanmoins quelques règles à respecter pour pouvoir le booster.

-Les améliorations doivent être faites dans l’ordre des niveaux, c’est à dire que vous devez d’abord passer une pièce au niveau 2 pour pouvoir ensuite la faire passer au niveau 3 (on ne passe pas de 1 à 3 directement, même si on possède les cristaux nécessaires).

-Même si vous avez assez de cristaux, vous ne pouvez faire évoluer qu’une seule pièce de votre sous-marin lorsque vous jouez une base. Vous ne pouvez donc pas passer deux pièces du niveau 1 au niveau 2 d’un seul coup. Tous les cristaux en surplus sont donc perdus et ne pourront pas être utilisés sur votre prochaine base.

Les aides de jeu/base
Les aides de jeu qui font également office de base en fin de manche

-Pour faire passer une pièce du niveau 1 au niveau 2, il vous suffit d’avoir un cristal jaune ou un cristal vert placé avant la carte base.

-Pour faire passer une pièce du niveau 2 au niveau 3, il vous faut avoir un cristal jaune et un cristal vert placés avant la carte base.

4) Le capitaine d’expédition choisit une carte parmi celles que les autres joueurs lui ont données, tout en respectant les mêmes règles de placement (de gauche à droite et chaque manche qui forme une rangée allant de haut en bas). Il peut donc également utiliser des jetons essence s’il en a à sa disposition, afin de jouer des cartes en plus.

Si en tant que capitaine d’expédition vous récupérez moins de cartes que le nombre que vous auriez du recevoir normalement, complétez votre main en prenant dans la pioche les cartes nécessaires pour atteindre votre nombre de périscopes + une carte.

le livret de règles
le livret de règles

5) Le joueur assis à gauche du capitaine devient le nouveau capitaine d’expédition pour le tour suivant.

Fin de manche :
Il y a 3 étapes à faire à la fin d’une manche, c’est à dire après les 5 tours de jeu qui la composent.

1) Posez votre aide de jeu (face 1-2 pour les deux premières manches) à la suite de vos cartes exploration. Comme un base est représentée dessus, si vous avez suffisamment de cristaux non utilisés placés avant, vous pouvez donc améliorer une pièce de votre sous marin.

2) Comptabilisez les points récoltés par chaque joueur au cours de la manche.
-Récoltez 2 points par animal différent présent dans votre aquarium (c’est à dire dans la rangée de cartes que vous venez de terminer). Attention vous êtes limité en points par le niveau de votre aquarium (de base vous ne pouvez garder que 3 animaux différents soit 6 points. Les animaux en trop ne rapportent pas de points). Vous pouvez marquer au maximum 16 points si votre aquarium est au niveau 3 et que vous avez un exemplaire des 8 animaux dans votre rangée.

Le carnet de scores, très utile pour les décomptes intermédiaires et le final
Le carnet de scores, très utile pour les décomptes intermédiaires et le final

-Le propulseur de votre sous marin (la partie la plus à gauche) vous rapporte des points en fonction de son niveau. De base il rapporte 0 point, puis 2 au niveau 2 et 5 points au niveau 3.

-Déterminez le joueur majoritaire en yeux de kraken pour la manche. Ce dernier retourne le jeton kraken de la manche (le plus petit à la manche 1 et ainsi de suite en ordre croissant) et perd autant de points qu’indiqué.

Lors de la 1ère manche les jetons vont de 0 à -2, lors de la seconde manche de -1 à -3 et lors de la dernière manche, de -2 à -4. Si plusieurs joueurs ont le même nombre d’yeux de kraken, ils écopent tous du malus indiqué par le jeton de la manche en cours

3) Récupérez le(s) jeton(s) carburant que vous avez joué(s) et mettez les sur le moteur de votre sous-marin, dans les espaces prévus à cet effet. Les jetons scaphandriers ne sont pas récupérés et restent en place jusqu’à la fin de la partie.

