Week-end ludique du 09 au 12 avril 2016

Week-end ludique du 09 au 12 avril 2016

L’article du jour sera un peu spécial, puisqu’il s’agira à nouveau d’un article semblable à celui que j’avais fait pour vous relater mon week-end à Valence en 2015. Je vais donc vous présenter brièvement les nombreux jeux auxquels j’ai joué pendant le week-end, même si cette fois-ci en plus d’être chez mon brother Kenny et sa femme, nous sommes également allés au festival du jeu de Valence !!! (le hasard calendaire faisait bien les choses ^^).
C’est grâce à eux que je m’étais remis aux jeux de société il y a un peu plus de 3 ans maintenant et donc (indirectement) sans eux, les Avenjoueurs n’existeraient probablement pas. Bien évidemment, ils possèdent une très chouette ludothèque, qui regorge de jeux divers et variés en tout genre.

Avec ma femme, nous avons donc profité de ces quelques jours en leur compagnie, pour jouer non-stop (ou presque) et essayer (et faire essayer) plein de jeux. Je vais néanmoins séparer ce compte-rendu ludique en deux parties. Ici il ne sera question que des jeux et des parties que nous avons jouées chez eux, pour le festival de Valence, ce sera dans un autre article à part (à venir tôt ou tard).

Samedi 09 avril 2016

Kaboum :

Kaboum est un jeu de Florence et Roberto Fraga et illustré par Michael Menzel. Il se joue de 2 à 5 joueurs, à partir de 6 ans pour des parties qui durent en moyenne 30 minutes
Kaboum est un jeu de Florence et Roberto Fraga et illustré par Michael Menzel.
Il se joue de 2 à 5 joueurs, à partir de 6 ans pour des parties qui durent en moyenne 30 minutes

Dans ce jeu d’adresse et d’ambiance, on devient bâtisseur à tour de rôle, on doit alors essayer de reproduire la construction qui se trouve sur les tuiles au centre de la table. Ces dernières rapportent plus ou moins de points selon leur complexité, on a le temps d’un sablier pour essayer d’en faire un maximum (30 secondes ou 1 minutes je dirais).

Dit comme ça, ça peut paraître simple, sauf que les autres joueurs possèdent une catapulte et des dés et font tout pour saloper notre beau travail de construction. Si notre forme n’est pas complète on ne prend pas la tuile correspondante. Le but est d’être le premier joueur avec 16 points, de plus si un dé atterrit sur une tuile, on ne peut pas bâtir cette dernière.

Selfie Kaboum
Selfie Kaboum

Je me suis longtemps entêté à essayer de faire la figure qui permet de finir la partie direct. Elle se trouve au centre de la table, elle utilise tous les éléments de construction et rapporte virtuellement 16 points. J’ai jamais réussi à la faire et ils se sont toujours faire un malin plaisir de la détruire avant la fin. J’ai quand même sauvé l’honneur en réalisant une petite construction dont je montais les éléments à part avant de les poser lol.

J’ai quand même pris une bonne dérouillée au final, mais c’était assez marrant comme jeu, même si on a souvent cherché les dés planqués dans la moumoute de moquette (pas si facile que ça à dire rapidement 😉 ).

Les scores de fin et l'anarchie au niveau des tuiles centrales ^^
Les scores de fin et l’anarchie au niveau des tuiles centrales ^^

C’est Kenny qui a remporté la partie avec les 16 points (pile poil) nécessaires à la victoire,  il est talonné de près par Coralie et ses 13 points. Cédrine quant à elle a marqué 10 points et je finis avec un gros 4, soit une seule construction réussie ^^’

Pour la suite et fin de la soirée de samedi, on a enchaîné avec une de mes récentes acquisitions ludiques que je n’avais pas encore eu l’occasion d’essayer.

Le Joueur de flûte :

La boîte du jeu
La boîte du jeu

Dans ce nouvel opus de la gamme Contes et Jeux de l’éditeur Purple Brain Creations (qui fait de l’excellent boulot je trouve) on incarne des habitants d’un village envahi par les rats. Le but du jeu est de parvenir à envoyer ces fichus rongeurs dans les maisons de nos adversaires, dès qu’il ne reste plus que 2 joueurs en lice, la partie s’achève et celui qui a le moins de rats chez lui l’emporte.

Le selflûte
Le selflûte

C’est donc un beau petit jeu d’enfoirés avec de l’élimination de joueurs à l’intérieur (quelque chose qu’on voit de moins en moins dans les jeux de nos jours), à notre tour, on place deux cartes sous des personnages différents (des rats et/ou le joueur de flûtiau), dès qu’un personnage à deux cartes sous lui, on les résout de haut en bas et on fait avancer, reculer…etc. le personnage en question.

Si un rat passe dans la maison de quelqu’un, le marqueur rat de ce joueur monte d’une case, si c’est le joueur de flûte qui passe dans la maison, il fait baisser le marqueur rat d’une case. Comme on jouait à 4, il y avait 5 rats en piste et seul le rat vert était resté dans la boîte. La partie a été assez rapidement jouée de mémoire.

Les rats débarquent !!
Les rats débarquent !!

Il faut dire que Cédrine et moi avons très vite eu un niveau de rat plutôt critique, puisque ces derniers semblaient bien apprécier nos maisons respectives. Mon frangin n’a pas hésité à nous infliger le coup de grâce à l’aide d’une carte mélodie (qui fait que tous les persos présents au côté de celui qui avance, se déplacent également).

On s’est donc retrouvés avec 4 rats qui sont passés par chez nous d’un seul coup, ça pique pas mal. Il a donc offert la victoire à Coralie sur un plateau puisque les rats l’ont pas mal boudé de toute la partie. Elle termine donc avec un niveau inférieur au sien et a pu tranquillement profiter de son intérieur dératisé.

Kenny qui m'annonce ma mort prochaine lorsque les 4 rats qui sont à ma porte vont venir squatter chez moi -_-'
Kenny qui m’annonce ma mort prochaine lorsque les 4 rats qui sont à ma porte vont venir squatter chez moi -_-‘

Le jeu contient une bonne dose de hasard, dans la mesure où tout dépend des cartes persos présentes et de celles qu’on a en main, mais on peut quand même tenter de limiter la casse pendant notre tour de jeu. En tout cas j’ai bien aimé, c’est chaotique mais plutôt marrant, même si là encore j’en ai pris plein la couenne et ai été éliminé en premier (à 2 secondes près puisque les 4 rats ont ruiné la maison de Cédrine dans la foulée lol).


Dimanche 10 avril 2016 :

Patchwork :

La boîte du jeu Patchwork
La boîte du jeu Patchwork

Dès qu’on s’est levé et en attendant nos hôtes (mon frangin est arrivé quasi dans la foulée) on s’est lancé dans une petite partie de Patchwork avec ma femme. Comme j’ai déjà présenté le jeu, je ne vais pas vous réexpliquer en quoi il consiste, donc si vous ne connaissez pas encore cet excellent jeu pour 2 joueurs, la séance de rattrapage, c’est par là : http://avenjoueurs.com/patchwork-rosenbergfranz/
On a donc joué notre petite partie tranquilloum avant le petit dej’ et nous avons tous les deux terminé avec des scores positifs, rien de complètement fifou, mais ça restait plus qu’honorable. A noter d’ailleurs que Coralie a réussi à chiper la tuile bonus 7×7. Néanmoins et bien que sa couverture ait été mieux remplie que la mienne et moins trouée, je l’emporte par 11 à 1 soit un écart de 10 boutons.

Nous sommes ensuite partis pour la matinée au Festival de Valence, après un retour à l’appart pour le repas de midi (poulet/frites miammy) et un aprem au festival jusqu’à sa fermeture (15h-19h en gros), nous sommes rentrés à l’appart pour jouer un peu. Pendant l’apéro nous nous sommes faits une petite partie d’un de leurs jeux, mais que j’ai complètement oublié de photographier ^^’

Tea Time :

Tea Time est un jeu d'Emanuele Ornella, illustré par Chiara Vercesi et Valentina Pastorino et édité par Gigamic. C'est un jeu pour 2 à 4 joueurs, à partir de 8 ans pour des parties qui durent de 15 à 30 minutes.
Tea Time est un jeu d’Emanuele Ornella, illustré par Chiara Vercesi et Valentina Pastorino et édité par Gigamic.
C’est un jeu pour 2 à 4 joueurs, à partir de 8 ans pour des parties qui durent de 15 à 30 minutes.

Dans ce jeu on ramasse des cartes carrées qui représentent des personnages emblématiques d’Alice au pays des merveilles et de sa suite De l’autre côté du miroir afin de les inviter à prendre le thé. Il y a donc une version standard et une version « miroir » de ces persos, lesquels nous permettront de scorer en fin de partie, sauf qu’on ne peut ramasser que des cartes adjacentes et représentant la même version d’un personnage (de 1 à 3 cartes), en sachant que si on a déjà son double (donc si on pioche une normale et qu’on avait déjà la version miroir) les deux cartes s’annulent.

Il faut donc bien choisir et faire preuve d’opportunisme pour remporter la victoire, on peut même embêter nos adversaires en leur chipant les cartes qui les intéressent, afin de réduire leur score final. Coralie et moi dont c’était notre première partie n’avons pas trop brillé puisqu’on termine avec respectivement 31 et 37 points, Cédrine est seconde avec 45 points et Kenny nous a laminés avec ses 52 points.

En tout cas j’ai trouvé que c’était un petit jeu plutôt fort sympathique et idéal pour l’apéro ou entre deux gros jeux par exemple.

La glace et le ciel :

La boîte du jeu la glace et le ciel
La boîte du jeu la glace et le ciel

Cédrine étant rentrée plus tôt du Festival de Valence, elle n’avait pas pu tester le jeu La Glace et le ciel en notre compagnie et en présence de l’auteur/éditeur Florent Toscano (qui est super sympa et que je remercie chaudement pour la dédicace de la boîte ^^). Ce jeu est une adaptation du film documentaire éponyme réalisé par Luc Jacquet et dont voici la bande-annonce :

J’avoue tout de suite que je ne connaissais pas du tout le film dont le jeu s’inspire, donc je ne pourrais pas vous dire si on en retrouve l’esprit ou non. Quoi qu’il en soit, il s’agit ici d’un jeu coopératif dans lequel on va devoir tenter de maintenir l’équilibre de la planète pendant 3 générations (qui polluent de plus en plus) en posant des cartes aux emplacements adéquats, tout en tâchant de remplir nos objectifs qu’on ne connaît pas (seuls nos partenaires voient nos objectifs).

Contrairement à Hanabi où l’on ne connaît aucune de nos cartes, ici on sait les cartes qu’on doit jouer, par contre on ne connaît pas notre objectif qui consiste à obtenir un certain score en ajoutant les valeurs des cartes posées dans une ligne ou une colonne (on place des cartes dans un carré de 3×3 symbolisant le nord, l’est et l’ouest au niveau des colonnes et les différents éléments vitaux que sont la terre, l’air et l’eau au niveau des lignes). Lorsqu’une carte permet d’atteindre ou de ne plus atteindre l’objectif d’un des joueurs, on le lui signale. Il nous faudra ensuite parvenir à équilibrer tout ça.

C'est parti pour sauver la planète !!
C’est parti pour sauver la planète !!

Nous avons donc joué une première partie pour le faire découvrir à Cédrine, qui n’a pas partagé notre enthousiasme et lui préfère Hanabi. Elle n’aime pas le fait qu’elle prévoit de poser ses cartes à certains endroits pour pouvoir remplir des objectifs…etc. mais que les cartes que les autres joueurs jouent par dessus peuvent changer la donne.

Comme j’étais pris dans les parties et l’équilibrage de la planète, je n’ai pas pensé à prendre des photos pendant qu’on jouait ^^’ On a tout de même fait deux parties d’affilée et on a réussi à gagner à chaque fois, la première avec 4 points et la seconde avec 8 points. Bon en sachant que le score parfait à 4 joueurs est de 36 points, on a encore de la marge ^^’


Lundi 11 avril 2016 :

L’Auberge sanglante :

La boîte du jeu l'auberge sanglante
La boîte du jeu l’auberge sanglante

Comme la veille, Coralie et moi avions décidé de débuter la journée en jouant à un jeu. Contrairement à Patchwork, il s’agissait là d’une découverte ludique pour elle et comme Kenny s’est levé peu de temps après l’installation du jeu, il nous a rejoint (découverte du jeu pour lui également) et nous avons donc été 3 joueurs à tenter de faire fortune en saignant (dans tous les sens du terme) nos clients.

Le selfauberge
Le selfauberge

La partie s’est plutôt bien déroulée dans l’ensemble, même si suite à une incompréhension entre mon frangin et moi, ça aurait pu mal finir, puisque je n’avais pas compris une de ses questions par rapport au décompte final (j’avais dit que c’était pas automatique de transformer son argent en chèques et qu’il fallait donc prévoir un blanchiment avant la fin de la partie, alors que sa question était de savoir si notre score de la piste centrale était pris en compte dans le total final ou pas).

Néanmoins, cela ne l’a pas empêché de gagner avec 120 francs au final, juste devant Coralie la reine des chèques et ses 95 francs. Je finis bon dernier et loin derrière avec mes pauvres 52 francs…

Intrigue :

La boîte du jeu Intrigue
La boîte du jeu Intrigue

Cédrine s’étant levée pendant notre partie d’Auberge sanglante, elle a pris part au jeu suivant et nous avions donc toute la team ludique au complet. Nous avons découvert le jeu Intrigue (je l’avais fait jouer lors d’une séance mais je n’y avais encore jamais joué personnellement) qui est un jeu sans foi ni loi, où l’on encaisse des pots de vin, on fait des promesses (qu’on n’est pas forcé de tenir), du chantage…etc. bref tous les moyens sont bons pour devenir le plus riche.

Cela peut donc être un jeu qui énerve fortement si vous le prenez au sérieux et que vous jouez la gagne. Fort heureusement, on l’a joué plutôt soft et sans prise de tête, si bien qu’on s’est beaucoup plus marré qu’autre chose, lorsqu’on a fait voler les alliances, qu’on a accepté des pots de vin pour trahir dans la foulée…etc.

Le selfIntrigue
Le selfIntrigue

Même à quatre joueurs, il est impossible de tenir tous ses engagements et de finir « copain » avec tout le monde, on est donc obligé à un moment où à un autre de trahir, ce qui est toujours marrant quand après avoir viré quelqu’un de ton château, tu lui demandes asile pour un de tes conseillers. On s’est donc bien foutu sur la gueule en toute amitié, sans se vexer ou autre, si bien qu’on a passé un très bon moment.

Nos compagnes respectives n’ont d’ailleurs jamais hésité à nous trahir sans aucun scrupule, mon château a longtemps été boudé et sur la deuxième moitié de partie a connu un franc succès. Mes conseillers ont également été très souvent exilés sur l’île centrale, raison pour laquelle j’ai fini la partie avec le plus de jetons de ma couleur là-bas (dans Koh Lanta j’aurai pu être le maître de l’île en les faisant tous sauter les uns après les autres).

Pendant la partie, ça donne ça Intrigue
Pendant la partie, ça donne ça Intrigue

Au final c’est Coralie qui a fini dernière avec 88 000 ducats (ou 89 000 ducats puisqu’on en a retrouvé un dans la moquette après le rangement, on y avait également retrouvé quelques uns de ses jetons clés après l’auberge sanglante), puis Kenny en troisième position avec ses 106 000 ducats. Il était parti très fort, si bien qu’en seconde partie du jeu il a été un peu la cible à abattre (ce qui a fait mes affaires).

L'île centrale finale, mes verts sont bien présents
L’île centrale finale, mes verts sont bien présents

Cédrine termine deuxième avec 131 000 ducats et j’ai remporté la partie avec 140 000 ducats (ça s’est donc joué à un rien près) grâce à la disgrâce de Kenny qui m’a bénéficié pendant quelques tours. Il avait quand même réussi à bien me descendre en flamme en annonçant que j’allais gagner 52 000 ducats si on ne me virait pas un peu des châteaux.

Triomphe modeste quand tu nous tiens
Triomphe modeste quand tu nous tiens
Triompe modeste le retour
Triompe modeste le retour
Jamais deux sans trois ;)
Jamais deux sans trois 😉

Deadzone :

Le livret de règles de la VO du jeu (j'ai zappé de prendre en photo la grosse boîte ^^')
Le livret de règles de la VO du jeu (j’ai zappé de prendre en photo la grosse boîte ^^’)

En début de dimanche aprem, Kenny et moi nous nous sommes lancés dans la découverte du jeu de figurines Deadzone en VF, pour lequel il avait craqué assez récemment, en profitant de la grosse promo chez Philibert. Bien évidemment, on savait que c’est le genre de jeux que nos compagnes n’affectionnent pas et qu’on ne pourrait y jouer qu’entre nous (ça fait la même pour moi et Dreadball lol).

La partie est sur le point de commencer
La partie est sur le point de commencer (je suis en bas à gauche et lui en haut à droite)

Bien évidemment, comme il y a énormément de matos, il n’avait pas eu le temps de tout peindre (tout est sous couché tout de même) donc seuls quelques éléments de décor et figurines sont peints. Donc ne vous inquiétez pas si sur la majeure partie des photos il y a surtout du blanc, ça sera peint en temps et en heure (car lui contrairement à moi, il est plus assidu au niveau peinture de figouz ^^’).

Ma contagion se déploie tranquilloum
Ma contagion se déploie tranquilloum

Dans l’idée, chaque joueur contrôle une faction (il avait les enforcers (mecs en armure) et moi la Contagion (des mutants)) et a un objectif à accomplir : s’infiltrer dans le camp adverse, buter tout le monde…etc. Notre objectif reste secret jusqu’à la fin de la partie (épuisement de nos cartes ou accomplissement de l’objectif d’un des joueurs).

Le premier blessé
Le premier blessé

Pour ma part je devais réussir à faire sortir mes gars dans son camp, lui il devait contrôler des objectifs, c’est à dire buter tous mes mes adjacents. Il a remporté la partie et plutôt de justesse puisqu’au prochain tour, on n’aurait pas pu repiocher assez de cartes. Mais bon, j’ai subi de très lourdes pertes et j’ai pas réussi à exfiltrer beaucoup de mes gars.

Escalader le décor c'est chouette
Escalader le décor c’est chouette
Goûte à mon lance-missiles
Goûte à mon lance-missiles
Mon super jet de grenade à fragmentation qui a fait rigoler les enforcers (pas le moindre dégât -_-' )
Mon super jet de grenade à fragmentation qui a fait rigoler les enforcers (pas le moindre dégât -_-‘ )

Néanmoins j’ai trouvé cette première partie plutôt plaisante et au fil des affrontements on maîtrise de mieux en mieux les différents jets de dés et autre choses à faire en cours de partie. J’aime énormément les décors qu’on peut escalader, utiliser pour se planquer…etc. C’est vraiment cool et ça peut donner lieu à des affrontements sympas (ou des mises en scène lol).

Viens me faire un câlinou !!
Viens me faire un câlinou !!
T'es perdu petit Schtroumpforcer ?
T’es perdu petit Schtroumpforcer ?
Ceci est une photo que j'ai créée de toute pièces après ma défaite (vengeance lol)
Ceci est une photo que j’ai créée de toute pièces après ma défaite (vengeance lol)

En dépit de plusieurs recherches dans le livret de règles, cette première partie avait tout de même été assez fluide et on n’a pas vu le temps passer. Après cette partie qui a permis à nos femmes de faire une pause ludique, nous avons recommencé à jouer à 4.

Bang :

Bang est un jeu d'Emiliano Sciarra pour 3 à 8 joueurs, à partir de 10 ans et des parties de 30 minutes environ. Le jeu est édité par DaVinci Games
Bang est un jeu d’Emiliano Sciarra pour 3 à 8 joueurs, à partir de 10 ans et des parties de 30 minutes environ.
Le jeu est édité par DaVinci Games

Dans Bang chaque joueur incarne un personnage dont le rôle est tenu secret et dépendra du nombre de joueurs. Comme nous étions 4, i ly avait un shériff dont le but était de flinguer tout le monde, deux hors-la-loi dont le but était de flinguer le shériff et un renégat dont le but est d’être le dernier mec en vie, mais en tuant d’abord les hors la loi, puis le shériff.

A notre tour de jeu on joue des cartes qui produisent différents effets, comme par exemple équiper notre personnage (on ne peut avoir qu’un flingue à la fois par contre), regagner de la vie, tirer sur nos adversaires…etc. Pour la première partie, Kenny était le shériff et donc la cible à abattre pour Cédrine et moi qui étions les hors-la loi.

Comme Coralie n’avait pas attaqué le shérif, on a vite su qu’elle était la renégate, néanmoins elle m’a mis en prison d’entrée de jeu et comme on avait mal lu la carte, je suis resté 3, 4 tours sans jouer (alors que normalement on perd au maximum 2 tours) ce qui était un peu gonflant lol.

Je me suis donc vengé en la flinguant peu après ma sortie de prison. Ensuite Cédrine a fini par buter le shérif Kenny à l’usure, mais pour ma part j’ai pas eu l’impression de contribuer à notre victoire de hors-la-loi, puisque je n’avais pas de quoi le plomber.

On a remis le couvert pour une seconde partie dans la foulée et cette fois-ci c’était Cédrine qui était la shérif, j’étais pour ma part le renégat tandis que Kenny et Coralie étaient ces sales coyotes à foie jaune de hors-la-loi. En tant que renégat j’ai vite été pris pour cible par les deux truands et ma femme s’est donc fait un malin plaisir de prendre sa revanche en me butant rapidement (ouais on est comme ça nous, pas de cadeaux au sein du couple quand on joue lol).

Comme on se relayait avec mon brother pour endormir leur fille dans sa poussette, j’ai pas trop suivi la fin de la partie puisque j’étais passé pousseur à plein temps. Je sais néanmoins que Coralie m’a vite rejoint chez le croquemort, laissant le duel final entre les mains de Shérif Cédrine et Ken le Hors la loi.

Le duel a été plutôt serré et âprement disputé jusqu’à ce que ce maladroit de Shérif sorte un bâton de dynamite et se fasse exploser avec, c’est la loose lol. Les hors-la-loi ont donc une fois de plus été vainqueurs, même si là dans le cas de Coralie c’est une victoire à titre posthume.

Pour la suite et fin de la journée ludique, on a pas mal geeké sur un jeu coopératif en VO avec 5 ou 6 parties au total.

Flash Point : Fire Rescue :

Flash Point est un jeu coopératif de Kevin Lanzing, illustré par Luis Francisco et George Patsouras. Le jeu est édité par Indie Boards and Cards, il est jouable de 2 à 6 joueurs à partir de 10 ans et pour des parties qui durent environ 45 minutes.
Flash Point est un jeu coopératif de Kevin Lanzing, illustré par Luis Francisco et George Patsouras.
Le jeu est édité par Indie Boards and Cards, il est jouable de 2 à 6 joueurs à partir de 10 ans et pour des parties qui durent environ 45 minutes.

Flash Point est un jeu qui nous place dans la peau de valeureux pompiers, aux aptitudes différentes en fonction du perso choisi. Mon frangin possédant toutes les extensions, les persos ont donc même leur propre petite figurine qu’il a peintes et soclées avec brio (enfin moi je trouve). Ce sont les première figouz dont il avait été satisfait du résultat final.

Ses figurines peintes ça donne ça (je les trouve trop classes moi ^^)
Ses figurines peintes ça donne ça (je les trouve trop classes moi ^^)
Les mêmes avec un angle un peu différent
Les mêmes avec un angle un peu différent

On a commencé à jouer sur l’un des plateaux de l’extension Urban structures, dans lequel notre équipe doit intervenir au sein d’un immeuble. On doit donc évacuer les blessés et autre en utilisant les ascenseurs présents dans l’immeuble, ce qui complique notre travail. Nous avons tenté deux fois ce scénario d’affilée, mais sans succès à chaque fois.

On a toujours eu tôt ou tard des grosses propagations d’incendie dans les mêmes secteurs, ce qui fait ensuite boule de neige. Sans compter que la plupart du temps, les points d’intérêts étaient en fait des leurres et ne contenaient personne à sauver (ce qui fait perdre des actions pour rien). Le feu a donc fini par ravager l’intégrité structurelle du bâtiment les deux fois, si bien qu’on a été ensevelis sous les décombres.

Le plateau de jeu de l'immeuble avec ascenseurs
Le plateau de jeu de l’immeuble avec ascenseurs

A noter que j’ai fait très fort niveau lancer de dés  pour les propagations d’incendie lors de la première partie, puisque sur un jet de dés, j’ai fait périr Cédrine et Coralie en même temps et peu de temps après j’ai retué Cédrine ^^’

Sur le principe elle s’est « vengée » lors de la seconde partie puisqu’elle m’a fait cramer sur un lancer de dés, mais le pire dans tout ça, c’est que j’avais un petit chaton tout innocent dans les bras à ce moment là. J’ai donc été carbonisé en compagnie d’une adorable boule de poils.

Après ces deux échecs combinés, on a décidé de retourner le plateau de jeu pour tenter l’autre mission qui est normalement un peu moins dure (disons qu’au moins y a pas ces foutus ascenseurs à remplir) et qui se déroule dans des maisons mitoyennes. Cette fois-ci, contrairement au scénario précédent on a quand même fini par réussir à accomplir la mission et sauver les 7 personnages nécessaires à la victoire.

L'autre plateau avec les maisons mitoyennes
L’autre plateau avec les maisons mitoyennes

Mais il nous a tout de même fallu 3 ou 4 parties avant d’y arriver, mais comme on était assez proches à chaque fois, on s’est entêté jusqu’à la victoire. Du coup on est quand même sacrément fiers lorsqu’on parvient à remporter une partie. Sans compter qu’on jouait dans le mode de difficulté le plus « simple », donc autant dire qu’il y a du challenge avec ce jeu.

Il faut dire que l’aléatoire présent peut bien corser les choses lorsqu’on n’arrête pas de tomber sur les mêmes combinaisons de résultats aux dés, qui font qu’on se retrouve avec des gros incendies un peu partout, des gens à sauver qui clamsent dans tous les coins…etc.

Les pompiers de la loose, on a commencé à l'heure de l'apéro ^^
Les pompiers de la loose, on a commencé à l’heure de l’apéro ^^

A noter que le jeu de base a été traduit et adapté en français par Asmodée sous le titre : 18, soldats du feu et je trouve cette édition aux couleurs des pompiers de Paris beaucoup plus moche que l’originale, ce qui est bien dommage puisque sans ça, je l’aurai surement acheté à sa sortie. Aucune des extensions disponibles en VO n’a été traduite en français.

Deadzone le retour :

Nos femmes étant parties se coucher, puisque notre dernière partie de Flash Point nous avait amenés aux alentours de minuit, on a décidé de se refaire une petite partie de Deadzone dans la mesure où mon frangin ne pourra pas souvent le sortir hormis les fois où l’on se verra lol.

La zone d’affrontement était un peu différente puisque nous n’avons pas agencé les décors de la même façon, mais comme on ne change pas une équipe qui gagne, j’ai de nouveau pris le camp de la Contagion et lui celui des Enforcers. Cette fois-ci, dans l’idée ma mission était de lui flinguer tous ces mecs (ou presque), lui il était à nouveau sur un contrôle des objectifs, ce qui au vu de leurs emplacements revenait à peu près au même que de tous me les flinguer.

Toc Toc, Toc, qui est là ?
Toc Toc, Toc, qui est là ?

On a terminé la partie un peu claqués aux alentours de 2h du matin, j’ai de nouveau pris une dérouillée, mais c’était quand même cool à jouer. J’ai fait quelques fautes que je n’aurais peut être pas faites si j’avais compris que mon gros bourrin pouvait quand même monter aux bâtiments (mais d’un étage seulement) alors que je pensais qu’il en était complètement incapable.

Quoi qu’il en soit, la contagion est plus nombreuse mais vaut pas un cachou au niveau du tir à distance, si bien qu’ils se font assez facilement rétamer de loin par les Enforcers. Mais bon, l’honneur est sauf, dans la mesure où à chaque partie, j’ai réussi à lui tuer au moins un de ses gars (on se console comme on peut lol).


Mardi 12 avril 2016 :

Star Realms :

Comme ma femme et moi repartions en fin de matinée de Valence, on n’a pas pu trop jouer ce matin là, puisqu’on a préparé nos affaires etc. On a quand même eu le temps de se faire une petite partie de Star Realms avec mon frangin, afin que je lui fasse découvrir cette petite bombe ludique. je ne vous réexplique pas le principe de ce jeu de deckbuilding, puisque je vous en ai déjà dit tout le bien que j’en pense par là : http://avenjoueurs.com/star-realms-kastledougherty/

Le selfie Star Realms
Le selfie Star Realms

Comme j’étais dans le stress du départ (quand je dois prendre le train, j’ai toujours l’angoisse de le rater ou autre ^^’) je n’ai pris qu’une photo et je n’en ai donc pas de la partie en cours. Néanmoins ça a été très serré puisque Kenny termine avec seulement 5 points d’honneur et moins j’ai fini à -1. Donc autant dire que s’il ne m’avait pas achevé à ce tour là, je l’aurai explosé juste après lol.

En tout cas le jeu lui a bien plu, donc c’est plutôt chouettax, je sais que j’aurai éventuellement quelqu’un avec qui y jouer les fois où on se verra.

Ainsi s’achève le compte-rendu de ce week-end ludique à Valence, mais en sachant qu’ici, il ne s’agissait que de la partie émergée de l’iceberg, à savoir les jeux auxquels on a joué chez eux. Pour en connaître l’intégralité, il faudra lire (quand il sera dispo (donc pas demain la veille ^^’)) celui consacré au Festival du jeu de Valence et aux parties et découvertes ludiques que nous avons faites là-bas 😉

Au total nous avons joué chez eux 18 parties dont 1 partie de Kaboum à 4 joueurs, 1 partie du Joueur de flûte à 4 joueurs, 1 partie de Patchwork à 2 joueurs, 1 partie de Tea Time à 4 joueurs, 2 parties de La glace et le ciel à 4 joueurs, 1 partie de l’Auberge sanglante à 3 joueurs, 1 partie d’Intrigue à 4 joueurs, 2 parties de Dead Zone à 2 joueurs, 2 parties de Bang à 4 joueurs, 5 parties de Flash Point : Fire Rescue à 4 joueurs et 1 partie de Star Realms à 2 joueurs.

Un immense merci à Kenny et Cédrine de nous avoir accueillis pour ces quelques jours plein de ludisme et de bonnes choses à manger, que du bonheur quoi !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *