Welkin (Tanguy/Sarrailh)

Welkin (Tanguy/Sarrailh)

Welkin est un jeu dans lequel on incarne des bâtisseurs célestes, il va falloir récupérer des matériaux afin de construire les plus belles demeures et ainsi devenir le bâtisseur le plus réputé et le plus riche . Le jeu est réalisé par Fabien Tanguy et illustré par Sylvain Sarrailh

Ce jeu est édité Ankama Boardgames et distribué par Blackrock Games. Welkin est disponible en boutiques spécialisées et VPC depuis juillet 2019 pour environ 29.90€. Notamment chez mon fournisseur ludique Philibert.

Welkin se joue de 2 à 4 joueurs, à partir de 10 ans et les parties durent environ 40 minutes.

La boîte du jeu Welkin

Welkin nous place dans la peau de bâtisseurs célestes, afin de devenir le plus célèbre et le plus riche d’entre eux, il va falloir récupérer des ressources. Ces dernières vont nous permettre de construire des habitations dans les îles célestes. Ces dernières nous rapporteront de l’argent en fonction des ressources utilisées et de leur valeur sur le marché, lors de la construction.

Il faudra donc bâtir au bon moment et faire varier les cours du marché en sa faveur pour espérer remporter la partie. Cette dernière se termine lorsque la pile de chantiers disponibles est vide, au moment où l’on doit rajouter une carte chantier.

Contenu de la boîte :

-1 livret de règles
-1 plateau central
-4 plateaux individuels
-46 cartes chantier
-75 jetons ressource réparties ainsi
végétal (15)
élémentaire (15)
animal (15)
métal (15)
pierre précieuse (15)
-10 jetons cotation (recto et verso différents)
-20 jetons production (recto et verso différents)
-76 jetons argent répartis ainsi
16 jetons de valeur 10
21 jetons de valeur 5
39 jetons de valeur 1

L’ensemble du matériel contenu dans la boîte de Welkin

Mise en place du jeu :

-Placez le plateau central au milieu de la table et posez les 10 jetons cotation dessus. Leur face visible est choisie aléatoirement, puis on les pose dans les zones du plateau, qui correspondent aux ressources représentées.

Le plateau central avec les 10 jetons cotation répartis aléatoirement (la ressource végétale vaut 4 argent dans ce cas de figure)

-Mélangez ensuite mes cartes chantier et préparez une pile de 20 cartes à 2 joueurs (seule modification des règles) ou de 24 cartes à 3 et 4 joueurs.

Cette pile est placée au centre de la table, près du plateau central. On pioche les 5 premières cartes de la pile et on les dépose face visible sur les emplacements prévus sur le plateau.

-On place les différents jeton argent et ressource, près du plateau central, de manière à former les réserves.

-Chaque joueur reçoit un plateau individuel et les 5 jetons production différents, ces derniers sont placés sur les emplacement correspondants, face ressource visible.

Les plateaux individuel (verso et recto)

-Le joueur qui a le plus la tête dans les nuages (le plus grand donc) commence.

Déroulement de la partie :

En commençant par le premier joueur, puis dans le sens horaire, chaque joueur effectue une action, parmi les 3 possibles : ouvrir un chantier, produire des ressources ou utiliser des ressources.

-Ouvrir un chantier :

Prenez une carte chantier disponible sur le plateau central (5 sont visibles et donc disponibles) et placez-la sur l’un des deux emplacements de chantier de votre plateau individuel (en haut de ce dernier).

Un type de maisons constructibles

Bien évidemment, si vos deux emplacements sont occupés par un chantier, vous ne pouvez pas réaliser cette action.

La carte chantier que vous avez prise est remplacée par la première carte de la pioche. Si un symbole est présent en haut à gauche de la carte que vous venez d’acquérir, choisissez un des jetons cotation du plateau central et retournez-le.

Placez-le ensuite dans la zone du plateau central correspondant à la nouvelle ressource visible sur ce jeton. En plus petit, se trouve une image du verso de chaque jeton cotation, afin de savoir en quoi vous le transformerez.

Un autre type de construction

-Produire des ressources :

Cette action permet de produire des ressources à l’aide des jetons production de son plateau individuel.

Les faces +1 des jetons représentent la force de production, les faces ressource quant à elles représentent les ressources que l’on est capable de produire.

Pour pouvoir réaliser cette action il est obligatoire de choisir au moins un jeton de son plateau et le retourner sur son autre face (quelle que soit sa face d’origine). Le premier jeton retourné est gratuit, puis vous pouvez dépenser 1 argent pour chaque jeton supplémentaire que vous souhaitez retourner.

Les jetons production côté ressource et côté +1

Il est tout à fait possible de retourner deux fois un même jeton, vous pouvez donc retourner gratuitement un jeton puis dans la foulée payer 1 pièce pour le remettre sur sa face d’origine.

Prenez ensuite autant de jetons ressource que le nombre de symboles +1 visibles et placez-les dans votre stock. Il n’est par contre possible de produire que les ressources dont le symbole est visible sur votre plateau production.

Attention : votre stock est limité à 4 ressources, si vous dépassez ce quota, défaussez immédiatement le surplus afin de n’en garder que 4.

Un troisième type de chantier

-Utiliser des ressources :

Cette action vous permet de déplacer tout ou partie des jetons ressource présents dans votre stock (4 maximum) vers des emplacements libres de même type sur vos chantiers.

Un chantier est terminé lorsque tous les jetons ressource figurant sur la carte sont recouverts par un jeton du même type.

Ce chantier est alors vendu immédiatement. Afin de connaître son gain, il faut calculer la valeur des ressources présentes dessus.

Les jetons ressource

Chaque jeton ressource présent rapporte autant d’argent qu’il y a de jetons du même type face visible sur le plateau central.

Prenez l’argent correspondant, replacez les jetons ressources utilisés dans la réserve et placez votre chantier terminé face visible à côté de votre plateau personnel.

Lorsqu’un chantier est terminé, s’il y a lieu, déplacez tous vos autres chantiers en cours vers la gauche, afin d’occuper les emplacements libres de votre plateau individuel.

Le quatrième type de chantiers

Chantiers spéciaux et pouvoirs des chantiers terminés :

Certains chantiers sont dit spéciaux car n’importe quelle ressource peut être utiliser afin de les construire. En contrepartie, ces derniers n’ont aucun pouvoir.

Certains chantiers terminés peuvent vous procurer un pouvoir, ce dernier pourra être joué une fois par partie. Un pouvoir de chantier terminé peut être utilisé pendant son tour, avant ou après son action.

Cinquième et dernier type de chantiers

Une fois qu’un pouvoir a été joué, on retourne la carte correspondante face cachée afin que son pouvoir ne soit plus utilisé. On peut utiliser autant de pouvoirs de chantiers terminés que l’on veut par tour, du moment qu’on en possède à jouer. Cela ne compte jamais comme l’action de son tour.

Les pouvoirs vont nous permettre différentes choses :

-Vendre des chantiers jusqu’à la fin de son tour, même s’ils sont incomplets. Il faut tout de même avoir posé au moins une ressource dessus. On touchera de l’argent uniquement pour les ressources présentes sur la carte.

-On va pouvoir utiliser des ressources.

-Ouvrir un chantier va nous permettre de prendre une carte chantier. Si jamais on en avait déjà deux sur notre plateau, on place la nouvelle carte à droite de notre plateau. Cela permet de s’affranchir de la limite des deux cartes chantier à la fois.

Les 6 chantiers spéciaux

-On peut payer 1 argent afin de prendre deux ressources de notre choix et de les ajouter à notre stock. La limite des 4 ressources demeure en vigueur et si on dépasse les 4, il faut alors enlever le surplus immédiatement.

-On peut retourner deux jetons cotations (ceux présents au centre du plateau), ils doivent être différents.

Fin de partie :

Lorsqu’un joueur prend une carte chantier et que celle-ci ne peut pas être remplacée, ce joueur termine son tour, puis chaque autre joueur joue un dernier tour. Suite à cela, la partie prend fin.

Le joueur avec le plus d’argent l’emporte, en cas d’égalité, c’est celui qui a le plus de chantiers terminés. Si l’égalité persiste alors c’est le joueur qui a le plus grand coût sur ses chantiers terminés (en nombre de ressources demandées).

Les jetons argent

Si l’égalité persiste, le mieux est de rejouer une partie 😉

L’avis de Mister Zombi sur Welkin :

Avant toute chose je tiens à remercier Ankama (et plus précisément Eloi) de m’avoir envoyé une boîte du jeu, ce dernier me faisait de l’oeil depuis que j’avais vu son descriptif et des retours dessus (Ludovox, Ludigaume…etc.). C’est donc grâce à eux si je peux vous en parler aujourd’hui !

Welkin est un jeu dans lequel il faudra savoir faire preuve d’opportunisme afin de vendre ses chantiers au meilleur prix ou de construire les plus lucratifs. Cette mécanique de marché qui fluctue est très intéressante, et il faudra donc se demander à quel moment vendre nos chantiers.

Il est parfois bon de les garder un peu plus longtemps afin de réaliser une meilleure plus value, mais plus on attend et plus on court le risque de voir le cours de nos ressources s’effondrer. En effet, entre l’acquisition des chantiers et le pouvoir des chantiers finis, nos adversaires ne se priveront pas de changer le prix des matériaux de construction.

Cela peut être fait à dessein pour vous emmerler ou alors juste parce qu’ils préfèrent qu’une autre ressource ait un prix plus élevé, ce qui va faire baisser celle qui vous intéresse. Le système des jetons recto/verso est vraiment bien pensé car il permet de voir quelles ressources sont les plus intéressantes à retourner, afin de s’avantager soi et faire perdre quelques sous à nos adversaires.

On retrouve ce principe de fliper des jetons au niveau de la production et là encore c’est plutôt malin. Pour pouvoir produire il va falloir se bloquer des ressources, afin d’augmenter sa force de production (les faces +1) il faut donc bien anticiper les retournements que l’on compte faire, sans quoi il faudra dépenser de l’argent pour effectuer des mouvements en plus.