Remettez les cartes du niveau de la manche que vous venez de jouer dans la boîte et prenez celles de la manche suivante à la place.

Les jetons kraken et leurs malus. -La manche 1 de 0 à -2 -La manche 2 de -1 à -3 -La manche 3 de -2 à -4
Les jetons kraken et leurs malus :
-La manche 1 de 0 à -2
-La manche 2 de -1 à -3
-La manche 3 de -2 à -4

Fin de la partie :
La partie prend fin à l’issue de la troisième manche, après que chaque joueur ait effectué son dernier retour à la base (c’est à dire l’éventuelle amélioration de son sous-marin et le décompte de fin de manche). On procède alors au décompte final en ajoutant les deux éléments suivants :

-Chaque joueur gagne 1 point par corail présent dans sa plus grande barrière de corail. Une barrière est composée de cartes adjacentes (les diagonales ne comptent pas) avec au moins un corail présent dessus.

-Chaque joueur marque les points rapportés par les jetons trésors que ses scaphandriers ont remonté à la surface. A tour de rôle en commençant par le capitaine d’expédition, les joueurs piochent dans le sac autant de jetons trésor que le nombre de coffre récupérés par leurs scaphandriers.

Le joueur qui a le plus de points est déclaré vainqueur, en cas d’égalité, c’est le joueur qui a le plus optimisé son sous-marin qui l’emporte. Si l’égalité persiste, les joueurs concernés se partagent la victoire.

Variante pour 2 joueurs :
A deux joueurs la mise en place et le nombre de tours demeure inchangé, seul le déroulement de ces derniers change.

Les deux joueurs jouent simultanément de la façon suivante :
-Complétez votre main à partir de la pioche pour avoir un nombre de cartes égal à vos périscopes + une carte.
-Sélectionnez secrètement une carte (ou plus avec du carburant) et posez-la face cachée devant vous.
-Révélez la carte face visible en tenant compte des règles de placement habituelles (de gauche à droite).
-Défaussez si vous le souhaitez une carte de votre main qui se retrouve sous la pioche.
-Donnez la ou les carte(s) restante(s) de votre main à votre adversaire.

Les décomptes de fin de manche et de fin de partie demeurent inchangés.

Variante eaux troubles :
Cette variante est recommandée pour les joueurs expérimentés et plus particulièrement pour les parties à 5 joueurs.

-Une fois que chaque joueur (sauf le capitaine) a choisi la ou les carte(s) qu’il souhaitait jouer, le capitaine prend aléatoirement une et une seule carte parmi celles restantes à chaque autre joueur.
-Comme dans la règle normale, le capitaine complète alors sa main en prenant ce dont il a besoin sur le dessus de la pioche.
-Les cartes restantes sont remises sous la pioche.

L’avis de Captain Johan sur Oceanos :
Pour l’heure, Oceanos est mon plus gros coup de coeur de cette première moitié d’année 2016 et c’est un jeu auquel j’ai extrêmement de plaisir à jouer et ce quelle que soit la configuration du nombre de joueurs.

Il faut dire que ce jeu a de nombreux atouts, tels que son rapport qualité/prix qui est plutôt topissime au vu de la quantité de matos d’excellente facture qu’il contient. La présence de nombreux grands sachets est d’ailleurs très appréciable, afin de pouvoir ranger séparément la totalité des éléments (ça fait gagner du temps d’installation). Le seul petit bémol à ce niveau là c’est que certaines pièces de sous marin ne s’emboîtent pas parfaitement ensemble (mais ça tient quand même donc ça va, ce n’est pas rédhibitoire non plus).

Il est également très accessible et à tous types de joueurs y compris celles et ceux qui n’ont pas trop l’habitude de jouer. Les règles s’expliquent rapidement et comme la plupart des phases de jeu sont effectuées en simultané, les parties ne sont pas trop longues et ce quel que soit le nombre de joueurs autour de la table.

