Cubirds (Alexander/Der Nederlanden)

Cubirds (Alexander/Der Nederlanden)

Cubirds est un jeu de collecte et de pose d’oiseaux, dans lequel il faudra parvenir à rassembler des oiseaux d’une même espèce, afin qu’ils s’envolent ensemble pour rentrer chez eux. La partie prend fin dès lors qu’un joueur a réussi à obtenir un spécimen de 7 espèces différentes (sur 8 au total) ou d’avoir réunis 3 oiseaux (ou plus) dans 2 espèces différentes (avoir 3 chouettes et 3 pies par exemple).

C’est un jeu de Stefan Alexander, illustré par Kristiaan Der Nederlanden, il est édité par Catch Up Games et distribué par Blackrock Games en France. Cubirds est disponible en boutiques spécialisées et VPC depuis mai 2018 pour environ 15€.

Cubirds se joue de 2 à 5 joueurs, à partir de 10 ans et les parties durent environ 20 minutes.

La boîte du jeu Cubirds

Cubirds est un jeu de collecte de pose de cartes oiseaux pour 2 à 5 joueurs, dans lequel on tente de récupérer un spécimen de 7 espèces d’oiseaux différentes ou d’obtenir au moins 3 spécimen de 2 espèces différentes (3 perroquets et 3 flamants roses par exemple).

Pour y parvenir, on place tous les oiseaux d’une même espèce que l’on possède, à droite ou à gauche de l’une des 4 clôtures (rangées de cartes) placées au centre de la table et on récupère d’autres cartes oiseaux à la place.

Dès qu’un joueur ou une joueuse a réussi à remplir l’une des deux conditions de victoire, la partie s’achève aussitôt et il ou elle est déclaré(e) vainqueur(e).

Contenu de la boîte :

-2 livrets de règles (un en anglais et l’autre en français))
-110 cartes oiseau réparties en 8 espèces :
7 flamants rose
10 toucan
10 chouette
13 canard
13 perroquet
17 pie
20 napolitain (aucune idée de l’espèce d’oiseau ^^’)
20 rouge-gorge

L’ensemble du matériel contenu dans la boîte

Mise en place du jeu :

Un donneur est désigné au hasard parmi les joueurs, il constitue 4 rangées de 3 cartes face visible au centre de la table. Ces rangées représentent les clôtures sur lesquelles les oiseaux se posent. Chaque rangée doit être composée de 3 espèces d’oiseaux différents.

Les 8 différentes espèces d’oiseaux

Le donneur distribue ensuite 8 cartes à chaque joueur qui forment leur main. Puis chaque joueur reçoit face visible une carte, il s’agit du premier oiseau de leur collection.

Les cartes restantes sont placées face cachée et forment la pioche, laissez un espace à côté de la pioche pour pouvoir constituer la défausse.

Les 7 flamants roses

Déroulement de la partie :

Une partie est composée d’une ou plusieurs manche(s) successive(s). Au début de chaque manche, chaque joueur possède 8 cartes en main et la manche se poursuit jusqu’à ce qu’un des joueurs n’ait plus de cartes en main.

Les 10 toucans

En commençant par le donneur puis dans le sens des aiguilles d’une montre, les joueurs effectuent complètement leur tour avant de passer au joueur suivant. Lors de son tour un joueur va poser une ou plusieurs cartes au centre de la table, lui permettant éventuellement d’en récupérer. Une fois les cartes posées, il pourra réaliser une envolée d’oiseaux afin d’ajouter des spécimens à sa collection.

Les tours se succèdent ainsi jusqu’à ce que l’un des joueurs remporte la partie.

Les 10 chouettes

Tour d’un joueur :

Poser des oiseaux (obligatoire) :
 Le joueur choisit une espèce d’oiseau présente dans sa main et doit jouer tous les oiseaux de cette espèce. Il pose les oiseaux côté à côte à gauche ou à droite d’une des rangées du centre de la table.

Si un ou plusieurs oiseaux de la même espèce que ceux que le joueur vient de poser sont déjà présents dans la rangée, le joueur doit alors prendre en main toutes les cartes situées entre ces oiseaux et ceux qu’il vient de jouer.

L’exemple de pose de cartes présent dans la règle du jeu

Ensuite le joueur rapproche les oiseaux restants afin qu’ils forment une rangée continue. Si et seulement si, après qu’un joueur a récupéré des cartes, il ne reste plus qu’une seule espèce d’oiseau dans la rangée, le donneur doit ajouter des cartes de la pioche dans cette rangée, jusqu’à ce qu’il y ait 2 espèces différentes. Les oiseaux pris dans la pioche peuvent être placés indifféremment à droite ou à gauche de la rangée en question.

L’exemple de la règle de nouveau

Il est possible qu’en posant un ou plusieurs oiseaux, un joueur n’entoure aucune autre carte avec un oiseau de la même espèce. Dans ce cas, le joueur ne récupère aucune carte de la rangée. Il peut alors s’il le souhaite (ce n’est pas obligatoire) prendre les deux premières cartes de la pioche et les ajouter à sa main.

Faire une envolée (optionnel) : Une envolée correspond à une série d’oiseaux de la même espèce. Afin de réaliser une envolée, un joueur doit révéler l’ensemble des spécimens d’oiseaux d’une même espèce qu’il possède.

Les 13 canards

Si le nombre de cartes révélé est supérieur ou égal au chiffre de la petite envolée (le chiffre de gauche qui se trouve en haut à droite de la carte) le joueur ajoute une des cartes dans sa collection et place les autres cartes qu’il a révélées dans la défausse.

Si le nombre de cartes dévoilé est supérieur ou égal au chiffre de la grande envolée (le chiffre de droite qui se trouve en haut à droite de la carte) le joueur ajoute deux des cartes dans sa collection et place les autres cartes qu’il a révélées dans la défausse.

Les 13 perroquets

Il est interdit de révéler ses cartes si on n’a pas de quoi faire une petite ou grande envolée.

Lors de son tour, un joueur ne peut réaliser qu’une seule envolée, mais ce n’est pas obligatoire d’en faire une. Par contre dès qu’un oiseau a été ajouté à la collection d’un joueur, il ne pourra plus être repris en main ou remis dans la pioche.

Les 17 pies

Fin de manche :

Si un joueur n’a plus de cartes en main à la fin de son tour, il met fin à la manche en cours. Les autres joueurs doivent alors défausser toutes les cartes qu’ils avaient en main. Les cartes placées au centre de la table restent en place.

Le joueur qui a mis fin à la manche distribue alors 8 nouvelle cartes à tous les joueurs, si la pioche est épuisée, mélangez la défausse afin de former une nouvelle pioche. Le donneur devient le premier joueur de cette nouvelle manche (il joue donc deux fois de suite).

Les 20 napolitains (je ne connais pas l’oiseau représenté et ça me fait penser à un napolitain)

Fin de la partie :

La partie peut prendre fin de 3 façons différentes, dans tous les cas elle s’arrête immédiatement sans finir la manche en cours :
-Si un joueur parvient à avoir 7 espèces d’oiseaux différentes sur les 8 que contient la boîte, il remporte immédiatement la partie.
-Si un joueur possède au moins 3 spécimens d’oiseaux pour 2 espèces différentes il remporte immédiatement la partie.
-Si le donneur ne peut pas distribuer 8 cartes à chaque joueur même en ayant formé une nouvelle pioche avec la défausse, la partie s’arrête immédiatement et le joueur qui a le plus de cartes oiseau dans sa collection l’emporte. En cas d’égalité, les joueurs se partagent la victoire.

Les 20 rouge-gorge

L’avis de Mister Zombi sur Cubirds :

Cubirds est un jeu de collection de cartes dans lequel on va essayer de récupérer 7 espèces d’ oiseaux différents ou d’avoir 3 oiseaux au sein de 2 espèces, afin de remporter la partie. Il va donc falloir soit se diversifier un maximum si l’on vise les 7 espèces ou alors au contraire se concentrer sur seulement deux ou trois types d’oiseaux et en obtenir 3 spécimens.

Le système de récupération des cartes est assez sympathique puisqu’il va falloir encercler les cartes que l’on veut acquérir, ce qui va nous forcer à devoir poser toutes nos cartes d’une autre espèce d’oiseau. On doit donc toujours faire des choix et éventuellement repenser notre stratégie en cours de partie. Il n’est en effet pas rare qu’un adversaire nous chipe (à dessein ou non d’ailleurs) les oiseaux que l’on convoitait et il faut donc parvenir à rebondir derrière.

De ce point de vue là, c’est plutôt cool qu’on ait quand même toujours la possibilité de récupérer des cartes, puisqu’on peut en prendre 2 de la pioche, si notre pose de cartes ne nous en faisait pas gagner. Cela peut d’ailleurs parfois s’avérer payant dans la mesure où l’on peut piocher l’oiseau dont on avait besoin (Yu-Gi-Oh Style, toi même tu sais !!) pour faire une envolée dans la foulée. En tout cas le placement des cartes lors de notre tour est toujours stratégique, justement parce qu’il peut nous permettre de récupérer des cartes de la rangée ou non.

Et dans le second cas, si on pose nos cartes de façon a ne pas en récupérer dans la rangée, on peut mettre fin à la manche si on n’en a plus en main, puisqu’on n’est pas obligé de récupérer 2 cartes de la pioche. C’est un point très important car dans ce cas de figure là, tous vos adversaires vont devoir jeter les cartes qu’ils ont en main, donc bye bye les envolées potentielles qu’ils tentaient de réunir depuis plusieurs tours !!

Cerise sur le gâteau, cette manoeuvre vous fait jouer un nouveau tour dans la foulée, mais avec 8 nouvelles cartes en main et donc de nouvelles options de jeu à votre disposition, ce qui peut faire la différence. Néanmoins comme il s’agit d’un jeu de cartes il y a forcément du hasard et si ça se goupille mal, ben c’est pas de bol, mais on ne le ressent quand même pas trop (à moins d’avoir une poisse complète) puisqu’il y a 4 rangées ou récupérer des cartes, ainsi que la pioche, si bien qu’il n’y aura jamais un tour où l’on ne peut rien faire du tout.

En cours de partie, il va être très important de regarder ce que font vos adversaires, les oiseaux qu’ils récupèrent et les envolées qu’ils effectuent. Plusieurs raison à cela, tout d’abord le fait que certaines espèces d’oiseaux sont très peu représentées (oui c’est de vous qu’on parle les 7 flamants roses), donc s’il y en a déjà 2 ou 3 qui sont posés autour de la table, ça vaut plus trop le coup d’attendre d’en récupérer et il vaut donc mieux se rabattre sur une autre espèce à la place.

C’est également important  de regarder ce qui se passe chez les autres, car vous allez pouvoir tenter de les empêcher de continuer à récolter des oiseaux de l’espèce qu’ils convoitent, en les leur soufflant sous le nez. Même si l’espèce ne vous intéresse pas au niveau de la collection, ça n’est pas perdu pour autant car vous pourrez les poser par la suite, afin de récupérer des oiseaux qui vous intéressent à la place.

Le placement des cartes lorsqu’on les pose est également très important puisqu’il va éventuellement avantager les joueurs suivants ou pas, mais qu’il peut aussi nous permettre de piocher plutôt que de récolter des cartes de la table ou encore mettre fin à la manche. Donc il faut également bien penser à la rangée dans laquelle on va placer nos cartes car le résultat peut être bien différent de l’une à l’autre.

Pas mal de choix à faire donc au cours de la partie, notamment au niveau des espèces d’oiseaux que l’on va garder ou pas, est-ce qu’on attend d’avoir la grande envolée où on se chope un oiseau avec la petite envolée à la place ? Cela n’a l’air de rien, comme ça, mais ça peut changer l’issue de la partie, puisque si l’on attend trop on court le risque de ne jamais parvenir à faire l’envolée, notamment si quelqu’un met fin à la manche avant ou que l’oiseau rare ne vient jamais…

Je trouve donc le principe du jeu très sympa, car la façon de récupérer les cartes change de ce que l’on a l’habitude de voir et que sous ses airs de petit jeu simple, il faut quand même cogiter un brin pendant les parties. Les parties étant plutôt rapides (même si ça va dépendre du nombre de joueurs et de leur degré de réflexion) on pourra facilement se faire une petite revanche dans la foulée.

J’aime également beaucoup le design des oiseaux cubiques, ils sont jolis comme tout ces cubirds, à tel point que j’ai envie de les renommer les cute birds. Attention toutefois, car ils ne sont pas tous dans la même position au sein d’une même espèce, mais ils vont ensemble quand même. La première fois qu’on y avait joué on avait eu des doutes des fois avec les napolitains et les rouge-gorge à cause de ça (bon il était 2-3h du mat, ça a dû jouer aussi sur notre confusion je pense, et j’avais fait quelques boulettes de règles ^^’).

En tout cas pour ma part, bien que je ne m’y connaisse pas vraiment en oiseaux et que ça ne soit pas des animaux qui me bottent plus que ça, je dois bien avouer que l’univers du jeu me détend et m’apaise. Je trouve que c’est un jeu tranquille et ça ne me pose aucun souci de perdre et ce même si j’ai la maxi poisse au cours de la partie. Bon après ça m’empêchera pas de râler pour la forme car on n’arrête pas de me chiper les oiseaux que je voulais, mais rien de bien dramatique car le jeu est relaxant.

il n’y a aucun ajustement de règles en fonction du nombre de joueurs et ça tourne très bien dans toutes les configurations. Bien évidemment, plus on est nombreux et plus  ça va durer, mais le nombre de joueurs va surtout influer sur nos choix. Forcément quand 4 autres joueurs jouent avant que ça soit de nouveau à nous, on se doute bien que les rangées vont changer un max, donc ça ne sert à rien de méga planifier à l’avance (à part si on veut être deg de voir nos beaux plans tomber à l’eau).

Si bien que j’ai lu des avis de joueurs qui trouvent qu’on se content juste d’attendre son tour en cours de partie et que le jeu n’a pas beaucoup d’intérêt puisque c’est juste basé sur la chance, donc à vous de voir si vous pensez partager cet avis ou non, auquel cas il vaut mieux que vous fassiez l’impasse sur Cubirds.

En bref, j’ai été vraiment très agréablement surpris par Cubirds, car c’est un petit jeu de cartes et de collection avec une mécanique de récupération de cartes qui change de d’habitude. Il est plus stratégique qu’il n’y paraît aux premiers abords et il faudra donc choisir judicieusement en cours de partie. Ces dernières sont plutôt courtes et peuvent donc s’enchaîner facilement, en plus son univers coloré et épuré m’apaise. A mes yeux que du bon en somme et je le ressors avec grand plaisir à chaque fois (même quand je perds 😉 ) et ce quel que soit le nombre de joueurs autour de la table.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.