Festival du jeu de Valence des 9 et 10 avril 2016

Festival du jeu de Valence des 9 et 10 avril 2016

L’article du jour est de nouveau un peu spécial, puisqu’il s’agit du second article dédié à mon week-end ludique à Valence. Il est semblable à celui que j’avais fait pour vous relater mon expérience à Ludimania. Je vais donc vous présenter brièvement les nombreux jeux que l’on a découverts lors du Festival du jeu de Valence.
Comme par le plus grand des hasards, le festival de jeu de Valence se déroulait pendant le week-end où l’on passait voir mon frangin (c’est vrai en plus, c’était même pas fait exprès), il était donc prévu qu’on aille y faire un petit tour, afin de découvrir et essayer plein de belles choses ludiques. Notre train arrivant en fin d’après-midi et ayant eu du retard, nous sommes arrivés après 18h chez mon frangin.

Kenny et moi sommes donc partis faire un petit tour sur le salon ce samedi avant qu’il ferme (20h le samedi soir et off plus tard dans la nuit). Par contre j’avais oublié de prendre l’appareil photo de ma femme et je n’ai donc pas de photos de notre visite du samedi ^^’

Samedi 09 avril 2016

Nous avons surtout fait des repérages pour le lendemain en arpentant toute le grand bâtiment dédié au festival. En passant devant le stand de Iello, à la fin de notre petit tour d’horizon, j’ai eu envie de tester Happy Pigs qui m’intriguait, sauf qu’on nous a fait comprendre qu’il valait mieux pas y jouer à deux et on a donc juste eu droit à une explication des règles du jeu (c’était déjà mieux que rien).

Mon frangin a donc proposé qu’on joue à Sea of Clouds sur le même stand et auquel il avait joué plus tôt dans la journée avec Cédrine. Un des bénévoles Iello (Melik ou Malik j’arrive pas à relire et je le prie donc de m’excuser si j’ai écorché son prénom) a fait le troisième et m’a expliqué le jeu, ainsi qu’à Jean-François qui nous a rejoint et a été le dernier joueur.

Sea of Clouds :

Dans ce jeu de cartes à base de pirates et dont le proto s’intitulait poétiquement Putes et flibuste il va falloir marquer un maximum de points en fritant ses adversaires, en collectionnant rhum, reliques et trésors et en recrutant un équipage efficace.

Pour faire cela, lorsque vient notre tour de jouer (on joue dans le sens horaire) on consulte la ou les cartes de la première pile de butin, que l’on conserve ou non. Cette pile peut contenir des pirates à recruter (qui servent à affronter nos voisins directs), des reliques, des objets ou du rhum à conserver pour scorer en fin de partie.

Une photo du matos provenant du site de Iello

Si on n’est pas satisfait, on repose la pile en y ajoutant une carte (trois cartes max, ensuite on place une pièce d’or dessus à la place) on consulte la seconde pile de butin, que là encore on peut conserver ou remettre face cachée. Si elle n’est toujours pas satisfaisante, on fait pareil avec la troisième pile du butin. Si vraiment c’est toujours pourri, on prend alors la première carte de la pioche, qu’on est obligé de conserver.

On place ensuite la ou les cartes qu’on a récupéré(es) à l’emplacement adéquat et face cachée ou visible selon le type de carte. Les reliques se trouvent à droite de notre plateau personnel, les pirates au dessus, les objets et équipements à gauche et le rhum est bien au chaud dans la cale (sous notre plateau).

Je me trouvais à côté de Jean-François (situé à ma gauche) et mon frangin à droite, Iello Malik était donc le seul joueur avec qui je n’entrais pas en conflit lors des phases de combat (ça ne l’a pas empêché de me chiper des cartes ou autre pendant la partie). Comme J.F. était le capitaine, ben curieusement il s’est déclaré vainqueur de nos abordages à chaque fois qu’on était ex-aequo, si bien que je me suis pris de belles dérouillées au niveau des combats.

J’avais également lancé une stratégie sympa à base de reliques en tout genre, que j’avais sécurisée à l’aide d’un objet me permettant de ne pas scorer de points négatifs sur les reliques, sauf qu’on me l’a fait sauter quasiment dans la foulée et comme j’avais pris des reliques en tout genre, j’ai réussi à faire un score négatif dans cette catégorie (en gros si on a qu’un ou deux exemplaires de certaines reliques, on chope un malus).

Au final, mes 3 concurrents se tiennent à 3 points d’écarts entre eux, tandis que moi je me retrouve bon dernier avec 30 points de retard sur mon frangin qui finit premier avec son score de 43. La victoire s’est jouée à un point puisque Malik a fini avec 42 points et Jean-François à 40. Autant dire que je fais pâle figure avec mon pauvre 13 points.

En dépit de toutes les parties qu’ils avaient joué aujourd’hui, les mecs du stand n’avaient pas vu un score aussi pourri que le mien ^^’ (moi quand je perds, je ne fais pas semblant lol). D’ailleurs Théo Rivière (le créateur du jeu) m’a confirmé sur Facebook, qu’il n’avait jamais vu un score aussi bas. Je suis donc pour le moment le meilleur looser de Sea of Clouds BAM !!!

La feuille de score finale où j'ai brillé par ma médiocrité une fois de plus ^^'
La feuille de score finale où j’ai brillé par ma médiocrité une fois de plus ^^’

Juste après la partie, pendant que les hauts-parleur annonçaient la fin de l’ouverture du festival pour aujourd’hui (réouverture pour le off 1 ou 2 heures plus tard), j’ai quand même pu passer faire un petit coucou à Simon sur le stand des Morning Players, qui  m’a expliqué rapidement le système du jeu HOPE (sous forme prototypale) auquel j’espérais pouvoir jouer et malheureusement ça n’a pas pu se faire pendant le week-end (table occupée quand je passais où alors tous les gens de Morning Players étaient déjà pris et en train d’expliquer des jeux).

Néanmoins ça m’a quand même fait bien plaisir de pouvoir discuter quelques minutes avec lui ^^


Dimanche 10 avril 2016 :

Nous sommes arrivés aux alentours de 10h sur le salon puisque nous avions rendez-vous à 10h30 (où 10h je sais plus) pour participer à l’Escape Room sur le thème de Room 25. En passant devant, nous nous sommes arrêtés pour faire quelques photos en compagnie du Giga Gigamon gonflable, qu’on aurait bien voulu ramener avec nous (surtout qu’il aurait fait très plaisir à notre neveu Jay, à qui on avait acheté le jeu La chasse aux Gigamon (excellent jeu sur le principe du memory d’ailleurs) pour Noël)

On serait bien repartis avec le géant de la chasse aux Gigamons ^^
On serait bien repartis avec le géant de la chasse aux Gigamons ^^

On était arrivé un peu en avance devant la Room 25 et on nous a dit que le premier groupe était à la bourre, on a donc refait un petit tour dans les allées en attendant, sans se lancer dans un jeu afin de ne pas être en retard.

On a donc complété un puzzle en bois où il fallait placer les différents pays de l’Afrique, histoire de tuer le temps avant d’y aller. Je n’ai pas de photo de l’Escape Room puisque celle faite après notre prestation n’a pas été publiée sur Facebook (il n’y en a eu aucune pour le moment).

Nous étions 4, mais nous avons été associés à un 5ème participant, appartenant à l’association Katounga (je l’ai vu sur une photo de leur FB), mais dont j’ignore le prénom ^^’ Nous avions 15 minutes pour parvenir à résoudre les différentes énigmes de la pièce, afin de parvenir à délivrer le président du monde, sans quoi nous serions tous annihilés.

Je suis au regret de vous annoncer que le président du monde est mort (je n’avais pas voté pour lui lol) puisque nous ne sommes pas parvenus à finir à temps. A notre décharge, lorsqu’on a aidé à remettre les énigmes de la pièce en ordre pour le groupe suivant, on s’est aperçu qu’il manquait un indice (peut être chipé par le groupe précédent), donc forcément pas facile de finir dans ses conditions lol.

Néanmoins c’était quand même très sympa à faire, même si on n’a pas été optimums (on était bien partis pourtant au début). Nous nous sommes donc baladés ensuite dans les allées et comme il n’y avait pas encore trop de monde, on a pu s’installer à la table où se trouvait le jeu suivant

TIME STORIES :
On était tous intrigué par cet « OLNI » qui dans l’idée mélange le jeu de rôle et le jeu de plateau, en nous plaçant dans la peau d’agents temporels, chargés d’enquêter pour tenter d’empêcher la formation de failles temporelles.

Ici était donc présenté le premier scénario, lequel s’intitule Asylum et nous envoie à Paris, en 1931,  dans la peau de patients de l’asile psychiatrique Beauregard. On va donc avoir à notre disposition un certain nombre d’unités temporelles, pour mener à bien nos différentes actions, explorer les lieux…etc.

En mode Time Stories
En mode Time Stories

Il faut donc énormément optimiser nos déplacements et autre, afin de ne pas être renvoyé dans notre époque de départ trop prématurément. Nous sommes donc libre d’aller explorer différents endroits d’un même lieu simultanément, mais seul ceux qui s’y trouvent pourront en parler (télépathiquement) aux autres, avec comme seule règle de ne pas lire complètement la carte qu’on vient de voir aux autres.

A nous donc d’être synthétiques et de relever toutes les choses qui semblent pertinentes. Au cours de l’aventure/enquête, on aura des défis à relever, des adversaires à combattre…etc. à coups de lancer de dés, exploitant les caractéristiques propres de nos personnages.

Le plateau pendant notre courte exploration de l'asile
Le plateau pendant notre courte exploration de l’asile

Pour en savoir plus sur le principe, n’hésitez pas à aller voir à la source, par là : http://www.spacecowboys.fr/time-stories ou à consulter les règles du jeu par ici : http://www.spacecowboys.fr/files/games/time-stories/rules/time_stories_rules_fr.pdf

Nous nous sommes donc lancés tous les 4 dans l’aventure et même si nous avons peu joué, on a tout de suite adhéré et adoré le concept. A tel point qu’on a préféré arrêter de jouer rapidement, afin de conserver intact le plaisir de la découverte lorsque l’on jouerait le scénario, car oui dans la foulée nous nous sommes pris une boîte du jeu (par couple pas une chacun).

Donc je serai amené à vous reparler plus en détail de ce jeu tôt ou tard, dès que j’aurai joué le scénario Asylum avec ma femme (les autres suivront tôt ou tard ^^).

Pour la suite, Kenny et Cédrine sont retournés à leur appart, si bien que ma femme et moi sommes restés seuls au festival. Nous nous sommes donc baladés dans les allées en quêtes de jeux à essayer et c’est là que je suis tombé par hasard sur Pascal !!!

C’était juste une coïncidence de fou, dans la mesure où il était venu pour la première fois aux Avenjoueurs la semaine précédente et que Valence n’est tout de même pas la porte à côté. On a donc discuté quelques minutes pendant qu’il jouait à Meeple War en surdimensionné avec son groupe de joueurs (je l’ai aperçu à plusieurs reprises pendant la journée, mais je ne voulais pas le déranger pendant qu’il jouait).

En tout cas ça faisait bien plaisir de le revoir et de discuter un peu avec lui. Puis nous avons recommencé à déambuler en compagnie de ma femme dans les locaux dédiés au festival. On s’est arrêté pour faire un autre puzzle en bois (l’Europe cette fois ci), on est passé voir le côté des jeux pour enfants, histoire de glaner des idées pour sa classe.

En passant devant le stand des Jeux Opla, j’ai proposé à ma femme de faire une petite partie du jeu Le Bois des Couadsous que Benoît m’avait fait découvrir à la séance précédente et que j’avais trouvé très sympa.

En avant les écureuils
En avant les écureuils

Je me suis fait défoncer assez rapidement puisqu’elle m’a battu par 6 noisettes à 2 -_-‘ A noter quand même qu’on a eu le nez fin puisque bien que face cachée, nous avons à chaque fois réussi à mettre la main sur des doubles noisettes. Pas cons les écureuils !!!

Les noisettes de la victoire
Les noisettes de la victoire
Celles de la loose -_-'
Celles de la loose -_-‘

En tout cas le stand des Jeux Opla était très joliment décoré et fort sympathique.

Les gros champox étaient trop cool ^^
Les gros champox étaient trop cool ^^

Comme on avait encore un peu de temps avant de retourner à l’appart de nos hôtes pour le repas de midi (poulet/frites et charlotte choco, miammy)  nous nous sommes mis en quête d’un petit jeu à faire.

Maître Renard :

Nous sommes partis à la découverte de l’as d’or pour enfants 2016 à savoir Maître Renard chez Superlude. Un petit jeu dans lequel on incarne des renards roublards, bien décidés à s’en mettre plein la panse.

On est rusés comme des renards
On est rusés comme des renards

Pour ça on retourne des cartes indiquant le butin qu’on va devoir tenter de récupérer pendant la manche en cours. Nous portons tous un masque de renard occultant notre vision et on place tous les éléments en bois symbolisant le butin (fromage, vache, mouton, cochon, poisson, serpent…etc.) dans le fond de la boîte.

On doit alors à l’aveuglette ramasser les 3 éléments demandés, on gagne ensuite des points, symbolisés par des œufs, en fonction des rapines réussies. Je crois que la partie se joue en 10 points (le premier à 10 gagne) mais comme nous étions un peu pressés par le temps, on l’a joué en seulement 5 points (ce qui a du nous prendre 3 ou 4 manches).

Le visage de la défaite ^^
Le visage de la défaite ^^

J’ai pris ma revanche du Bois des Couadsous puisque c’est moi qui ai été le plus habile chapardeur de butin et j’ai gagné 5 à 4 (ouais bon c’était serré, mais ça reste une victoire quand même ^^). En tout cas c’est un bon petit jeu fort sympathique et avec du matos d’excellente qualité (les masques sont super chouettes et couvrent bien, même si ma femme a dit avoir eu mal à la tête après l’avoir porté).

Celui de la victoire ^^
Celui de la victoire ^^

Je pense qu’il s’agit d’une valeur sûre auprès des enfants, un jeu qui devrait bien les divertir et leur donner envie d’y rejouer (surtout que je suis sûr qu’ils peuvent battre les plus grands). Après avoir volé tous ces butins à manger, nous sommes rentrés chez mon frangin pour déjeuner (en vrai cette fois-ci).

Potion Explosion :

Nous sommes revenus au festival aux alentours de 14-15h et dans un premier temps, seulement ma femme et moi. Nous nous sommes lancés dans une partie de Potion Explosion, j’avais quasiment fini de lire les règles, lorsqu’un des petits gens d’Asmodée est venu nous l’expliquer.

Nous avons été rejoints par une jeune demoiselle prénommée Ilhem et qui a joué la partie avec nous. Dans ce jeu on doit fabriquer des potions, en récoltant des ingrédients, symbolisés par des billes. Pour les ramasser, on prend une bille dans une des gouttières du distributeur à bille, si après l’avoir enlevée d’autres billes de même couleur s’entrechoquent, ça créé une explosion et on ramasse également ces billes là.

C'est parti pour les potions
C’est parti pour les potions

La partie s’achève une fois que tous les certificats ont été récoltés, on gagne ces derniers lorsqu’on réalise 5 potions de types différents ou 3 fois la même. Ils servent donc également de compteur pendant la partie puisqu’on voit à peu près le temps qu’il reste à jouer en fonction des certificats restants.

Les potions que nous réalisons peuvent être consommées, afin de déclencher divers effets bonus et se booster un peu lorsque le besoin s’en fait sentir. Le matos est vraiment super et je suis super fan de ce principe de distributeur de billes et d’ingrédients gagnés lorsqu’on fait comboter les couleurs de billes. Raison pour laquelle, je pense qu’il fera partie de la prochaine fournée d’achats pour l’association, puisqu’il marche plutôt bien à tout âge et permet de passer un moment ludique sympathique.

Les potions se fabriquent tranquillou
Les potions se fabriquent tranquillou

Au niveau de la partie, que j’ai subtilement raccourcie en enlevant en toute discrétion quelques certificats, puisque mon frangin venait de nous prévenir qu’ils étaient revenus sur le festival. C’ets moi qui ai gagné avec 49 points, mais mes challengeuses n’étaient pas loin puisque Coralie avait marqué 41 points et Ilhem a fini avec 36 points, donc 8 ou 13 points d’écart ce n’est pas énorme non plus ^^

Nous avons donc retrouvé Kenny et Cédrine et nous nous sommes promenés dans les allées pour voir à quoi nous allions jouer ensuite.

Meeple War :

Nous nous sommes donc installés à une version standard du jeu Meeple War (il était en mode surdimensionné juste à côté), on a commencé à lire les règles et à installer le jeu puis un des gens du stand Blue Cocker est venu pour nous expliquer comment fonctionnait le jeu.