D’ailleurs en parlant du nombre de joueurs, c’est vraiment chouettax qu’il soit jouable jusqu’à 5 et que le fait d’augmenter le nombre de joueurs ne rallonge pas la durée des parties pour autant.

Ensuite ça demeure une question de point de vue, mais pour ma part (et celle de ma femme, ce qui tombe divinement bien) j’apprécie également beaucoup la variante pour deux joueurs, qui est assez similaire au jeu normal sauf qu’on donne nos cartes en trop à l’adversaire. Il est également possible d’en défausser une (si elle est cool par exemple) afin de l’embêter et si on n’a que des cartes bof en main, ça sera un plaisir de les lui refourguer. Je trouve donc que ça marche plutôt bien à deux également et ça c’est toujours bien quand c’est le cas.

Ce que j’aime beaucoup aussi dans ce jeu c’est qu’il y a plusieurs façons de scorer et qu’avec les décomptes intermédiaires et le décompte final on a toujours moyen de se refaire la cerise, si jamais on a pris un peu de retard au niveau des points.

Le fait qu’on marque des points de différentes manières permet donc d’avoir des stratégies variées et de privilégier par exemple l’amélioration de certaines parties de son sous-marin ou de tenter de scorer avec le corail, les scaphandriers…etc.

Dans toutes les parties que j’ai pu jouer jusqu’à présent, les scores à la fin ont toujours été plutôt serrés entre tous les joueurs (genre de l’ordre de 5-10 points entre le premier et le dernier) et ce en dépit des stratégies différentes adoptées par les joueurs.

Comme dans la plupart des jeux où on a pas mal de possibilités qui s’offrent à nous, il va falloir faire des choix, car n’espérez pas pouvoir tout faire (envoyer plein de plongeurs, avoir un sous-marin complet de niveau 3 et une barrière de corail géante…etc.) c’est impossible.

On tâche donc de se spécifier un peu, en fonction des cartes que l’on a et de nos affinités. Pour ma part j’adore booster le propulseur (5 points au niveau 3 tout de même), agrandir l’aquarium au niveau 2 (10 points avec 5 espèces différentes c’est cool) et j’aime jouer scaphandriers au max, même si ça m’arrive régulièrement d’en avoir en rab que je n’ai pas pu placer ^^’

Le fait de tirer des cartes peut laisser penser qu’il y a beaucoup de hasard dans le jeu, mais finalement on ne le sent pas si présent que ça et surtout il y a moyen de le contourner. Par exemple en améliorant son cockpit et son nombre de périscopes (donc des cartes en plus parmi lesquelles choisir) ou lorsqu’on est capitaine et qu’on a souvent droit à des cartes supplémentaires.

Mais également le fait que tous les symboles présents sur les cartes (corail, coffres, animaux, cristaux et bases) sont tous suffisamment présents pour qu’on finisse toujours par tous les voir passer. Alors après c’est vrai que si on veut jouer des cartes vachement rentables, il faudra surement poser des yeux de kraken, synonymes de points négatifs, sauf que ça s’équilibre relativement bien, puisqu’au total si on prend les 3 kraken on perdra entre 3 et 9 points.

Ensuite la présence des bases sur les aides de jeu permet de faire en sorte que tout le monde puisse au moins améliorer 3 pièces de son sous-marin pendant la partie (en règle générale tout le monde même les poissards en boostent plus que ça), donc tous ces éléments concourent à faire d’Oceanos un jeu vraiment bien équilibré et dans lequel tout le monde à des chances de l’emporter.

J’apprécie également beaucoup le fait qu’on puisse y jouer et s’y amuser avec des joueurs divers et variés, par exemple mes parents à qui je fais découvrir des jeux (mais ils ne veulent pas de jeux trop longs ou avec des règles trop touffues (leur max est un jeu de type Five Tribes je dirais)) l’ont vraiment beaucoup apprécié.