Ce qui est cool c’est que les règles sont très simples à appréhender et s’expliquent rapidement, les parties ne sont pas trop longues (après tout dépend du temps de réflexion des joueurs évidemment) et pour ma part elles me donnent bien envie de remettre le couvert dans la foulée.

Il faut dire que le matériel est d’excellente facture (en général il y a toujours de quoi faire à ce niveau-là dans les boîtes Ankama), ce qui est dommage c’est que la boîte soit 2 fois plus grosse que nécessaire. Le thermoformage tient la route (tout est indiqué pour le lieu de rangement et ça c’est cool) mais du coup les ressources ont l’air perdues au fond de tout cet espace vide (il y a pourtant pas mal de matos, mais ça fait vide).

Les illustrations de Sylvain Sarrailh sont très jolies et colorées, j’avais déjà beaucoup aimé son style (plus asiatique) dans le jeu La légende du cerisier qui fleurit tous les 10 ans. Ici on a des très jolies habitations célestes et en fonction de la « puissance » et du coût des cartes, les maisons fourmillent de détails supplémentaires.

Elles valent vraiment le coup d’oeil et c’est donc très agréable à manipuler en cours de partie. Le jeu tourne très bien quel que soit le nombre de joueurs, puisque le nombre de chantiers disponibles baisse un peu à 2 joueurs. Par contre attention, à 4 joueurs l’effet « course » se fait encore plus ressentir puisqu’il y a autant de chantiers qu’à 3 joueurs, mais avec un concurrent de plus.

Il ne faut donc pas traîner si on ne veut pas se retrouver à la traîne et avec moins de chantier que nos petits camarades. En tout cas la rejouabilité est au rendez-vous puisque le marché de départ (et évidemment en cours de partie) ne sera jamais le même. Tout comme les cartes jouées puisqu’on en utilise à peine la moitié.

Si bien que la physionomie sera très différente, puisqu’on aura parfois des parties avec beaucoup de chantiers bonus, d’autres où il y a peu de possibilités de faire fluctuer le marché en prenant des chantiers…etc. C’est donc vraiment très intéressant car il n’y a pas qu’une stratégie qui paye et il faut se renouveler d’une partie à l’autre.

Il faudra en tout cas savoir faire preuve d’opportunisme (ça demande un peu de chagasse aussi du coup) pendant une partie et ne pas hésiter à changer de plans en cours de route. Le plus important étant d’arriver à coller aux tendances du marché pour se blinder de pognon lors de la revente de chaque chantier. Il n’est donc pas forcément indispensable de le faire varier en sa faveur.

Les pouvoirs des chantiers terminés sont également très intéressants car ils vont permettre de comboter et de réaliser plusieurs actions à la fois. En se débrouillant bien il peut donc être tout à fait possible de prendre un chantier, produire des ressources et le vendre dans un même tour, ce qui convenons-en n’est pas dégueu, puisque ça prend 3 tours de jeu en temps normal.

Le jeu est conseillé à partir de 10 ans, néanmoins la simplicité des règles et l’esthétique très colorée du jeu peut le rendre jouable pour des plus jeunes (ayant déjà une bonne habitude ludique évidemment). Cela peut même permettre de leur faire découvrir des jeux où l’on fait varier un marché de valeurs, leur montrer qu’il est parfois bon d’attendre un peu, plutôt que de rusher des chantiers moins chers.

Après je pense que vous l’avez compris en lisant les passages précédents, mais ça risque de couiner un peu pendant les parties. C’est en effet rageant de voir le prix de son chantier s’effondrer juste avant de le vendre, alors qu’on s’évertuait à le faire monter depuis quelques temps. Par contre c’est beaucoup plus plaisant de le faire subir à ses adversaires (curieusement xD) surtout quand c’est par vengeance 😉

On sera de toute façon obligé de subir les fluctuations du marché à un moment ou à un autre du marché, puisqu’on est limité à deux chantiers (sauf si on a utilisé un pouvoir spécial de chantier) et qu’il faut donc bien les vendre tôt ou tard si on veut pouvoir avancer. Cette restriction est néanmoins bien utile puisqu’elle évite que la fin de partie ait lieu trop tôt et que personne ne puisse rien faire de la partie.

Le fait d’être limité à 4 ressources demande également de faire des choix tout au long de la partie, ce qui couplé au système de retournement de jetons pour la production, fait bien cogiter si on veut optimiser sa prod et ne pas y laisser trop de pognon.

En bref Welkin est un jeu plein de bonnes idées qui vous fera cogiter en cours de partie et vous demandera de vous adapter à chaque fluctuation du marché. Le matériel est très agréable et joli à manipuler, dommage que la boîte soit aussi épaisse et qu’il se perde un peu dedans du coup.

Un jeu qui fonctionne bien dans toutes les configs de joueurs, aux règles simples mais avec une belle profondeur de jeu et une excellente rejouabilité, puisque les parties sont toutes différentes.

Que du bon en somme, alors si vous avez envie d’un jeu sympa avec de la prod de ressources et de la variation de marché, foncez !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.