Compte-rendu de la séance n°11 du 06 février 2019 : Meeple Who

Compte-rendu de la séance n°11 du 06 février 2019 : Meeple Who

Mercredi soir 06 février dès 19h00 a eu lieu la onzième séance de la saison 5 des Avenjoueurs dans la salle des Frémis Roussottes, au premier étage de l’Espace Culturel Paul Orssaud, situé au 3 rue Jean Jaurès à Genlis.

Au total nous avons été 22 joueurs présents puisque Charles, Jérôme, Christelle, Valérie, Benoit, Céline, Marine, Damien, Bastien, Apolline, Jérémie L., Rémy, Fanny, Laurent, Fabien, Emilie, Fanny M., Nicolas, Pierre, Marie et Lucas étaient de retour.

Comme toujours, le compte-rendu sera plein d’approximations et autres joyeusetés du genre, puisque je n’ai pas suivi toutes les parties et qu’il manque des photos de certaines d’entre elles ^^’

Certains jeux que possède l’association étaient bien sûr présents ce soir là, assortis de jeux variés provenant de nos ludothèques persos. Vous pouvez d’ailleurs consulter la liste des jeux que je peux mettre à disposition par ici.

Cette fois-ci je n’avais installé aucun jeu à l’avance afin de laisser les joueurs libres de choisir à quoi ils allaient jouer.

Comme jouer des heures, ça donne faim et soif, j’avais à nouveau prévu quelques rafraîchissements et de quoi grignoter entre deux parties, merci également à toutes celles et tous ceux qui ont apporté plein de bonnes victuailles et commandé des pizzas, c’était super top une fois de plus !!


Très futé ! :

Ce sont Charles et Jérôme qui sont arrivés les premiers, comme ce dernier n’avait pas vu ma publication du matin sur Facebook (comme quoi j’avais mal au dos et qu’en conséquence je n’aurai rien installé dans la salle pour pas faire empirer tout ça) il a été étonné/choqué/scandalisé/outré de voir que rien n’était prêt. Néanmoins j’avoue que j’y ai pris goût et qu’à l’avenir il en sera de même. Les premiers arrivés dans la salle m’aideront à mettre en place (ça va 10 fois plus vite que quand je me bourre tout tout seul) les tables et les chaises, je remercie d’ailleurs Charles et Jérôme qui ont été super efficaces.

L’autre avantage de ce système c’est que ça évite de sortir 3 fois plus de tables qu’il n’y a de joueurs et donc on gagne également du temps en fin de soirée quand il faut plier les gaules. Christelle, telle la cavalerie, est arrivée juste après 😉 et nous avons donc décidé de jouer à Très futé, que les 2 C (Charles et Christelle) ne connaissaient pas. Je leur ai donc expliqué les règles pendant que Jérôme allait chercher sa pizza, Benoit est arrivé dans l’intervalle et voyant un spot libre il a voulu rejoindre la partie.

Comme je savais qu’avec les nouveaux jeux j’allais expliquer pas mal de règles, je lui ai donc laissé de bon cœur ma place à la table (il connaissait déjà le jeu y ayant déjà joué il y a quelques temps de cela). Une fois Jérôme de retour, ils ont donc lancé des dés, afin de cocher et remplir des cases sur leurs plateaux individuels, afin de réaliser des combos dévastateurs et ainsi marquer un maximum de points. Le but étant bien évidemment d’être le joueur qui en a le plus à la fin de la partie, laquelle se déclenche à l’issue de la 4ème manche à 4 joueurs.

Réflexion dès la première partie de la soirée

Il y a 5 couleurs de dés et chacune score de façon différente, pour les jaunes on gagne des points en fonction des colonnes qu’on a réalisées. En bleu et en vert ça dépend du nombre de cases qu’on aura cochées à la fin de la partie, on ajoute toutes les valeurs orange que l’on a obtenues pendant la partie, idem pour le violet et le blanc sert de joker et peut remplacer n’importe quelle autre couleur (je simplifie le truc au maximum). On peut également récupérer des têtes de renard, dont le nombre sera multiplié par notre plus petit score au niveau des couleurs.

C’est-à-dire que si j’ai 3 têtes de renard et que ma plus petite valeur est de 10 points en jaune, alors je multiplie mes 3 têtes par 10, soit 30 points bonus (#PasDégueu). Il faut donc essayer d’équilibrer toutes ses couleurs car si je suis à 0 points dans une ou plusieurs couleurs, ben ça me donnera un bonus mirobolant de 3×0 soit un beau 0 bonus !!

Il y a un différentiel total de 147 points au cours de la partie entre Benoit qui a remporté la victoire avec 297 points (il aurait pu faire un effort et passer le cap des spartiates (300)) et Christelle qui était quatrième avec 150 points. C’est Charles qui s’est emparé de la seconde place avec 84 points de moins que Benoit grâce à son 213. Jérôme n’a pas non plus passé le cap des 200 points, à l’instar de Christelle, mais il a tout de même inscrit 33 points de plus que cette dernière avec 183 points au compteur.

US Telegraph :

Apolline qui n’hésite pas à frapper les femmes enceintes (Céline en l’occurrence) avait apporté US Telegraph pour que Charles puisse le découvrir, avec Marine et Céline (qui n’est donc pas rancunière après s’être faite molestée) ont dû attendre qu’il finisse sa partie de Très futé (laquelle a duré plus longtemps que ce qu’il avait annoncé) pour pouvoir y jouer à 4. Bon certes Apolline ne vient pas pour se faire des amis, mais rassurez-vous, elle ne frappe pas les femmes enceintes à dessein, c’est juste que lorsqu’elles faisaient le tour pour dire bonjour, en reculant Apolline est entrée en contact involontairement avec Céline qui s’avançait au même moment. J’ai donc forcément amplifié, déformé tout ça, afin de faire de l’audience et du drama (Cette joueuse frappe une femme enceinte, sa réaction pourrait vous suprendre !!!)

Le fil qui chante ! (oui Marine a l’air dépressive)

Bon après cette maxi digression parlons du jeu, ce qui va être très vite vu dans la mesure où je n’y ai jamais joué et que je n’en ai jamais entendu parler. Je suppose qu’il faut arriver à faire des lignes télégraphiques aux US, après en dehors de ça ^^’ Bon allez, je sens que vous en voulez plus, bande de petits coquinous, donc voilà le résumé du jeu disponible sur Tric Trac :

Nous sommes au XIXème siècle aux Etats-Unis et un projet gigantesque de construction d’un télégraphe reliant la Californie et le reste du pays est lancé. Chaque joueur, à la tête d’une compagnie d’investissement, va participer au développement de sa ville en finançant de nouveaux projets de construction, en participant à l’édification de nouveaux tronçons de chemin de fer et au développement du Transcontinental Telegraph

De ce que j’ai cru comprendre la partie a été très rapidement terminée car personne n’a bloqué Apolline, si bien qu’elle s’est frisé les moustaches et a remporté la partie. Charles devait être bien à la traîne car il a rebaptisé sa compagnie « Windaub » et avait visiblement 30 points de retard (c’est ce qui est marqué sur la feuille en tout cas).

Gizmos :

De mon côté, après avoir expliqué Très Futé, j’ai expliqué les règles de Gizmos à Emilie et Fabien dans un premier temps puis à Nicolas et Fanny M. lorsqu’ils sont arrivés quelques temps après. Ils se sont donc lancés dans la confection de gizmos (bidules en français). L’idée c’est qu’à son tour de jeu on réalise une des 4 actions disponibles :

-Classer un gizmo : on se réserve un gizmo parmi les 9 visibles, afin d’être le seul qui pourra le construire.
-Construire un gizmo : on défausse les billes d’énergie demandées afin de construire un gizmo qu’on a classé ou un des 9 visibles.
-Piocher de l’énergie : on prend la bille de son choix parmi les 6 disponibles sur la glissière du distributeur
-Faire des recherches : on prend 3 cartes du tas de gizmos de la valeur de son choix (1, 2 ou 3 ce qui indique la complexité du gizmo) et parmi ces 3 cartes on en garde une qu’on va pouvoir construire directement ou classer. Les 2 autres sont replacées sur le paquet dans l’ordre de notre choix.

Confection de gizmos en cours

Grâce aux gizmos que l’on aura construits on va pouvoir réaliser des combos dévastateurs qui vont nous permettre de faire des actions en cascade. La fin de partie se déclenche dès qu’un joueur a 14 bidules devant lui (sachant qu’on en a déjà tous un au départ sur les 14) ou a construit son 4ème bidule de niveau 3. On finit alors le tour de table, de façon à ce que tous les joueurs aient joué autant de tours de jeu, puis celui ou celle qui a le score le plus élevé l’emporte.

Après 30-40 minutes de jeu, c’est Fabien qui s’est imposé avec un écart de 8 points au total puisqu’il a marqué 29 points, tandis que Nicolas et Fanny M. ont fini troisième ex-aequo (c’est trop choupi un couple uni dans la défaite !! Mignonitude power ^^) avec 21 points. C’est donc bien évidemment Emilie qui s’est emparée de la seconde place avec son total de 24 points.

Clash of Rage :

Rémy, Valérie, Laurent et Fanny se sont lancés dans une partie de Clash of Rage, si je ne dis pas de bêtises les deux premiers l’ont pledgé et avaient donc très envie de pouvoir y jouer avant de recevoir leurs boîtes. Ils se sont donc affrontés afin de faire triompher leur clan respectif, Rémy avait l’armée du tombeau, Laurent était les Godlief, Valérie avait les Bohorg et Fanny jouait les Steamfield. De ce que j’ai cru comprendre quand je suis passé les voir à la fin de leur partie, il semblerait que Fanny et Laurent ont vécu un calvaire (Damien et Haspelknecht, ça vous dit quelque chose ? Ben dans le même genre) car ce n’est pas leur type de jeu.

Ici ça clash sévère !

Il semblerait donc qu’ils se soient tous les deux acharnés sur Valérie, afin de mettre fin à la partie plus rapidement. Si bien que Rémy était peinard dans son coin, ce qui lui a permis de s’imposer facilement après avoir crafté 3 équipements légendaires et pris le contrôle d’une cité. Je n’ai pas eu le temps de relever le reste des scores, mais il me semble que Fanny avait 2 points et que Laurent et Valérie n’en avaient qu’un seul.

Outlive + underwater :

Après avoir expliqué Gizmos, je suis de nouveau parti en mode règles, afin de présenter l’extension du jeu Outlive à Bastien, puis lorsqu’il a trouvé des partenaires de jeu en recrutant Jérémie L., Damien et Pierre, je leur ai présenté l’ensemble des règles puisque seul Bastien connaissait le jeu de base. J’ai également aidé à mettre tout ça en place, donc autant dire que ça nous a occupé un petit moment. Néanmoins ça a duré moins longtemps que leur partie, puisque celle-ci les a occupés pendant toute la soirée, ce qui est plutôt normal puisqu’ils découvraient le jeu pour la majeure partie d’entre eux, ce qui rallonge forcément le temps de réflexion et compagnie.

Mais que peut bien mimer Pierre ?

Notre quatuor a donc fait de son mieux pour tenter de survivre dans ce monde désolé et ravagé par la radioactivité. Damien était tellement aux abois qu’il voulait que ses survivants sucent des côtelettes pour trouver de l’eau. Visiblement c’était pas au niveau d’Haspelknecht quand même, mais ça n’a pas été la maxi joie pour Damien cette partie, ce qui explique sans doute qu’il a fini dernier avec 13 points. C’est 7 points de moins que son BFF Bastien qui était troisième avec 20 points au compteur, 7 points c’est de nouveau l’écart qu’il y a eu, puisque Pierre était second avec 27 points.

C’est donc Jérémie L. qui a remporté la partie avec 35 points, visiblement la salle qui le protégeait des évènements l’a bien aidé. Il semblerait que pendant 4 tours, les autres joueurs n’avaient que 3 de force pour chacun de leurs 4 personnages, ce qui n’a pas été son cas. Mais je me demande si Benoit n’a pas dit après leur fin de partie qu’ils avaient joué cet évènement en mode hardcore, ce qui l’aurait avantagé (mais j’ai pas tout écouté, donc j’ai ptet dit de la merle).

It’s a wonderful world :

Pendant ce temps, sur une merveilleuse table ronde, Benoit a expliqué le prototype de It’s a wonderful world, un jeu de draft de gestion et de moteur de production de ressources, à Christelle, Lucas, Marie et Jérôme.

Le monde est merveilleux avec la boîte de jeu

Je ne connais pas leurs stratégies personnelles, s’ils ont plutôt penché du côté des Macron ou des Staline, tout ce que j’ai cru comprendre c’est que Benoit était parti sur une stratégie qu’il n’avait encore jamais essayée et qui était basée sur l’or. Comme c’est un jeu avec une courbe d’apprentissage, cela a peut être aidé Benoit a remporté la partie en dépit de sa nouvelle stratégie, il s’est imposé avec 87 points. Soit 26 de plus que Jérôme et son 61. Christelle est troisième avec 46 points, mais elle a eu chaud aux fesses, puisque Marie n’était qu’à un tout petit point derrière grâce à son 45 (magnum). C’est Lucas qui ferme la marche avec 6 points de moins que sa chère et tendre et un total de 36 points.

Tokyo Highway :

Après leur partie express d’US Telegraph, notre quadruplette composée de Charles, Marine, Céline et Apolline ont joué à Tokyo Highway, c’est d’ailleurs cette dernière qui leur a expliqué les règles. Je suis passé les voir après mes explications d’Outlive et ils en étaient à la moitié, voire aux trois quarts de leur partie en gros, quand je suis arrivé. Et là ce n’était pas Tokyo mais Beyrouth en fait, puisqu’il n’y avait quasiment aucune règle qui était juste, j’ai donc dû leur préciser tout ça, au grand dam d’Apolline, qui s’est aperçue que le jeu n’avait plus rien à voir avec ce qu’elle pensait. Elle a donc été dépitée pour le restant de la partie.

ça sent le drame cette histoire

A l’heure actuelle on ne sait d’ailleurs toujours pas si c’est Apolline qui a mal retranscrit les règles à ses petits camarades, si elle n’a pas pigé le jeu ou si c’est le gen qui leur a expliqué à Ludimania qui a dit de la merle, mais en tout cas le fait est qu’ils ont fait nimp pendant la majeure partie du jeu mdr. Néanmoins cela n’a pas empêché Apolline de remporter la partie en étant la première à réussir à poser toutes ses voitures. La partie aurait dû se poursuivre jusqu’à son terme, Charles était mal barré puisqu’il manquait de piliers, mais Apolline en se levant a tout fait tomber, ce qui a prématurément stoppé le jeu (mais sa victoire avait quand même été validée auparavant, même si ces salipiauds là ne m’ont pas noté le score…).

Océanos :

Après Gizmos, Fabien a expliqué à son trio d’anciens partenaires comment jouer à Océanos, le jeu d’exploration sous-marine, dans lequel on va faire évoluer son sous-marin tout au long de la partie. Le but du jeu est bien évidemment d’avoir le plus de points en fin de partie, on en gagne en fonction des espèces d’animaux différentes rencontrées, de notre plus longue barrière de corail, des trésors trouvés au fond de l’eau et du propulseur de notre sous-marin.

Sous l’océan, sous l’océan

Je ne connais pas les stratégies qu’ils ont employées , mais j’ai néanmoins le score final de leur partie (ce qui est le plus important ^^) et je dois dire qu’ils ont fait fort une fois de plus. En effet, Nicolas a de nouveau fini ex-aequo, sauf que cette fois-ci c’était avec Emilie, puisqu’ils ont marqué 51 points chacun. La victoire revient donc à Fanny M. avec ses 7 points d’avance sur eux et son total de 58 points.

Dany :

C’est à ce moment-là, après 21h (si je ne dis pas de bêtises) que j’ai pu me poser pour jouer un peu, comme plusieurs parties se terminaient dans les mêmes eaux, on a attendu pour former une tablée un peu plus conséquente. Je remercie d’ailleurs Fabien, Marie et Lucas qui m’avaient proposé de jouer avec eux à Toledo. Mais comme je n’avais pas encore eu l’occasion de jouer à Dany (fraîchement acquis) et que je devais en expliquer les règles, j’ai donc opté pour ce jeu de communication visuelle en compagnie de la bande composée de Christelle et Benoit (les deux instigateurs de la partie, surtout Christelle qui a été secondée par Benoit), Apolline, Marine, Céline et Charles.

Nous étions donc 7 à jouer, en début de partie nous avons chacun reçu un rôle secret : 6 d’entre nous étions une des personnalités secondaires de Dany, bien décidées à exister dans sa tête, tandis que le ou la septième était Dany et voulait se débarrasser de ses autres personnalités. Ensuite à tour de rôle, un joueur devient la personnalité active de la manche, il révèle une carte avec 5 mots dessus, il tire au hasard le mot qu’il devra faire deviner aux autres parmi les 5.

Il reçoit alors 7 cartes souvenirs (sur 30 utilisées au cours de la partie) et à l’aide de ces cartes il va devoir faire deviner le mot à ses « partenaires ». Il peut utiliser autant de cartes qu’il veut parmi les 7 (0 c’est possible aussi) en cacher certaines parties, faire un château avec…etc. on n’a juste pas le droit de parler et/ou influencer les autres joueurs quand on est l’actif.

Que de personnalités autour de cette table

Ces cartes souvenirs sont toutes en noir et blanc et à l’instar de jeux tels que Dixit, Mysterium…etc. sont sujettes à interprétation et peuvent représenter plusieurs choses à la fois. Les autres joueurs vont donc devoir discuter entre eux pour tenter de se mettre d’accord et ainsi trouver le bon mot. Néanmoins une seule personne est décisionnaire lors de chaque manche, celle qui se trouve à la droite du joueur actif, c’est elle qui aura le dernier mot en fin de compte (pratique en cas d’égalité au niveau des propositions).

Le but de Dany est de parvenir à induire en erreur (subtilement) ses camarades, car si on se plante 3 fois, ça met fin à la partie et enclenche le twist final. Les personnalités secondaires doivent quant à elles parvenir à réussir 6 fois pour remporter la partie ou alors réussir à démasquer Dany lors du twist final. Pour savoir qui démarre en tant que joueur actif, c’est celui ou celle qui parle le plus souvent tout seul, nous étions 3 en lice : Apolline, qui parle sous sa douche, Benoit qui redébriefe toutes ses journées à haute voix et moi qui ne suis pas tout seul dans ma tête.

On a finalement donné la main à Benoit et c’était donc Céline la décisionnaire de la manche. Nous avions bien interprété son utilisation des 7 cartes pour faire deviner la chance, il les avait placées sur leur envers de façon à former un point d’interrogation. Il n’était pas sûr à 100% qu’on allait avoir la ref du Monopoly, mais on l’a eue lol. J’ai offert le premier point pour Dany puisque mes bras cassés de partenaires ne savent pas reconnaître une famille de poissons lorsqu’ils en voient une, ils ont opté pour une collection (c’est sûr que c’est trop frais comme collection…). Je ne sais plus quel était le mot d’Apolline, mais on l’a deviné. Ensuite on s’est planté pour celui de Christelle et de Charles. Cela a donc déclenché le twist final et il a fallu voter pour la personnalité que l’on suspectait d’être Dany.

Ce qui est relativement chaud quand on sait que Céline et Marine n’ont pas joué en tant qu’actives, donc pas évident de savoir. Si ma mémoire est bonne, il y avait eu des égalités et on a revoté entre les gens à égalité, mais la véritable Dany n’a pas été trop inquiétée puisqu’il s’agissait d’Apolline et qu’elle ne faisait pas partie des ex-aequo si j’ai bonne souvenance (ce qui n’est pas gagné).

Dany 2 : la revanche des secondaires !!

Au cours de la première partie, il a été décidé que j’étais la personnalité secondaire qui ne fait que manger, tout ça parce qu’au début de la partie j’étais allé au buffet pour manger un peu. J’étais en mode explications de règles depuis le début de la soirée et j’avais pas pu me poser avant pour boire ou manger. Ce qui n’a pas empêché qu’une bonne partie de la tablée m’a imité et est allée chercher de quoi se sustenter également (alors qu’eux ils avaient déjà quelques parties du jeu du buffet à leur actif mdr). C’est ça qu’on a est une personnalité secondaire forte, on influence les autres ^^

Si on a joué une seconde partie, c’est parce que Marine et Céline n’avaient pas eu l’occasion d’être actives, on a donc commencé par Marine et au vu de la partie précédente, j’ai annoncé que ce qui allait être moche, c’est que dans 3 tours la partie serait finie, vu qu’on allait se planter 3 fois. Eh ben figurez-vous que ça n’a pas loupé, on a jamais écouté mon avis au cours des 3 manches alors qu’à chaque fois j’avais le même raisonnement que la personnalité active. La palme revient quand même à la session de Céline, qui place une carte où on voit deux oiseaux géants en train de mater un mec tout nu et à part moi, personne n’a voulu voter voyeurisme et on s’est retrouvé avec rêve ou cauchemar (je sais plus lequel c’était).

Que de personnalités autour de cette table

Alors que merle, deux oiseaux qui matent la teub d’un mec on fait pas plus voyeuriste que ça, mais Benoit a été plus convaincant que moi. Il a parlé du fait que pour lui le voyeurisme il y a une notion de caché (ce qui n’est pas complètement faux), bref les personnalités secondaires se sont faites rétamer une fois de plus. Et là encore, on n’a pas voté pour le bon Dany, puisqu’il s’agissait en fait de ce fourbe de Charles (on aurait peut-être pu le griller vu qu’il avait été personnalité décisionnaire en tout premier) .

A confirmer lors des prochaines parties, mais avec Benoit on pense que c’est sans doute plus chaud de gagner en tant que personnalités secondaires car c’est plus « punitif » (6 victoires contre 3 puis ensuite un vote où il ne faut pas se gourer). Mais ça n’en sera que plus beau quand je ferai triompher ma personnalité secondaire de ripailleur. J’ai d’ailleurs décidé de m’auto-proclamer personnalité secondaire de la soirée, parce que j’ai réussi à trouver les mots de mes camarades et à les faire manger avec moi (et de toute façon c’est moi qui écrit les compte-rendu donc je dis ce que je veux mwahahahahahahah).

Sagrada :

Fanny M., Emilie et Nicolas sont partis faire un tour du côté des vitraux, après leur exploration des fonds marins. Je n’ai pas eu besoin d’expliquer les règles vu que Nicolas semblait au point à ce niveau-là (bon j’étais quand même allé voir si y avait besoin de moi pour ça, lors de leur installation du jeu). Ils ont donc fait de leur mieux afin de remplir leurs fenêtres à l’aide des dés de couleur qui symbolisent des morceaux de vitre. Des dés adjacents orthogonalement ne peuvent pas être de la même couleur et/ou de la même valeur, telle est la contrainte de pose basique, à laquelle s’ajoutent les contraintes imposée par le motif que l’on choisit en début de partie.

Les vitraux espagnols

Concrètement ça se traduit par le fait d’être obligé de placer des dés de certaines valeurs ou couleurs à des endroits définis, ce qui bien évidemment complique les choses. Surtout qu’en fin de partie, chaque trou dans notre vitre (un dé non placé en somme) nous fait perdre un point, ça peut donc aller vite si on a mal géré… C’est la première partie où Nicolas n’a pas été ex-aequo puisqu’il a fini deuxième avec 41 points. C’était loin d’être suffisant pour battre sa femme (ça peut être mal interprété ^^’) puisque Fanny a marqué 60 points, ce qui lui a permis de remporter la victoire. C’est pile poilos le double de points par rapport à Emilie qui se classe troisième avec 30 points au total.

Architectes du Royaume de l’ouest :

Je viens de me souvenir que Rémy m’avait également proposé de me joindre à eux, mais comme me lancer dans une partie d’Architectes ne m’emballait pas plus que ça (il faudra que je le retente à l’occasion, mais ma partie jouée en décembre ne m’avait pas plus emballé que ça) j’avais sans hésiter opté pour Dany. Ils n’ont eu aucun mal à trouver des partenaires afin d’être 5 à y jouer, ce qui les a donc occupés pour quasiment tout le reste de la soirée. Il me semble que seuls Jérôme et Valérie (elle au moins c’est sûr) ne connaissaient pas déjà le jeu, contrairement à Rémy, Laurent et Fanny qui y ont déjà joué.

Nos 5 architectes dans leurs oeuvres

Néanmoins ce n’est pas l’un des habitués qui a remporté la partie, de là à dire qu’il s’agit de la chance insolente du débutant, il n’y a qu’un pas que je ne franchirai pas (quoique). C’est en effet Valérie qui s’est largement imposée avec 39 points. Ce qui représente tout de même 12 points de plus que Rémy et son 27. Laurent est troisième avec 19 points, Fanny a eu pile poil 10 points de moins que son frangin et termine quatrième avec 17 points. C’est donc Jérôme qui ferme la marche avec ses 11 points au compteur.

Toledo :

Comme j’avais décliné leur invitation à découvrir Toledo, je ne pourrai bien évidemment pas vous en dire grand-chose, hormis qu’au niveau du design ça sentait le jeu allemand, en fait c’est un Martin Wallace (donc anglais en fait) édité par Kosmos. Je suis donc allé fureter du côté de Tric Trac pour dégoter un résumé du jeu :

Au XVIème siècle, la fascinante ville de Tolède, la capitale de l’empire espagnol est un endroit où la paix entre les religions chrétienne, musulmane et juive et où la culture ont réussi à cohabiter. Mais Tolède était également la capitale de l’art de l’épée et de celui de la forge. Votre mission est d’aider à la réalisation des plus belles épées de la ville et d’en forger une pour le Seigneur d’Alcazar.  Il vous faudra acheter les bons matériaux pour cela tout en faisant attention à votre porte-monnaie. Les joueurs possèdent chacun leur jeu de tuiles et déplacent leur pions en jouant des cartes. Ces mêmes cartes sont utilisées également lors d’affrontements entre les joueurs. La partie s’arrête dès qu’un joueur a trois de ses pions au château. C’est alors le joueur avec le plus de PV qui l’emporte.

Je connais une blague de Totoledo

Cette visite là-bas m’a également permis d’apprendre qu’il y avait un autre jeu avec Toledo dans son nom : Toledo 1805. Sinon je connais également le résultat de leur partie, il semblerait qu’il y ait eu une égalité de points entre Lucas et Fabien avec un total de 9 chacun, mais je suppose qu’il devait y avoir une règle de départage, selon laquelle c’était Fabien le troisième. C’est Marie qui a remporté la partie sur le score de 12 points. Bravo à elle !!

Paku Paku :

Après les vitraux, Nicolas, Fanny M. et Emilie se sont lancés dans le concours de bouffe avec Paku Paku. Nicolas y avait déjà joué, mais comme ça remontait un peu je leur ai donc fait une explication de règles (il manquait Emilie, mais ils ont dû lui expliquer les règles à son retour, enfin j’espère pour elle mdr). Ils ont donc lancé leurs dés frénétiquement, en espérant pouvoir s’en débarrasser en les refourguant à côté et en évitant de faire tomber la pile de vaisselle pour ne pas subir le Paku Stop synonyme de points négatifs.

Parés à manger !

Bon par contre ils ont été très softs en jouant, on ne les entendait pas du tout, alors que de mémoire, la dernière fois qu’on y avait joué (on était 7 ou 8 je crois, ceci explique peut-être cela) on braillait comme des porcs (le comble pour des pandas). C’est Emilie qui a perdu la partie en écopant de 12 points de pénalité, soit le double de Nicolas qui en avait mangé 6. C’est une fois de plus Fanny M. qui a gagné avec seulement 2 points de pénalité à son actif.

Paku Paku 2 : la rizvanche.

Notre trio a remis le couvert dans la foulée, afin de joueur leur dernière partie de la soirée. Emilie s’est améliorée puisque ce n’est pas elle qui a terminé dernière. Elle n’en était pas loin avec son 9 points de pénalité (c’est lorsqu’un joueur atteint ou dépasse 10 que la partie s’arrête), mais c’est Fanny M. qui a fini troisième avec pile 10 points.

Parés à manger !

La victoire est donc revenue à Nicolas avec son 6, on ne peut d’ailleurs qu’admirer sa constance à ce niveau-là !! Ils n’y ont pas joué (même si c’est ce que j’avais cru au début) mais après le départ d’Emilie, Nicolas a présenté Néta Tanka à sa femme, afin d’avoir l’autorisation de l’acheter lol.

Detective Club :

Comme on ne change pas une équipe qui gagne, notre septuor est resté dans le registre des jeux de communication visuelle, puisqu’après Dany nous nous sommes lancés dans une partie de Detective Club ramené par Benoit. Pendant que j’expliquais les règles de Paku Paku, Benoit a expliqué celles de Detective Club à mes petits camarades. Il croyait que j’y avais déjà joué, il a donc été quitte pour me réexpliquer tout ça avant qu’on ne lance la partie.

Dans l’idée le joueur actif va choisir un mot (ou autre) qu’il va inscrire dans le calepin remis aux autres joueurs. Mais il y a un intrus parmi les autres joueurs, c’est-à-dire quelqu’un qui a un carnet ou rien n’est inscrit. Le joueur actif place alors une carte de sa main (des cartes à la Dixit, Mysterium, Dany…etc.) représentant des tas de choses à la fois puis à tour de rôle tout le monde va faire de même, et on refait pareil une seconde fois. Les 2 cartes posées doivent avoir un lien avec le mot choisi par le joueur actif. Une fois que tout le monde a placé ses deux cartes, le joueur actif annonce le mot et dans l’ordre du tour, tout le monde va expliquer pour quelle raison il a placé ces cartes là et quel était le lien avec le mot.

Cela donne donc bien évidemment lieu à des trucs très marrants et parfois complètement capilotractés. Les joueurs votent ensuite pour celui ou celle qu’ils pensent être l’intrus, le but de ce dernier est de ne pas avoir été démasqué, tandis que les autres vont devoir voter pour lui s’ils veulent gagner des points. J’ai très fort d’entrée de jeu en grillant direct le fait que j’étais le mec qui n’avait pas eu le mot, car j’ai retourné plusieurs fois le carnet de chaque côté à la recherche du mot ^^’ #boulet ce qui a bien fait marrer tout le monde, mais également emmerdé Benoit (le joueur actif) puisqu’il a dû changer de mot, dans la mesure où tout le monde l’avait vu (sauf moi) et que ça collait moins bien que son premier choix.

Tu parles d’un club de détectives

Le hasard a voulu que de nouveau je sois l’intrus (ce qui était parfait vu que j’étais le premier à jouer dans l’ordre du tour…) et j’ai réussi à mystifier mes camarades, ce qui m’a rapporté 4 points (soit la quasi-totalité de ceux que j’ai marqués pendant la partie ^^’). On a en tout cas bien déliré tout au long de la partie et malheureusement je ne les ai pas notés, mais Benoit a fait une ou deux fois des jeux de mots fort bien sentis au cours de la partie (juste pour le plaisir de faire le jeu de mot, même s’il y avait des explications plus logiques à sa carte). J’ai d’ailleurs été plutôt balèze à ce niveau-là puisque j’arrivais à trouver des justifications aux cartes d’à peu près tout le monde, même si ça n’est pas forcément le but du jeu (bien au contraire) vu que ça brouille les pistes quant à l’intrus.

En revanche j’ai été nul pour trouver l’intrus(s) quand il fallait voter, après il faut dire aussi qu’on avait des spécialistes des cartes qui n’avaient aucun rapport  avec le mot donné, donc à moins d’avoir eu 4 intrus à la fois, c’était un peu du pifomètre. Surtout qu’il y avait des justifications qui étaient reprises en boucle par la moitié de la table xD Mais on a remarqué dans ce genre de jeu, que finalement être au début dans le rôle de l’intrus, ce n’est pas si pénalisant que ça, car comme il y a plusieurs autres joueurs peu crédibles dans la foulée, on a tendance à plus se souvenir de ces derniers-là, au lieu des premiers à avoir dit de la merle.

Donc avec un peu de bagout et en se faisant oublier, il y a moyen de moyenner. La partie s’est achevée après que nous ayons toutes et tous été le joueur actif une fois et on a donc compté les points. C’est Charles le vert qui a remporté la partie avec 16 points, il devance Céline en bleu avec ses 13 points et c’est moi qui ai fini troisième avec 11 points au total.  Viennent ensuite en 4ème position ex-aequo Benoit en orange (par dépit) et Apolline la violette avec 7 points chacun. Marine la rouge a marqué 5 points et c’est Christelle la bleusaille qui a fini dernière avec 4 points.

Gizmos 2 : Y a un Gremlins dans mon chasse-neige

J’avais expliqué plus tôt dans la soirée les grandes lignes des règles du jeu Gizmos à Jérôme, si bien qu’après le départ de Rémy, Fanny et Laurent, Jérôme et Valérie y ont joué afin de le découvrir et de finir la soirée en douceur avec un jeu un peu plus « light ».

Deux nouveaux confectionneurs de bidules

Ils ont donc bricolé des gizmos/bidules du mieux qu’ils pouvaient, afin de faire comboter leurs actions et de parvenir à marquer un maximum de points. Visiblement la partie a été très serrée puisqu’elle s’est jouée à seulement un point d’écart. Un petit point qui a tout changé et fait la différence, c’est Jérôme qui a bénéficié de ce point supplémentaire puisqu’il s’est imposé sur le score de 39 à 38 face à Valérie. Il termine donc sa soirée sur une victoire, ce qui est toujours plaisant !!

Pyramidion :

Ce n’est pas forcément le jeu qui a été lancé le plus tard dans la soirée, mais c’est en tout cas celui qui s’est terminé en dernier, d’où son positionnement à la fin de la timeline ludique. On retourne donc pour la dernière fois de la soirée à la table du trio terrifique, composé de Marie, Lucas et Fabien qui se sont affrontés à Pyramidion. Bien évidemment comme j’étais en train d’enquêter dans le Detective Club d’à côté, je ne sais pas du tout de quoi il retourne pour ce jeu. Je sais juste qu’en gros nos 3 acolytes étaient des contremaîtres égyptiens, chargés de remplir les cales de bateaux avec différentes marchandises. Le premier joueur qui atteint 10 points gagne la partie.

Notre trio de bâtisseurs en herbe

Il est alors récompensé par le pharaon en personne et aura l’insigne honneur de placer le dernier bloc de pierre au sommet de la pyramide, celui que l’on appelle le pyramidion (c’est le nom du jeu, c’est vachement bien fait quand même xD). Bon par contre ne me demandez pas comment ça se joue et autre, je n’en sais rien ^^’ Par contre je peux quand même vous donner le score final, ce qui est mieux que rien non ? (on dit que qui se contente de peu a toutes les qualités ^^)

Il n’y a pas eu beaucoup de changement par rapport à leur partie précédente puisque l’on retrouve Marie en tête, du haut de ses 13 points. En revanche Fabien et Lucas ne sont plus ex-aequo, c’est Fabien qui s’est emparé de la seconde place avec 10 points, devançant ainsi Lucas de 3 points puisqu’il a terminé la partie avec un total de 7, si bien qu’il y a 3 points d’écart entre chaque place (et c’est stylé, alors bien joué les Smarties !!).  

C’est donc suite à cette partie finale de Pyramidion que nous avons mis fin à la séance. Vous pouvez retrouver l’ensemble des photos prises durant la soirée, sur notre page Facebook, par là : https://www.facebook.com/pg/avenjoueurs/photos/?tab=album&album_id=2101331136775397

Au total ce soir nous avons joué 17 parties dont : 1 partie de Très futé à 4 joueurs, 1 partie de US Telegraph à 4 joueurs, 2 parties de Gizmos à 4 et 2 joueurs, 1 partie de Clash of Rage à 4 joueurs, 1 partie de Outlive à 4 joueurs, 1 partie de It’s a wonderful world à 5 joueurs,, 1 partie de Tokyo Highway à 4 joueurs, 1 partie de Océanos à 3 joueurs, 2 parties de Dany à 7 joueurs, 1 partie de Sagrada à 3 joueurs, 1 partie de Architectes des royaumes de l’ouest à 5 joueurs, 1 partie de Toledo à 3 joueurs, 2 parties de Paku Paku à 3 joueurs, 1 partie de Detective Club à 7 joueurs et 1 partie de Pyramidion à 3 joueurs.

Comme le concept semble avoir plu l’an dernier (et que j’aime bien me compliquer la vie lol), je m’amuse à comparer les victoires…etc. des différents joueurs, selon le barème suivant : une victoire vaut 3 points, une seconde place vaut deux points s’il y avait au moins 3 joueurs et enfin une troisième place vaut 1 point s’il y a au moins 4 joueurs.

Tout le reste vaut 0, en cas de jeux coop, c’est 3 points pour tout le monde s’il y a victoire (éventuellement 4 sur des coop balèzes) et 0 dans le cas contraire (des points sont parfois donnés en fonction du degré d’accomplissement du jeu). En cas d’égalité de joueurs, ils ont tous les points associés à la place pour laquelle ils sont ex-aequo.

Voici donc le bilan/classement de la soirée n°11 (saison 5) :

-Fanny M. et Nicolas (couple uni dans la victoire de la soirée !! #mignonitude) ont marqué 10 points (1+3+3+3+0) en 5 parties et ((1+2+2+2+3) en 5 parties
-Apolline a marqué 9 points (3+3+3+0+0) en 5 parties
-Charles a marqué 8 points (2+0+0+0+3+3) en 6 parties
-Fabien a marqué 7 points (3+2+2) en 3 parties
-Benoit, Emilie, Jérôme et Marie ont marqué 6 points (3+3+0+0+0) en 5 parties, (2+2+0+0+2) en 5 parties, (1+2+0+3) en 4 parties et (0+3+3) en 3 parties
-Rémy a marqué 5 points (3+2) en 2 parties
-Valérie a marqué 4 points (1+3+0) en 3 parties
-Jérémie L. a marqué 3 points (3) en 1 partie
-Céline, Fanny, Laurent (couple mignonitude bis), Lucas et Pierre ont marqué 2 points (0+0+0+0+2) en 5 parties, (2+0) en 2 parties, (1+1) en 2 parties, (0+2+0) en 3 parties et (2) en 1 partie
-Bastien, Christelle et moi avons marqué 1 point (1) en 1 partie, (0+1+0+0+0) en 5 parties et (0+0+1) en 3 parties
-Damien et Marine (élus couplose de la soirée, mais top mignonitude également) ont marqué 0 point (0) en 1 partie et (0+0+0+0+0) en 5 parties

Ainsi que celui du mois de février (pour le moment c’est le même ^^) :

-Fanny M. et Nicolas ont marqué 10 points (1+3+3+3+0) en 5 parties et (1+2+2+2+3) en 5 parties
-Apolline a marqué 9 points (3+3+3+0+0) en 5 parties
-Charles a marqué 8 points (2+0+0+0+3+3) en 6 parties
-Fabien a marqué 7 points (3+2+2) en 3 parties
-Benoit, Emilie, Jérôme et Marie ont marqué 6 points (3+3+0+0+0) en 5 parties, (2+2+0+0+2) en 5 parties, (1+2+0+3) en 4 parties et (0+3+3) en 3 parties
-Rémy a marqué 5 points (3+2) en 2 parties
-Valérie a marqué 4 points (1+3+0) en 3 parties
-Jérémie L. a marqué 3 points (3) en 1 partie
-Céline, Fanny, Laurent, Lucas et Pierre ont marqué 2 points (0+0+0+0+2) en 5 parties, (2+0) en 2 parties, (1+1) en 2 parties, (0+2+0) en 3 parties et (2) en 1 partie
-Bastien, Christelle et moi avons marqué 1 point  (1) en 1 partie, (0+1+0+0+0) en 5 parties et 0+0+1) en 3 parties
-Damien et Marine  ont marqué 0 point (0) en 1 partie et (0+0+0+0+0) en 5 parties

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.