Pareil je l’ai fait découvrir récemment à Mickaël et Claire qui eux par contre apprécient beaucoup les jeux longs et où il faut bien se triturer les méninges et ils ont également été emballés par la découverte. Après, tout cela reste bien évidemment subjectif et certains n’aimeront peut être pas du tout, mais c’est pour montrer que sur le principe il peut plaire à une palette variée de profils de joueurs.

Ensuite Oceanos est immersif et son thème très présent, puisqu’on a bien l’impression de partir explorer les fonds marins aux commandes de nos sous-marins, mais ce n’est guère étonnant puisque de ce que j’ai cru comprendre Antoine Bauza aime que ses jeux racontent des histoires. Pour moi de ce côté là le pari est réussi en tout cas.

Si vous êtes arrivés jusque là je pense que vous avez compris que je suis über fan de ce jeu, mais ce n’est pas encore fini car il y a un dernier point que je souhaite aborder et qui fait que je l’aime autant. Ce sont tout simplement les illustrations magnifiques de Jérémie Fleury qui une fois encore a déployé toute l’étendue de son talent en abattant un boulot de fou.

En effet, il y a quand même 75 pièces de sous-marin, lesquelles sont toutes différentes, comme les persos qui sont aux manettes d’ailleurs. Il y a des petits détails en plus partout et c’est donc un vrai régal à observer. Dans le même ordre d’idées je suis très fan de l’allure des animaux marins que l’on peut observer avec les petits détails qui les « humanisent » (monocles, pipes…etc.).

Toutes les illustrations des cartes et de la boîte sont également magnifiques, donc moi franchement rien que déjà pour le plaisir des yeux j’ai envie de le ressortir le jeu. En plus je me fais bien plaisir en y jouant, donc il est souvent de sortie par chez moi et généralement pas que pour une seule partie, puisqu’on les enchaîne facilement, dans la mesure où elles ne sont pas trop longues et fort agréables.

Après je sais que certains ne sont pas trop fan des illustrations de Jérémie Fleury, mais pour ma part j’adore et je trouve que c’est parfait pour permettre même aux plus jeunes de prendre plaisir à jouer avec leurs aînés. En plus, selon moi, les mécaniques du jeu et le thème valent le coup de s’y essayer même si on n’adhère pas au style graphique, car vous pourriez bien être agréablement surpris et y prendre goût.

Néanmoins il y a quand même quelque chose qui me rend triste dans Oceanos, c’est le fait que contrairement à Fourberies, je n’ai pas une boîte dédicacée par l’auteur et avec un autre magnifique dessin de Jérémie Fleury à l’intérieur.

C’est vraiment dommage, mais bon qui sait un jour peut être… (ou pas lol), en tout cas j’espère que Jérémie Fleury illustrera plein d’autres jeux à l’avenir, car il fait partie des illustrateurs dont j’aime retrouver la patte en jouant (ou en lisant d’ailleurs).

En bref, Oceanos est mon maxi coup de coeur 2016, un de mes jeux préférés auquel j’adore jouer et qui contient tout ce que j’aime dans un jeu : un thème bien présent, des règles simples et faciles à expliquer, mais offrant néanmoins une belle profondeur de jeu, avec notamment des stratégies très différentes possibles.

C’est également un jeu que je trouve très bien équilibré puisque les scores sont souvent serrés en fin de partie et que tout le monde à sa chance. D’ailleurs il a de quoi plaire à des profils de joueurs variés et permet même de jouer avec les plus jeunes.

En plus il est illustré par Jérémie Fleury dont j’adore le travail, il y a énormément de matos dans la boîte pour un prix raisonnable, donc franchement à mes yeux c’est vraiment un sans fautes (ou presque mais le peu qu’il y a je les pardonne volontiers vu comme je me régale à y jouer), alors chapeau bien bas et bien joué à Antoine Bauza, Jérémie Fleury et la team Iello !!!

Vous pouvez vous le procurer chez mon fournisseur : Fungames.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *