Fertility (Leroy/Fleury)

Fertility (Leroy/Fleury)

Fertility est un jeu de pose de tuiles, de collecte et de gestion de ressources qui vous place à la tête d’une métropole de l’Egypte antique. Il vous faudra utiliser les ressources de la vallée du Nil pour construire des quartiers et approvisionner leurs boutiques, afin de gagner un maximum de Debens pour la gloire du pharaon.

C’est un jeu de Cyrille Leroy, illustré par Jérémie Fleury, il est édité par Catch Up Games et distribué par Blackrock Games en France. Fertility est disponible en boutiques spécialisées et VPC depuis septembre 2018 pour environ 36€.

Fertility se joue de 2 à 4 joueurs, à partir de 10 ans et les parties durent environ 45 minutes.

La boîte du jeu Fertility

Fertility est un jeu de pose de tuiles, de collecte et de gestion de ressources qui vous place à la tête d’une métropole de l’Egypte antique. Lors de son tour de jeu un joueur place un domino sur le plateau vallée.

En fonction du placement de ce dernier, le joueur va recevoir une ou plusieurs ressources qu’il va ensuite pouvoir utiliser pour bâtir de nouveaux quartiers et/ou approvisionner les boutiques qui s’y trouvent.

L’approvisionnement des boutiques, la construction de monuments, la quantité de blé stockée et vos offrandes aux Dieux vont vous permettre de gagner des Debens. Le but étant d’avoir le plus de Debens en fin de partie, afin de prouver votre valeur au Pharaon.

Contenu de la boîte :

-1 livret de règles (français/anglais)
-4 plateaux Vallée
-6 raccords pour assembler le plateau central
-1 tuile de départ
-50 tuiles Vallée
-4 plateaux Métropole
-4 marqueurs Blé
-40 tuiles Quartier
-80 ressources réparties ainsi :
20 Albâtre
20 Bovin
20 Fleur de papyrus
20 Raisin
-16 pions Monument répartis ainsi
4 Obélisque
4 Temple

L’ensemble du matériel contenu dans la boîte

Mise en place du jeu :

Prenez 3 plateaux Vallée si vous jouez à 2 ou 3 joueurs et 4 plateaux à 4 joueurs, placez les côté à côte verticalement, dans le sens de votre choix afin de composer le plateau central.

Placez la tuile de départ sur le symbole départ le plus proche du centre du plateau. Si deux symboles de départ sont à égale distance, choisissez celui que vous voulez. Les autres symboles départ n’ont aucun effet en cours de partie.

Un exemple de plateau de jeu une fois les maps assemblées

Prenez des tuiles Vallée au hasard en fonction du nombre de joueurs : 46 tuiles à 4 joueurs, 35 à 3 joueurs et 24 à 2 joueurs. Formez une pile face cachée et remettez les autres tuiles dans la boîte.

Chaque joueur prend 3 tuiles et les place face visible devant lui, formant ainsi sa réserve personnelle. Révélez ensuite 3 tuiles de la pioche et placez-le à côté afin de former la réserve commune.

Chaque joueur prend un plateau métropole, le place devant lui et pose un marqueur blé sur la case 0 de son grenier à blé. Chaque joueur choisit également un type de monument et prend les 4 pions correspondants.

Le positionnement de la tuile de départ

Les tuiles Quartier sont mélangées et forment une pioche face cachée, près du plateau central. Révélez les 4 premiers Quartier en une ligne.

Placez les ressources à proximité du plateau à portée de tous : c’est le stock.

Variante deux joueurs : une fois que vous maîtrisez le jeu, vous pouvez utiliser cette variante pour vos parties à 2 joueurs. Lors de la mise en place, prenez 39 tuiles Vallée (au lieu des 24 habituelles). Durant la partie, à chaque tour, après avoir complété sa réserve personnelle, le joueur retire une tuile de la réserve commune avant de la compléter à 3 tuiles.

Déroulement de la partie :

C’est le plus jeune joueur qui débute la partie. Les joueurs effectuent leur tour les uns après les autres dans le sens horaire.