Meeple war pendant la partie ça donne ça
Meeple war quand je me suis fait savater ça donne ça

Il s’agit d’un jeu d’affrontement dans lequel on contrôle des robots meeple et où l’on va développer notre petit fief, explorer le monde qui se trouve entre les joueurs et surtout se poutrer sans pitié. Les tuiles ayant divers bâtiments et effets, on peut partir sur des stratégies complètement différentes et c’était un peu ce qui s’était passé pendant la partie.

Néanmoins, mon frangin nous a rapidement laminé en chopant 7 points de victoire, suite à la destruction de mon village sans défense. Donc n’ayant qu’une partie à mon actif, je n’ai pas le recul nécessaire pour dire si le jeu est bon ou non, néanmoins j’ai l’impression qu’il vaut mieux y aller à fond dans l’offensif pour rouler sur ses adversaires.

Victoire du brother
Victoire du brother

Auquel cas, si c’est bel et bien vrai, c’est dommage d’avoir plusieurs axes de victoire possibles et qu’au final un seul soit vraiment payant. A voir donc en jouant d’autres parties, si mes craintes sont fondées ou non, mais même si le matos et le système de jeu sont très sympas, je trouverai ça bien dommage que le jeu consiste finalement simplement à toujours jouer la même stratégie de gros bourrin.

Keskifé ? :

Pour la suite, on cherchait à quoi jouer quand nous avons été alpagués à proximité du stand Blackrock Games par une famille de 3 qui avait envie de jouer à Keskifé ? un petit jeu d’ambiance rapide et fun, dans lequel on doit mimer ce qui est écrit sur la carte qu’on a reçue.

Sauf que parmi tous les joueurs, l’un d’entre eux a reçu une carte avec des instructions du genre : « t’es largué », « complètement largué »…etc. si bien que ce joueur ne sait pas ce qui doit être mimé. Il doit donc tenter d’imiter les autres joueurs sans se faire prendre. A la fin de la phase de mimes, tout le monde désigne celui ou celle qu’il pense qui était le/la largué€ de la manche.

Ceux qui ont deviné juste marquent 1 point et le feinteur marque les points de ceux qui se sont plantés en désignant quelqu’un d’autre. La partie dure 6 manches (je crois de mémoire) par contre, comme il faut être rapide, observateur et qu’il y avait des gens qu’on ne connaissait pas qui jouaient avec nous, je n’ai donc pas pris de photo de cette partie, ni eu les scores.

Tout ce que je sais, c’est que j’ai été le plus nul de la tablée, puisque bien que n’ayant jamais été le largué, je n’ai pas réussi à marquer un seul point, puisque j’ai toujours désigné quelqu’un qui n’était pas le largué ^^’

Il faut dire aussi que la configuration autour d’une table non ronde n’est peut être pas la plus optimum pour voir tout le monde à la fois (en plus j’étais au milieu), donc comme c’était souvent des gens hors de la périphérie de mon champ de vision, ils avaient tout le temps de piger ce que les autres mimaient avant que je les regarde.

C’était tout de même un jeu plutôt cool et bien amusant ^^

Captain Sonar :

Pour la suite on est resté dans les mêmes parages et on a enchaîné avec un Capitaine sonar à 4, même si on a bien senti que le gen qui nous l’a expliqué n’était pas forcément supra enchanté de devoir le faire (bon après l’explication était quand même très claire ^^).

C'est parti pour la bataille de sous-marins
C’est parti pour la bataille de sous-marins

Dans l’idée il s’agit d’une bataille navale améliorée et en équipes. Chaque joueur a donc un ou plusieurs rôles parmi les 4 disponibles au sein du sous-marin. L’idée étant bien évidemment de parvenir à repérer le sous-marin adverse et parvenir à le couler à l’aide de torpilles et de mines sous-marine.

Pour ça on entend les indications de déplacement prononcées par le capitaine adverse et on essaye d’en déduire leur position. La partie a été assez rapide, dans la mesure où mon frangin avait fait partir sa supposition de notre présence, à l’endroit exact d’où notre sous-marin était parti -_-‘

Les 4 postes du sous marin
Les 4 postes du sous marin

Dès qu’il nous a tiré une torpille dessus, on a pris les dégâts maximum et il savait donc qu’il avait bon depuis le début. Ils n’ont alors plus eu qu’à continuer à nous suivre et nous couler. Tandis que de notre côté, je n’avais pas la moindre idée de là où ils se trouvaient, on a donc été bien nuls (surtout moi ^^’) et on s’est pris une bonne branlée. C’était quand même plutôt sympa comme jeu.

Hop la bille :

Nous sommes ensuite allés sur le stand es jeux Opla où on a testé le jeu Hop la bille dans lequel on doit parvenir à reproduire les combinaisons de billes indiquées sur les 3 cartes qu’on reçoit en début de partie. Pour qu’elles soient validées, on doit avoir exactement les mêmes billes dans notre camp.

Retour en cour de récré avec Hop la bille ^^
Retour en cour de récré avec Hop la bille ^^

Il faut donc de temps en temps sacrifier une ou plusieurs de ses billes, afin de ne plus les avoir devant nous et également tenter de chiper les billes qui nous intéressent chez nos voisins en les dégommant.

J’ai trouvé ce jeu plutôt sympa, ça rappelle l’ambiance de la cour de recré quand on jouait aux billes (à la tiquette) et qu’on essayait de chopper les plus belles billes de nos camarades à travers toute la cour de l’école.

Pas si facile que ça de dégommer seulement les billes intéressantes
Pas si facile que ça de dégommer seulement les billes intéressantes

Par contre ce n’est pas toujours facile d’arriver à ne choper que celles qui nous intéressent car on a vite fait d’en dégommer quelques unes en plus qui se trouvaient à proximité, on a donc des billes en excédent dont il faut se débarrasser.

C’est Coralie qui a été la moins brillante à ce jeu, puisqu’elle n’a pas réussi à remplir une seule de ces combinaisons, Cédrine et moi sommes parvenus à en remplir deux (j’ai été le plus rapide à en avoir 2, mais la dernière s’est jamais bien goupillée -_-‘) et c’est donc mon frangin qui a une fois de plus raflé la victoire.

On a ensuite essayé d’aller jouer à Lanternes qui tentait bien ma femme, mais on s’est fait souffler la seule place libre par un groupe (alors qu’on était arrivé avant -_-‘) à qui l’animateur a donné la place, non sans avoir d’abord essayé de nous faire jouer à Captain Sonar avec ces gens-là (mais nous on y avait déjà joué et eux ça leur disait rien). On a donc poursuivi notre chemin et on est retourné chez Opla.

La glace et le ciel :

Cédrine est rentrée juste avant qu’on ne découvre ce jeu, en compagnie de Florent Toscano, son auteur/éditeur. Là encore j’ai complètement oublié de prendre des photos pendant que nous étions en train de jouer (notamment parce que l’auteur était avec nous et que j’ai pas osé donc ^^’).

Nous avons tous les 3 beaucoup aimé ce jeu coopératif où l’on tente pendant trois générations de ne pas trop polluer la planète en posant les cartes qu’on a en main, tout en remplissant notre objectif pour la génération que l’on ne voit pas (seuls nos partenaires voient notre objectif et vice versa).

On a d’ailleurs été plutôt performants au cours de la partie, puisque nous avons entamé la dernière génération sans avoir réduit notre multiplicateur et avec déjà 2 points (2 objectifs sur 3 réussis à chaque fois). Sauf qu’on a bien loosé lors de la dernière génération et qu’on s’est donc retrouvé avec un score de -1 (aucun objectif rempli) et un multiplicateur de 2, soit un score final de -2 sur un score maximum à 3 joueurs de 27 points (si je ne dis pas de bêtises).

Quoi qu’il en soit, on n’est pas reparti les mains vides du stand, puisqu’on a pris deux Bois de Couadsous (une boîte pour ma femme en classe et une autre pour moi) et un La Glace et le Ciel que Florent a gentiment accepté de nous dédicacer ^^ (merci beaucoup à lui !!).

Le festival allait bientôt fermer ses portes et nous nous sommes donc mis en quête d’un jeu à faire avant que ça ferme (il restait 3/4 d’heure en gros) et nous sommes retournés du côté du stand de Iello.

Happy Pigs :

Nous sommes donc revenus voir les deux petits gars qui tenaient le stand et comme la table d’Happy Pigs était libre on s’est installé pour y jouer à 3. On nous a vite rappelé les règles (qui sont très simples) et nous nous sommes donc lancés dans l’élevage de cochons.

En effet, le but du jeu est tout simplement de devenir l’éleveur de cochons le plus riche à la fin de la partie, laquelle se joue en 12 tours, chaque tour représentant un mois de l’année. On va donc pouvoir réaliser une action au cours du tour, en sachant qu’en fonction de la carte saison tirée pour le mois, on pourra effectuer plus ou moins de fois cette action.

Par exemple s’il y a 6 fois l’action nourriture sur la carte, ça veut dire que si un joueur est le seul à avoir choisi cette action pour ce tour, il pourra l’effectuer jusqu’à 6 fois. Par contre si plusieurs joueurs ont choisi cette action, ils vont se la partager donc par exemple si deux joueurs sont sur cette action de nourrir des cochons, ils ne pourront la réaliser que 3 fois au maximum pendant ce tour (6/2=3).

On va donc pouvoir en cours de partie agrandir notre porcherie afin de pouvoir accueillir plus de cochons, on va les faire grossir, se reproduire (pour qu’ils donnent naissance à des bébés cochons), les nourrir et également les vacciner pour éviter qu’ils meurent dans d’atroces souffrances porcines. On peut également les vendre pour se faire de la caillasse, ce qui est toujours préférable à les voir mourir à cause d’une maladie.

Comme on ne voulait pas trop retarder le rangement des gens du stand, on n’a joué qu’une demi partie (soit 6 tours sur 12) même si à la vitesse où on allait, on aurait pu la jouer en entière sans soucis. Le jeu est vraiment très sympa, je pense que c’est idéal pour découvrir les jeux de gestion ou pour jouer à un jeu de ce genre qui n’est pas trop long.

Kenny a proposé d’arrêter la partie, je pense qu’il savait que sinon j’allais lui mettre une dérouillé dans la seconde moitié de l’année et qu’il allait finir par perdre. Résultat des courses il a gagné avec 96 pièces d’or, je suis second avec 80 pièces (j’aime les comptes ronds lol) et Coralie termine troisième avec 77 pièces.

La table quand on a arrêté la partie
La table quand on a arrêté la partie

Pour ma part, j’ai vraiment bien aimé ce jeu et en tout cas c’était très cool de la part du petit gen du stand de m’avoir filé des plaquettes de goodies qu’il avait en rab ^^ (les tuiles cochonnes pour la reproduction dans Happy Pigs).

Ainsi s’achève le compte-rendu du festival du jeu de Valence, mais en sachant qu’ici, il ne s’agissait que de la partie émergée de l’iceberg, à savoir les jeux auxquels on a joué là-bas. Pour connaître l’intégralité de notre week-end ludique à Valence, il faut avoir lu celui consacré aux jeux faits chez eux 😉

Au total nous avons joué pendant le festival 11 parties dont 1 partie de Sea of Clouds à 4 joueurs, 1 Escape Room : Room 25 à 5 joueurs, 1 partie (2 lieux visités) de Time Stories : Asylum à 4 joueurs, 1 partie de Maître Renard à 2 joueurs, 1 partie de Potion Explosion à 3 joueurs, 1 partie de Meeple Wars à 4 joueurs, 1 partie de Sonar à 4 joueurs, 1 partie de Keskifé ? à 8 joueurs, 1 partie de Hop la bille à 4 joueurs, 1 partie de La Glace et le ciel à 3 joueurs et 1 partie (6 tours de jeu au lieu de 12) d‘Happy Pigs à 3 joueurs.

Un immense merci à Kenny et Cédrine de nous avoir accueillis pour ces quelques jours plein de ludisme et de bonnes choses à manger, que du bonheur quoi !! En plus c’était très cool de pouvoir découvrir le festival du jeu de Valence qui est vraiment très très sympa dans son genre et auquel je retournerai avec plaisir si l’occasion se présente de nouveau ^^

En tout cas bravo aux organisateurs pour cette manifestation ludique vraiment super sympa, j’ai apprécié qu’il y ait quasiment toujours des gens pour expliquer les règles du jeu, ce qui permettait de gagner du temps en n’ayant pas à devoir lire les règles avant de jouer (après ça se fait, mais c’est toujours agréable quand même quand on ne doit pas le faire). Donc chapeau bas !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *