Huns (Fneup/Wolff)

Huns (Fneup/Wolff)

Huns est un jeu de draft de dés, de combos de cartes, d’optimisation de richesses et d’adaptation dans lequel on incarne des lieutenants du grand Kahn, bien décidés à devenir son successeur une fois que ce dernier sera mort.

C’est un jeu de Fneup, illustré par Anthony Wolff, le jeu sera édité par La Boîte de jeu et distribué par Blackrock Games en France. Huns sera disponible en boutiques spécialisées et VPC à partir d’avril 2018  pour environ 35€.

Huns se joue de 2 à 4 joueurs, à partir de 14 ans et les parties durent environ 45 minutes (selon le nombre de joueurs et votre expérience du jeu).

La future boîte du jeu Huns

Huns est un jeu de draft de dés, de combos de cartes, d’optimisation de richesses et d’adaptation dans lequel on incarne des lieutenants du grand Kahn, bien décidés à devenir son successeur une fois que ce dernier sera mort. Pour ce faire, il faudra avoir le plus de points de victoire en fin de partie, laquelle se déclenche dès qu’une ressource ou un type de carte est épuisé à la fin d’une manche. Pour gagner des points de victoire, il faudra piller des richesses, effectuer des razzias, engager des mercenaires et déchaîner des fléaux sur ses rivaux.

Contenu de la boîte :
-1 livret de règles français et anglais (vous pouvez lire les règles par là : https://www.laboitedejeu.fr/wp-content/uploads/2017/12/huns-FR-rules-web.pdf)
-1 livret de FAQ (pour expliquer les cartes)
-4 cartes d’aide de jeu recto/verso (les moments où jouer les cartes/les façons de scorer des points de victoire)
-60 cartes de jeu réparties ainsi :
-12 cartes équipement (bleu)
-12 cartes razzia (rouge)
-12 cartes mercenaire (vert)
-12 cartes fléau (noir)
-12 cartes trésor (jaune)
-4 plateaux individuel
-32 cartes chariot réparties ainsi :
8 chariots violets
8 chariots orange
8 chariots verts
8 chariots bleus
-5 dés à 6 face de valeur 1 à 3 répartis ainsi :
1 dé bleu
1 dé rouge
1 dé vert
1 dé noir
1 dé jaune
-120 cubes de richesse répartis ainsi :
24 cubes bleus
24 cubes rouges
24 cubes verts
24 cubes noirs
24 cubes jaunes
-1 jeton premier joueur
-1 bloc de scores

L’ensemble du matériel contenu dans la boîte

Mise en place du jeu :
-Formez 5 paquets de cartes en les séparant par couleur. Si vous jouez à deux joueurs, retirez les cartes portant les mentions 3+ et 4 dans le coin inférieur gauche (2 cartes par couleur à retirer). Si vous jouez à trois joueurs, retirez seulement les cartes avec un 4 dans le coin inférieur gauche (1 carte par couleur à retirer). Pour les parties à 4 joueurs, aucune carte n’est retirée.

-Mélangez chaque paquet et placez-les face cachée au milieu de la table dans l’ordre suivant : équipement, razzia, mercenaire, fléau et trésor.

-Disposez les cubes richesse de chaque couleur devant le paquet de cartes correspondant :
20 cubes de chaque couleur à 2 joueurs (on en retire 4 par couleur)
22 cubes de chaque couleur à 3 joueurs (on en retire 2 par couleur)
24 cubes de chaque couleur à 4 joueurs (on les utilise tous)
L’ensemble de ces richesses forment la réserve.

L’ensemble des cubes richesse

-Mélangez les cartes chariot et formez une pioche face cachée puis révélez 4 chariots face visible. Dès qu’une carte chariot face visible est prise par un joueur, on la remplace immédiatement par la première de la pioche.

-Chaque joueur reçoit un plateau individuel, une carte aide de jeu et deux cartes chariot venant de la pioche.

Les cartes aide de jeu

-Déterminez le premier joueur selon les modalités de votre choix (plus grand nombre au dés, le joueur qui a pillé une ville le plus récemment…etc.).

Si vous jouez à 3 joueurs, le troisième joueur prend une richesse de la réserve et la place sur un emplacement libre d’un de ses chariots. Le quatrième joueur quant à lui prend 2 richesses de la réserve et les place sur un de ses chariots.

Les plateaux individuels

L’espace devant chaque joueur composé de son plateau individuel, de son butin, de ses chariots et des cartes qu’il jouera, constitue son camp.

Déroulement de la partie :
Une partie de Huns est composée de plusieurs manches, chacune d’entre elles étant composée de 5 tours (un tour par dé). La partie s’achève lorsqu’à la fin d’une manche, c’est à dire quand tous les dés ont été joués, il n’y a plus de richesses d’une couleur ou si un paquet de cartes est vide; On procède alors au décompte des points de victoire.

Le premier joueur de la manche lance les 5 dés et les place devant les richesses de la même couleur.

Les dés en question

Déroulement d’une manche :
Le premier joueur pour la manche lance les 5 dés et les place devant les richesses et les cartes de la même couleur.

En commençant par le premier joueur puis dans le sens horaire, chaque joueur joue un tour composé des étapes suivantes :
-Prendre un des dés disponibles et le placer devant lui.
-Réaliser une action parmi les deux disponibles : piocher des cartes ou piller des richesses.

Les joueurs continuent ainsi jusqu’à ce que le dernier dé ait été choisi. Un même joueur peut donc jouer plusieurs tours (choisir plusieurs dés) au cours d’une même manche.

Le pion premier joueur

Quand tous les dés ont été pris, on passe le jeton premier joueur au joueur suivant dans le sens horaire, afin qu’une nouvelle manche débute.

Si à la fin d’une manche il n’y a plus de richesses d’une couleur ou si un paquet de cartes est vide, la partie s’arrête et on procède au décompte final.

Déroulement d’un tour de jeu :
Le joueur actif choisit un des dés disponibles puis il réalise l’une des deux actions possibles : piocher des cartes ou piller des richesses.

Les différentes couleurs de cartes chariot

-Piocher des cartes : lorsqu’un joueur décide de piocher des cartes, il prend dans le paquet de la même couleur que son dé, autant de cartes que la valeur du dé. Il en choisit une et la joue face visible dans son camp. Les autres cartes sont replacées sous leur paquet d’origine.

Si un joueur décide de piocher des cartes, il devra obligatoirement en jouer une, donc si un joueur pioche une carte avec un dé de valeur 1, il sera obligé de jouer la carte piochée.

Il existe 5 types de cartes différents :
-Les cartes équipement en bleu qui ont un effet permanent et dont le joueur qui l’a jouée en bénéficie immédiatement.

Les 12 cartes équipement

-Les cartes razzia en rouge ont un effet temporaire qui ne s’applique qu’une seule fois lors de la partie, au moment où le joueur l’active. La carte est alors inclinée afin de montrer que le pouvoir a déjà été utilisé.

-Les cartes mercenaire en vert qui ont un effet permanent une fois qu’elles sont activées, pour faire cela, il faut placer des cubes richesse sur tous les emplacements de la carte. Si une carte richesse remplie perd une ou plusieurs richesse au cours de la partie, son effet redevient inactif jusqu’à ce qu’elle soit de nouveau remplie.

Les 12 cartes mercenaire

-Les cartes fléau en noir ont un effet permanent jusqu’à ce qu’elles soient désactivées. Les cartes fléau sont jouées dans le campement d’un joueur adverse. Leur effet s’applique jusqu’à ce que le joueur la désactive en remplissant tous les espaces disponibles sur la carte à l’aide de richesses. Une fois désactivée, la carte est inclinée pour montrer que son effet ne s’applique plus.

Les 12 cartes fléau

Un joueur peut décider de fuir face à un fléau qu’un adversaire vient de placer chez lui, s’il le fait, il retourne la carte fléau face cachée et la garde dans son camp. L’effet du fléau ne s’applique pas pour la partie.

-Les cartes trésor en jaune n’ont pas d’effet au cours de la partie mais permettent de gagner des points de victoire en fin de partie, si la condition est atteinte. Les cartes trésor sont jouées dans le camp des joueurs qui en ont fait l’acquisition.

-Piller des richesses : lorsqu’un joueur décide de piller des richesses, il prend dans la réserve de la couleur du dé choisi autant de cubes richesse que la valeur du dé. Il doit ensuite choisir une des deux possibilités suivantes afin d’utiliser les richesses qu’il vient de piller : placer les richesses sur une carte fléau ou mercenaire ou alors embarquer les richesses dans ses chariots.

Les 12 cartes trésor

Remplir une carte : seules les cartes de type mercenaire (vert) ou fléau (noir) peuvent être remplie à l’aide de richesses. Le joueur choisit une seule de ses cartes mercenaires ou fléau  et place dessus toutes les richesses pillées. Elles doivent toutes être posées sur la même carte, elles n’ont pas besoin d’être de la même couleur que la carte ou que les richesses déjà présentes sur la carte. S’il y a plus de richesses pillées que d’emplacement disponibles sur la carte, les richesses en surplus sont replacées dans leur réserve.

Remplir des chariots : un joueur peut embarquer les richesses pillées sur un ou plusieurs de ses chariots. Une richesse doit toujours être placée sur un emplacement libre de même couleur. Les richesses d’un même pillage peuvent être réparties sur plusieurs chariots. S’il y a plus de richesses que d’emplacements libres de leur couleur, les richesses en surplus sont replacées dans la réserve.

Les 12 cartes razzia

Dès qu’un chariot est rempli il est immédiatement expédié et le joueur doit : placer les richesses qu’il transporte dans son butin, placer le chariot expédié face cachée sur l’emplacement des chariots expédiés. Puis il récupère un nouveau chariot parmi les 4 face visible ou le premier de la pioche. S’il lui reste des richesses non embarquées, il peut les placer sur son nouveau chariot, sinon elles retournent dans la réserve.

Fin de manche :
Une fois que tous les dés ont été pris pour la manche, le pion premier joueur passe au joueur suivant dans le sens horaire. Une nouvelle manche débute alors, avec le lancer des 5 dés par le premier joueur de cette nouvelle manche.

Le livret de règles et celui de la FAQ

Fin de la partie :
La fin de partie se déclenche lorsqu’à l’issue d’une manche (quand tous les dés ont été pris) une réserve de richesse ou une pile de cartes est vide. On procède alors au décompte final des points selon les modalités suivantes :

Le carnet de scores avec un résultat à 3 joueurs et un à 2 joueurs (je gruge sur le carnet)

+1 point par carte razzia (rouge) placée, que son pouvoir ait été joué ou non pendant la partie.
+1 point par carte mercenaire (verte) complète (tous les cubes sont remplis) ou -1 point par carte mercenaire non remplie.
+1 point par joueur (2 points à 2 joueurs, 3 points à 3 joueurs et 4 points à 4 joueurs) par carte trésor (jaune) dont la condition est remplie.
-1 point par joueur pour chaque carte fléau (noire) qui a été fuie pendant la partie.
+1 point par joueur pour chaque chariot qui a été expédié.
+1 point bonus pour sa plus longue série de chariot d’une même couleur (max 8 points car 8 chariots pour chacune des 4 couleurs) ou pour le nombre de chariot de couleurs différentes envoyés (max +4 points car 4 couleur de chariots différentes)


L’avis de Mister Zombi sur Huns :
Avant toute chose, je tiens à adresser un immense merci du fond du cœur à l’équipe de La Boîte de Jeu puisque grâce à eux je possède une boîte en exclu. En effet, le jeu ne sera dispo qu’en quantité limitée lors du Festival International du Jeu de Cannes (Khan) et sinon il est prévu pour début avril 2018. J’ai donc eu la chance de pouvoir y jouer à plusieurs reprises et dans toutes les configurations de joueurs, bien avant l’heure.

J’avoue que j’avais lu les règles du jeu sur le net quand elles avaient été mises à dispo, mais je ne me rendais pas bien compte de ce que pouvait donner le jeu (j’ai besoin de voir le matos et d’y jouer pour ça ^^’). Après y avoir joué, je peux dire que Huns est tout à fait le genre de jeux que j’affectionne.

Tout d’abord parce que les règles sont très simples à expliquer, même à des joueurs « débutants » (5-10 minutes en gros) , puisque les règles sont très faciles. Néanmoins le jeu n’est pas si simple pour autant et il faudra cogiter si vous voulez devenir le prochain Khan, car il faudra bien optimiser le choix de ses dés et surtout des actions associées.

En effet, chaque fois qu’on choisit un dé, il faut décider si l’on joue une carte ou si on pille des richesses de la même couleur. Dans ce dernier cas, il faut également choisir si on les répartit sur nos chariots ou sur une de nos cartes mercenaire ou fléau. Autant dire qu’il faudra bien réfléchir et ne pas se planter dans ses choix, tout en faisant preuve d’adaptabilité sur les derniers dés d’une manche, puisqu’on n’aura pas forcément le choix de la couleur.

Il faudra également surveiller ce que font vos adversaires et surtout vérifier l’état des réserves de richesse, ainsi que les cartes jouées par vos rivaux, si vous ne voulez pas vous retrouver le bec dans l’eau une fois la partie terminée.

Les parties ne sont pas très longues (30-45 minutes en gros) et si on ne fait pas gaffe la fin de partie peut se déclencher bien plus rapidement qu’escompté, ce qui peut s’avérer frustrant. Il faut donc par exemple éviter de prendre des cartes mercenaires peu avant la fin de partie, car c’est un coup à perdre des points de victoire, si on ne parvient pas à les compléter.

Ce que j’apprécie également dans Huns, c’est le fait qu’il y a plusieurs façons de scorer des points de victoire et qu’elles ont toutes leur intérêt, aucune n’est vraiment plus lucrative qu’une autre et on peut dont panacher son scoring, à l’aide des cartes razzia, mercenaire et trésor, sans oublier le remplissage de chariots.

Les différentes cartes sont bien équilibrées et on ne se retrouve jamais à devoir piocher (et jouer) une carte en se disant qu’elle est complètement naze. Elles ont toutes leur intérêt, même s’il est vrai que certaines seront plus utiles en fonction des parties jouées et des choix de vos adversaires (une carte qui sert à se protéger des fléaux, si personne n’en joue contre vous, elle devient un peu useless par exemple).

Si vous aimez bien embêter vos adversaires quand vous jouez, c’est possible de le faire dans Huns, sans que ça soit pour autant indispensable ou nécessaire. Les cartes fléau vont servir à handicaper les autres joueurs, néanmoins il est tout  à fait possible de gagner une partie et ce même si on a subi des fléaux. Ces derniers réduisent notre champ d’action, mais on a quand même toujours d’autres possibilités et ça c’est vraiment cool, car on se sent moins impuissant que dans d’autres jeux où l’on sait déjà dès le début ou le milieu de la partie qu’on n’a aucune chance de gagner car d’autres joueurs se sont acharnés contre nous.

La partie reste ouverte jusqu’à la fin et en règle générale les scores finaux sont plutôt serrés et tournent autour de la vingtaine de points (en tout cas c’était le cas dans les parties que j’ai jouées jusqu’à présent), bon par contre je ne sais pas si ce sont des bons scores ou non ^^’ Il y a un peu de hasard en cours de partie, mais rien de rédhibitoire, en effet les dés lancés pour la manche sont communs à tous les joueurs, donc un poissard des dés emmerlera tout le monde et pas seulement lui. L’autre point de hasard se trouve au niveau des cartes piochées, mais comme ces dernières sont quand même toutes intéressantes, il y a toujours moyen de moyenner.

En ce qui concerne le thème du jeu, j’avoue n’avoir aucune affinité particulière pour les huns à la base, au niveau des peuples conquérants, je suis bien plus attiré par les vikings par exemple. Néanmoins je trouve ça très bien que ça soit un thème peu exploité (à ma connaissance)  qui a été choisi, surtout qu’il est plutôt bien rendu, on retrouve des noms et des termes techniques propres à cette culture et ça m’a même donné envie de m’y intéresser.

Les illustrations d’Anthony Wolff sont vraiment superbes avec un style assez réaliste et néanmoins coloré, y compris pour les cartes fléaux dont la couleur dominante est plus sombre. L’idée des dominantes de couleur en fonction du type de cartes est très bien trouvée et permet de les identifier facilement. Même si ce ne sont pas forcément des couleurs trop proches, chapeau bien bas pour la superbe frise qui orne le verso des cartes de jeu, puisque lorsqu’elles sont placées dans le bon ordre, elles forment un très joli panorama.

Outre les illustrations, une fois de plus La Boîte de Jeu a fait fort en proposant un matériel de qualité, lequel tient bien le choc au fil des parties et des manipulations. Je n’ai pas encore pu le vérifier, néanmoins le thermoformage présent dans la boîte devrait permettre de pouvoir sleever les cartes, sans avoir à retirer le thermo, normalement tout tient dedans (en tout cas il a été pensé pour).

Ce qui est également bien chouettax, c’est que le jeu tourne bien dans toutes les configurations de joueurs et que contrairement à d’autres jeux, c’est pas parce qu’on est plus nombreux autour de la table, que la durée des parties se rallonge. En effet comme on retire des cubes et des cartes quand on ne joue pas à 4, ça fait que la durée s’équilibre et que les parties sont aussi rapides dans toutes les configurations.

En bref Huns est un de mes coups de coeur ludique du moment, car il est simple à expliquer, mais demande de cogiter quand on y joue. Il faut également parvenir à s’adapter et effectuer les bons choix en cours de partie pour remporter la victoire, les parties ne sont pas trop longues (30-45 minutes) ce qui fait qu’on peut les enchaîner facilement puisque le jeu possède une bonne rejouabilité (moi je ne m’en lasse pas en tout cas). En plus le jeu est plaisant dans toutes les configs de joueurs et il est servi par du matos et des illustrations top cheyenne moumoute, prouvant une fois de plus que La Boîte de Jeu est un éditeur à ne pas négliger et dont il faut surveiller les sorties !!

En bref bis, vous avez donc deux mois devant vous pour économiser la trentaine d’euros que coûtera le jeu à sa sortie 😉

Laisser un commentaire