Les 4 plateaux Métrople

Tour d’un joueur :

Lors de son tour de jeu, le joueur actif effectue dans l’ordre les étapes suivantes : poser une tuile vallée et récolter des ressources, construire une tuile quartier et enfin approvisionner les boutiques de sa métropole.

Poser une tuile vallée et récolter des ressources (obligatoire) :
  Le joueur prend l’une des 3 tuiles vallée de sa réserve personnelle et la pose sur le plateau central dans le sens de son choix.

Sa tuile doit être connectée à au moins une autre tuile déjà posée (y compris celle de départ) en faisant correspondre au moins une des deux scènes de sa tuile avec celle déjà posée.

Les tuiles doivent toujours être posées sur une tuile désert, il est interdit de la poser sur une tuile eau ou blé.

Si jamais un joueur ne peut pas poser de tuiles, il doit alors en défausser une de sa réserve et poursuit ensuite son tour normalement.

La pose d’une tuile peut entraîner 4 cas de figure différents, lesquels sont tous cumulables entre eux :

Les différentes tuiles Vallée

Connexion à une autre tuile : chaque scène de la tuile qui vient d’être posée, rapporte une ressource pour chaque scène identique à laquelle elle est connectée. Les ressources correspondantes sont prises dans le stock et placées à côte du plateau métropole du joueur.

Connexion à un champ de blé : la tuile qui vient d’être posée rapporte un blé pour chaque case blé du plateau central à laquelle elle est connectée. Le joueur avance alors son marqueur blé d’une case par blé remporté.

Recouvrir une ressource du plateau : si un joueur place une tuile sur une icône ressource, il la remporte. La ressource recouverte peut l’être par n’importe quelle scène.

Création d’une carrière : si en posant une tuile, le joueur forme un espace entièrement clos d’une seule case vide, il crée alors une carrière. Il a alors deux possibilités : soit il peut prendre la ressource de son choix (albâtre, bovin, fleur de papyrus ou raisin) ou alors il place l’un de ses monuments sur la case.

A la fin de la partie, les monuments placés permettent éventuellement de gagner des Debens supplémentaires.

Les 4 types de Monument (versions montées et version démontée à droite)

Construire une tuile quartier (optionnel) : Une fois qu’il a récolté ses ressources, le joueur peut construire l’une des tuiles quartier qui sont visibles près du plateau.

Il s’acquitte de son coût en défaussant n’importe quelle combinaison de ressources (blé, raisin, albâtre, bovin et/ou fleur de papyrus) et la place sur l’un des emplacements libres de son plateau métropole.

Il n’est pas possible d’utiliser les ressources déjà présentes dans des boutiques de son plateau métropole pour s’acquitter du coût du quartier.

Le joueur ne peut construire qu’un seul quartier par tour, mais ce n’est pas obligatoire. S’il ne possède plus d’emplacement libre dans sa métropole, il ne peut plus construire de nouveau quartier.

Approvisionner les boutiques de sa métropole (optionnel) : Qu’il ait ou non construit un quartier lors de son tour, le joueur peut placer ses ressources disponibles sur les boutiques de sa métropole.

Chaque tuile quartier peut contenir de 1 à 3 boutiques à approvisionner. Une boutique peut accueillir autant d’exemplaires de la ressource qu’elle contient d’icônes.

Les différentes tuiles Quartier

Il est possible d’approvisionner plusieurs boutiques lors d’un même tour. Si une boutique nécessite plusieurs ressources pour être approvisionnée, il n’est pas nécessaire de toutes les placer simultanément.

Attention : les ressources placées sur une boutique ne peuvent plus être déplacées par la suite, elles y demeurent jusquà la fin de la partie.

Fin du tour d’un joueur :

S’il reste des ressources à un joueur parce qu’il ne les a pas utilisées pour bâtir un quartier et/ou approvisionner des boutiques, elles sont remises dans le stock.

Les différentes ressources : albâtre, bovins, fleurs de papyrus et raisins

Le joueur complète sa réserve en prenant une tuile vallée parmi les 3 qui sont visibles et en rajoute une de la pioche ensuite.

Si le joueur a construit une tuile quartier lors de son tour, il en rajoute une de la pioche, de façon à ce qu’il y en ait de nouveau 4 disponibles.

On passe alors au joueur suivant dans le sens des aiguilles d’une montre et ce jusqu’à la fin de la partie.

Fin de la partie :

La fin du jeu se déclenche dès qu’il n’est plus possible de remplir la réserve commune avec 3 tuiles vallée visibles. Chaque joueur joue alors un dernier tour avant que l’on procède au décompte final. Tous les joueurs auront ainsi joué 9 tours.

Les marqueurs de blé sur le grenier à blé d’un plateau métropole

Le joueur avec le plus de points remporte la partie, en cas d’égalité, c’est celui qui a le moins de ressources sur son plateau métropole qui l’emporte. Si jamais l’égalité persiste, alors les joueurs se partagent la victoire.

Décompte final :
Utiliser le carnet de score pour noter celui de chaque joueur en procédant dans l’ordre suivant :

-Boutiques généralistes : chaque boutique généraliste complètement approvisionnée rapporte la valeur indiquée en Debens. S’il fallait plusieurs ressources pour l’approvisionner et qu’elles n’y sont pas toutes, la boutique ne rapporte rien.

-Boutiques spécialisées : une boutique spécialisée rapporte 1 ou 3 Debens pour chaque ressource du même type présente dans votre métropole.

Le carnet de score

-Statues des dieux : chaque joueur gagne des Debens grâce à la plus grande collection de statues différentes qu’il possède dans ses boutiques approvisionnées. Le barème est indiqué sur chaque plateau métropole. (de 0 deben pour 0 ou 1 statue à 40 debens pour les 6 différentes)

Monuments : le joueur ayant construit le plus de monuments à sa couleur gagne 15 Debens et le deuxième en gagne 7. En cas d’égalité pour la première et/ou la deuxième place, les ex-aequo remportent tous la valeur correspondante. Un joueur ne peut pas gagner de Debens s’il n’a pas construit au moins un monument.


L’avis de Mister Zombi sur Fertility :

Je ne vais pas y aller par 4 chemins, Fertility est clairement mon méga gros coup de cœur ludique du moment. J’avoue que si je me suis penché dessus à la base, c’est simplement parce que le jeu est illustré par Jérémie Fleury et que c’est un artiste que j’adore.

Il est possible que si ça n’avait pas été le cas, je serai peut être passé à côté de ce jeu et ça aurait été une belle erreur car il est vraiment génialissime. C’est tout à fait le genre de jeu que j’affectionne parce que dans Fertility il y a moult moyens de scorer des points pour la fin de partie et qu’aucun n’est plus rentable ou plus sûr qu’un autre.

Il faut dire qu’il va aussi falloir adapter sa stratégie tout au long du jeu, puisque ce que l’on va pouvoir faire va dépendre des tuiles que l’on possède, de celles qui sont disponibles et de la configuration du plateau central. Il faut donc être réactif et prêt à changer ses plans en cours de route, puisque tout le monde place ses tuiles vallée sur le même plateau. Il n’est donc pas rare (et c’est d’autant plus vrai qu’on est nombreux autour de la table) qu’on se fasse souffler les ressources qu’on voulait par un autre joueur.

Cela peut d’ailleurs être fait exprès ou non, selon les boutiques de chaque joueur et les tuiles qu’il possède, ça peut arriver qu’on convoite les mêmes ressources. Mais comme on voit tout ce que nos adversaires possèdent, on peut également jouer de façon à les bloquer et/ou les embêter.

Néanmoins, même si l’on doit revoir nos plans, ce qui est chouettax c’est qu’on aura toujours quelque chose à faire et un moyen de s’en sortir. C’est d’ailleurs là que le jeu est « frustrant » mais dans le bon sens, dans la mesure où on va devoir faire des choix et essayer de deviner lesquels seront les plus rentables à long terme.

Comme les ressources qu’on collecte (grosso merlot de 1 à 4 ou 5 par tour) doivent être dépensées dans le tour, on va devoir choisir judicieusement entre approvisionner les boutiques de notre métropole et/ou construire un quartier. Sauf que si le quartier demande des ressources pour être bâti (ce qui signifie qu’il rapporte potentiellement plus), ben ce sont des ressources qu’on ne peut pas mettre dans une de nos boutiques.

Idem si on paye le quartier avec du blé, le blé rapportant des Debens en fin de partie, selon la quantité qu’on en aura, ben ce sont des points potentiellement perdus. Si bien que chaque décision doit être mûrement réfléchie. Il ne sert à rien par exemple de multiplier les quartiers si au final on ne peut pas en approvisionner les boutiques, mais on ne peut pas faire l’impasse dessus non plus, sous peine de se priver de juteuses opportunités de gagner des Debens.

Même la construction de carrières offre un dilemme entre le fait de prendre une ressource dont on a besoin ou alors de placer un de nos monuments, ces derniers nous octroyant un bonus de Debens en fin de partie si l’on est majoritaire.

Il y a donc de quoi cogiter au cours de la partie, mais le jeu demeure néanmoins très fluide puisque les différentes étapes du tour d’un joueur sont rapidement exécutées et que la fin de partie arrive très vite. Généralement les joueurs autour de la table sont en mode « ah ben non pas maintenant, je n’ai pas pu faire tout ce que je voulais » ou « Hein quoi déjà ?! » mais c’est cool car ça permet de facilement refaire une partie derrière.

Autre point très positif, le fait qu’on assemble le plateau central à sa guise, si bien que chaque partie est complètement différente, sans compter qu’on utilise jamais l’intégralité des tuiles vallée, même à 4 joueurs. Donc autant dire que niveau rejouabilité, il y a de quoi faire et que le plaisir de jeu sera toujours au rendez-vous. La pose des tuiles qui reprend le principe des dominos est très bien utilisée et on aura à cœur d’essayer de faire matcher un maximum de scènes ensemble lorsque l’on pose nos tuiles.

Le positionnement est d’ailleurs toujours très important puisqu’il faut faire attention aux opportunités qu’on offre à nos adversaires, comme par exemple celles de réaliser une carrière et/ou de choper du blé car on se rapproche d’un champ…etc.

Les règles sont super simples, mais elles offrent une belle richesse de jeu, tout roule aux petits oignons et c’est une mécanique parfaitement huilée qui régit ce Fertility. En plus le jeu est superbe puisqu’une fois encore Jérémie Fleury a fait un boulot d’illustration de fou !!!

Bien que vues du dessus, les scènes des différentes tuiles fourmillent de détails, tout comme tous les autres éléments graphiques. Tout est beau et coloré, ça donne envie de jouer avec le matériel et ça flatte l’œil (les miens en tout cas).

Il y a également beaucoup de matos dans la boîte pour un jeu dans cette tranche de prix, donc on a un rapport qualité/prix plutôt très satisfaisant. Ce qui est bien également c’est que grâce à ses règles plutôt simples et notamment le côté « dominos » des tuiles, fait que le jeu est accessible même pour les néophytes et les plus jeunes.

Je n’ai pas beaucoup joué à Sapiens le jeu précédent de Cyrille Leroy, néanmoins des quelques parties que j’ai jouées, je me souviens qu’on retrouvait le côté pose de tuiles façon dominos, mais je préfère de loin Fertility pour ma part. Quoi qu’il en soit, les parties ici sont relativement courtes, donc il est facile de les enchaîner et généralement les scores dans Fertility sont très serrés et ce même si les gens partent sur des stratégies différentes, tout est vraiment bien équilibré.

A l’heure actuelle, le seul point « négatif » que je trouve au jeu, c’est le fait que ma boîte n’est pas dédicacée par Jérémie Fleury, et ça c’est triste car je sais à quel point ses dédicaces sont magnifiques, vu que j’ai la chance et le bonheur d’en posséder déjà plusieurs. Je croise les doigts pour qu’un joueur ça soit également le cas pour Fertility.

En bref, vous l’aurez compris Fertility est un maxi coup de coeur pour moi, il est visuellement magnifique et du côté des mécaniques et du plaisir de jeu c’est tout aussi topissime. Plein de façons différentes de scorer, des parties serrées qui sont relativement courtes et qui s’enchaînent bien. Des règles simples mais une belle profondeur de jeu avec plein de choix à faire et un thème bien exploité.  Que du bon quoi, mon jeu du moment et pour un long moment, je vous le recommande plus que chaudement !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.